Des os plus solides pour les enfants nourris au soja ?

Par Juliette Pouyat Publié le 24/10/2016 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité
Consommer du soja dans les premières années de vie aurait des bénéfices à long terme sur la santé osseuse, selon une étude expérimentale.

La consommation de produits issus du soja tôt dans la vie pourrait procurer des bénéfices pour la santé osseuse. C’est ce que suggère une nouvelle étude parue dans The FASEB Journal qui montre que la consommation de protéine de soja pendant l’enfance pourrait prévenir les formes graves de perte osseuse à l’âge adulte et aiderait également à assurer une bonne qualité osseuse. Cette étude est la première à utiliser un modèle animal pour montrer l’effet protecteur du soja consommé dès le plus jeune âge sur la perte osseuse plus tard dans la vie.

La nutrition pendant la vie intra-utérine et juste après la naissance a un impact sur le risque de maladies chroniques ; cependant, les preuves d’une association entre l’alimentation tôt dans la vie et la santé osseuse à l’âge adulte sont limitées" expliquent les auteurs de l’article. « Or, les protéines de soja peuvent faire partie de ces facteurs alimentaires qui favorisent l’accroissement osseux au début de la vie avec des effets persistants à l’âge adulte ».

« Les études montrent que l’acquisition d’une masse osseuse optimale tôt dans la vie est essentielle pour réduire le risque de fracture plus tard et retarder le déclin de la masse osseuse jusqu’à des niveaux critiques, symptomatiques de troubles osseux dégénératifs ».

Les études conduites jusqu'ici laissent penser que la consommation du soja à long terme est bénéfique pour la santé osseuse. Les résultats sont plus controversés quant aux bénéfices sur la perte osseuse de la consommation de soja démarrée à la ménopause.

Les chercheurs ont utilisé un très jeune modèle de rat femelle. Un groupe de rats a été nourri avec un régime à base de protéine de soja pendant 30 jours du 24ème jour après la naissance jusqu’au 55ème jour puis les rongeurs sont passés à un régime standard jusqu’à leurs 6 mois. L’autre groupe de rats a reçu un régime standard tout au long de l’expérience. Les rats ont subi une ablation des ovaires pour simuler la perte osseuse chez les femmes après la ménopause.

Les résultats ont d’abord montré une augmentation significative de la masse osseuse chez les rats nourris pendant 30 jours avec les protéines de soja par rapport au groupe témoin. Puis, dans le groupe nourri aux protéines de soja, la perte de densité minérale osseuse (après l’ablation des ovaires) a été plus faible que dans le groupe témoin.

Cette étude montre les effets bénéfiques persistants d’une consommation de soja au début de la vie sur la perte osseuse plus tard, notamment à une période clé pour la santé des os comme la ménopause. Il s'agit cependant d'une étude expérimentale, dont on n'est pas sûr qu'elle s'applique à la physiologie humaine.

Le soja et particulièrement les isoflavones qu’il contient pourraient agir en désactivant ou en régulant la cavéoline-1, une protéine associée à la sénescence cellulaire. En effet, la perte osseuse induite par l'ablation des ovaires chez le rat femelle est le résultat de l'augmentation de la sénescence cellulaire oestéoblastique. Les effets de l'alimentation à base de soja tôt dans la vie sont persistants et préviennent la perte osseuse plus tard.

« Une nutrition appropriée en début de vie peut optimiser la masse osseuse maximale. La consommation d’aliments à base de soja procure de nombreux bénéfices pour la santé, y compris l’amélioration de la perte osseuse à l’âge adulte » concluent les auteurs.

Cette étude vient confirmer des résultats précedents. Des chercheurs ont notamment montré que sur des rats un régime hyperprotéiné était bénéfique pour certains marqueurs de la santé osseuse, notamment lorsque la source de protéines est végétale (protéines de soja). Avec les protéines de soja, la teneur en calcium des os est améliorée de 7% par rapport aux résultats obtenus avec les protéines animales. De plus, un régime contenant du soja participe à réduire le risque de fracture de la hanche.

L'avis de LaNutrition.fr : Peut-on donner du soja à des enfants ou des bébés ? Aux Etats-Unis, 1 bébé sur 5 nourri avec du lait artificiel l'est avec une formule au soja. En Asie, c'est le cas d'un bébé sur 10 environ. Avant l'âge de 18 mois, 95% des petits asiatiques ont consommé du soja. Après le sevrage, 90% des enfants asiatiques en consomment. Les femmes qui ont consommé du soja dans l'enfance ont un risque réduit de cancer du sein à l'âge adulte, selon des études conduites en Asie. Cependant, la consommation de soja dans la petite enfance et dans l'enfance reste controversée. Des études d'observation ont rapporté que les filles qui ont consommé du soja lorsqu'elles étaient bébé avaient tendance à avoir des règles plus tôt que celles qui n'en avaient pas consommé, mais d'autres études ont rapporté des résultats exactement opposés. La seule étude d'intervention conduite à ce jour, l'étude américaine Beginnings, suit 101 enfants dont une partie (35) a été nourrie au sein, une autre a reçu un lait artificiel à base de lait de vache (32). A l'âge de 5 ans, aucune différence dans le développement des organes reproductifs n'a été constatée entre les 3 groupes, à l'inverse de ce qui a pu être observé chez l'animal. L'étude suivra les enfants jusqu'à la puberté.

Lire : le soja qui tue? la vérité sur un article délirant

Sources

Chen JR. Dietary factors during early life program bone formation in female rats. FASEB J. 2016 Oct 12. pii: fj.201600703R. [Epub ahead of print]

Nebot E. Effects of the amount and source of dietary protein on bone status in rats. Food Funct. 2014 Apr;5(4):716-23. doi: 10.1039/c3fo60525f. Epub 2014 Feb 17

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top