Les huiles de soja et de maïs feraient plus grossir que l'huile de noix de coco

Par Lanutrition.fr Publié le 24/07/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité

L'huile de coco, déconseillée par des nutritionnistes parce que riche en graisses saturées, serait plus intéressante pour la ligne que les huiles de soja et maïs, selon une étude expérimentale.

Des chercheurs de l’université de Californie (Riverside) rapportent que des souris qui consomment beaucoup d’huile de soja  prennent plus de poids et développent plus de diabète que des souris soumises à un régime riche en fructose ou en huile de noix de coco.

L'huile de coco n'est pas toujours bien vue parce qu'elle est riche en acides gras saturés. Mais les études montrent que les effets indésirables des graisses saturées ont été exagérés et que l'huile de noix de coco peut être intégrée à un régime alimentaire sain. Elle est un ingrédient incontournable du régime cétogène utilisé dans le surpoids, le diabète, l'épilepsie, Alzheimer, le cancer.

Lire : Le régime cétogène ? Thérapeutique et savoureux

Les scientifiques ont donné à des souris mâles une série de quatre régimes qui contenaient 40 pour cent de calories sous forme de graisses, soit un niveau proche de ceux consommés dans les pays développés. Un régime faisait appel à l'huile de noix de coco, qui se compose principalement de graisses saturées. Dans un deuxième régime, la moitié de l'huile de noix de coco a été remplacée par l'huile de soja, qui contient des acides gras polyinsaturés. 

Les deux autres rations comportaient du fructose, dans des quantités comparables à celle consommée par de nombreux Américains. Les quatre régimes alimentaires avaient le même nombre de calories. 

Dans son guide La Meilleure Façon de Manger, LaNutrition.fr déconseille de consommer régulièrement de l’huile de soja et du fructose ajouté, et préconise l’huile de coco pour les cuissons.

Commander le livre La Meilleure Façon de Manger (lire un extrait ICI  >>)

Par rapport aux souris nourries avec de l'huile de noix de coco, les souris « huile de soja » ont connu une augmentation du gain de poids, de plus grands dépôts de graisses corporelles, un foie gras avec des signes d’atteinte hépatique, du diabète et de la résistance à l'insuline, tous éléments du syndrome métabolique. Le groupe « fructose » a connu des effets métaboliques moins sévères qu’avec l'huile de soja, avec malgré tout des atteintes rénales et une augmentation marquée de maladies inflammatoires de l'intestin.

Dans le détail, les souris suivant le régime huile de soja enrichi ont gagné près de 25 pour cent de poids de plus que les souris consommant l'huile de coco et 9 pour cent de plus que celles consommant du fructose. 

L'étude est publiée dans PLOS ONE.

« Ce fut une grande surprise pour nous - que l'huile de soja est à l'origine de plus d’obésité et de diabète que le fructose », déclare Poonamjot Deol, prinicpal auteur de l’étude.

L'étude montre que l'huile de soja affecte significativement l'expression de nombreux gènes qui métabolisent les médicaments et d'autres composés étrangers qui pénètrent dans le corps, ce qui suggère qu'une alimentation enrichie en huile de soja pourrait altérer la réponse aux médicaments et toxiques environnementaux, si ces résultats sont transposables à l’homme.

Les chercheurs UC Riverside ont également mené une étude avec l'huile de maïs, qui induit plus de d'obésité que l'huile de noix de coco, mais pas tout à fait autant que l'huile de soja. Ils sont en train de faire des essais avec du saindoux et de l'huile d'olive. Ils  n’ont pas testé l'huile de colza ni l'huile de palme.

La Meilleure Façon de Manger conseille d’utiliser huiles de colza et d’olive en assaisonnement.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top