Les vacances sont-elles bonnes pour la santé ?

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 02/08/2016 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité
Si les vacances permettent de faire plus de sport, de se détendre, profiter du soleil, elles peuvent aussi faire grossir, voire rendre malade.

C’est l’été et la saison des vacances souvent synonymes de changements d’habitudes : plus de temps libre pour faire du sport, moins de stress, mais aussi un régime alimentaire différent (plus de barbecues et de rosé !). Alors comment les vacances impactent-elles notre santé ?

Des kilos en trop pour la vie

D’après une étude américaine, le régime alimentaire des vacances apporte des kilos en plus qui expliqueraient la majeure partie du gain de poids annuel… Dans cette étude, deux chercheuses ont étudié 122 personnes qui devaient partir en vacances pour une à trois semaines. Elles ont observé qu’en moyenne ces vacanciers prenaient 320 g pendant leurs congés. Il n’y avait pas de différence entre les personnes de poids normal, en surpoids ou obèses : tous grossissaient de la même façon. L’alcool y était pour quelque chose puisque sa consommation doublait globalement sur la période des vacances, contribuant à environ 30 % de la prise de poids pendant cette période. Et six semaines après le retour, les kilos ne s’étaient pas envolés : globalement les participants avaient pris 410 g. Or un adulte américain gagne 0,4 à 1 kg par an en moyenne. Au bout de plusieurs décennies, on comprend  comment l’obésité devient épidémique.

Jamie Cooper, du département de nutrition de l'université de Géorgie à Athens, aux États-Unis, et Theresa Tokar, du département des sciences de la nutrition à la Texas Tech University, affirment que « la quantité de poids gagnée pendant les vacances est petite, probablement trop petite pour que la plupart des participants aient estimé qu'il était nécessaire de perdre le poids gagné. Pourtant, le fait que le gain de poids ait persisté indique qu'il pourrait grandement contribuer à la prise de poids annuelle.»

Cependant les vacances avaient tout de même des effets positifs sur la santé puisque les vacanciers avaient augmenté leur activité physique en congé. Ils revenaient aussi moins stressés et avec une pression artérielle plus basse.

Quand les vacances rendent malade

Vous vous demandez pourquoi vous êtes toujours patraque pendant les vacances d’été ou d’hiver ? Ne cherchez plus : pour Ad Vingerhoets, professeur de psychologie clinique à l’université Tilburg (Pays-Bas) vous souffrez d’un nouveau syndrome : la maladie des congés. Juste au moment où vous faites un break après une période de travail particulièrement lourde et stressante, au moment où vous commencez à vous relaxer, les infections, rhumes, grippes, maux de tête ou de dos, rhumatismes et bobos en tous genres vous tombent dessus.

Selon Ad Vingerhoets, « les vacances peuvent être pathogènes pour certains d’entre nous. » En 2002, avec son équipe, il a publié une étude sur 1893 personnes. Environ 3 % d’entre elles ont indiqué qu’elles étaient rarement malades lorsqu'elles travaillent, mais qu'elles étaient souvent patraques au cours des week-ends ou des vacances. Les participants qui se définissaient comme bourreaux de travail ou perfectionnistes étaient les plus nombreux à se plaindre d’être moins en forme en vacances.

Esther Sternberg, spécialiste d’immunologie neurohormonale aux Instituts nationaux de la santé des Etats-Unis avance une explication : pendant les périodes de stress, les glandes surrénales sécrètent de l’adrénaline qui stimule l’immunité, mais aussi du cortisol, une hormone anti-inflammatoire. « Le cortisol combat l’inflammation, en diminuant l’immunité. Vous n’êtes plus en mesure de vous défendre contre les infections. » Les deux hormones sont sécrétées selon des modes différents, l’adrénaline étant libérée plus vite et arrêtée plus vite que le cortisol. « Lorsque vous mettez un terme à une activité stressante, l’adrénaline s’arrête la première. Elle vous laisse avec ce cortisol élevé. Et si vous rencontrez un microbe ou un virus, vous tombez malade. »

Profitez-en pour faire le plein de vitamine D

Les vacances, c’est l’occasion de faire du sport, de réduire son stress, mais aussi de faire le plein de vitamine D ! En effet, de nombreuses études suggèrent que manquer de vitamine D a des conséquences sévères sur notre santé. La vitamine D est produite par la peau lors de l’exposition au soleil, seulement aux beaux jours dans l'hémisphère nord.

Une étude française de 2012 sur plus de 1 500 adultes âgés de 18 à 74 ans entre 2006 et 2007 a conclu que 80,1 % des adultes ont une insuffisance en vitamine D avec un taux circulant dans le sang inférieur à 30 ng/mL et 42,5 % des Français sont concernés par un déficit modéré à sévère. Les personnes les plus touchées sont celles qui partent peu en vacances, en particulier en été, qui ont une peau de couleur, qui n'habitent pas dans le sud de la France et qui ont peu d'activité physique.

Il faut donc profiter des beaux jours pour sortir au soleil et reconstituer ses réserves de vitamine D avant la saison froide !

 Lire : Combien de vitamine D ? Controverse sur le niveau optimal

Sources

Cooper JA, Tokar T. A prospective study on vacation weight gain in adults. Physiol Behav. 2016 Mar 15;156:43-7. doi: 10.1016/j.physbeh.2015.12.028.

Vingerhoets AJ, Van Huijgevoort M, Van Heck GL. Leisure sickness: a pilot study on its prevalence, phenomenology, and background. Psychother Psychosom. 2002 Nov-Dec;71(6):311-7.

Statut en vitamine D de la population adulte en France : l’Étude nationale nutrition santé (ENNS, 2006-2007). Santé publique France.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRISTORE, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top