Maladie de Lyme : les tests se trompent 4 fois sur 10

Par Marc Gomez Publié le 24/11/2016 Mis à jour le 12/06/2017
Actualité

Dans 40% des cas, les tests diagnostiques de la maladie de Lyme donneraient un résultat négatif, alors que le patient est bien infecté.

Les tests diagnostiques de la maladie de Lyme (ELISA, Western Blot) sont mis en cause depuis plusieurs années par des biologistes comme Viviane Schaller, des associations de patients et des médecins. Une nouvelle étude confirme leur manque de fiabilité.

Viviane Schaller : les tests sanguins ne sont pas fiables

Le diagnostic clinique de la borréliose de Lyme, transmise par les tiques, est particulièrement difficile à établir, surtout s'il s'agit d'une infection ancienne, passée inaperçue au début. Il s’appuie entre autres sur des kits de test disponibles auprès de nombreux fabricants. Des chercheurs britanniques ont voulu savoir dans quelle mesure on peut faire confiance à leurs résultats.

18 études ont été incluses dans cette méta-analyse portant sur des tests disponibles aux USA, avec une spécificité de 85% au moins. La spécificité permet de savoir dans quelle mesure le test identifie correctement les échantillons négatifs (le pourcentage de personnes en bonne santé correctement identifiés comme n’étant pas infectés).

Résultats : la sensibilité moyenne pondérée pour tous les tests et pour tous les échantillons était de 59,5%. La sensibilité rend compte de la probabilité de détection (le pourcentage de malades correctement identifié). Les moyennes variaient de 30,6% à 86,2%. Cette question de la sensibilité des tests est au coeur de plusieurs actions en justice en France.

Les patients attaquent en justice les fabricants de tests

La sensibilité des tests était plus élevé quand plusieurs organes étaient infectés. La sensibilité pour les échantillons liés à une infection aiguë (dans les jours ou les semaines qui suivent une morusre de tique) était de 35,4%, avec une sensibilité correspondante de 64,5% pour les échantillons de patients définis comme convalescents ou chroniques (à distance de l’infection originale). La sensibilité de ces tests a augmenté très modérément en 20 ans : + 4%.

Cette étude suggère que de nombreux patients infectés ne connaissent pas leur condition et l'origine de leurs troubles, même s'ils ont fait l'objet d'un test en laboratoire. En France, l'Académie de Médecine considère que la maladie de Lyme est une pathologie facilement diagnostiquée et traitée.

La biologiste strasbourgeoise Viviane Schaller a été poursuivie et son laboratoire fermé pour avoir dénoncé le manque de fiabilité des tests actuels et mis en place une méthodologie plus sensible.

Lire un extrait du livre de Judith Albertat, "Lyme, les solutions naturelles"

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top