On peut ralentir le vieillissement cérébral en surveillant sa ligne et son alimentation

Par Lanutrition.fr Publié le 12/08/2016 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité

Pour éviter de perdre trop de neurones, mieux vaut manger méditerranéen et rester mince.

En vieillissant, le cerveau perd de la matière blanche et de la matière grise, ce qui se traduit par une diminution de son volume qui est tout à fait normale. Mais une atrophie cérébrale trop importante peut être associée à des maladies comme Alzheimer. C’est pourquoi, pour ralentir le vieillissement du cerveau, mieux vaut mettre toutes les chances de son côté. Différentes études montrent que l’alimentation peut limiter le rétrécissement cérébral.

Rester mince pour garder un cerveau jeune

Une étude publiée en juillet 2016 dans la revue Neurobiology of Aging a montré, chez des personnes obèses ou en surpoids, que leur cerveau apparaissait comme ayant dix ans de plus que celui de personnes minces. Dans cette étude portant sur 527 personne âgées de 18 à 87 ans, les chercheurs ont classé les participants en deux catégories en fonction de leur indice de masse corporelle (IMC). On calcule l'IMC en divisant le poids (en kilo) par la taille au carré (en mètre). 246 personnes étaient considérées comme minces (IMC compris entre 18,5 et 25) et 227 étaient en surpoids ou obèses.

Les chercheurs ont regardé les scanners des personnes de plus de 37 ans, l’âge auquel le volume de matière blanche commence à diminuer. Ils ont trouvé que les personnes en surpoids ou obèses avaient moins de matière blanche que les personnes minces. Cette différence était plus importante vers 40 ans et se stabilisait, ce qui correspond à une différence équivalant à une décennie par rapport aux personnes minces. En revanche, aucune baisse des performances cognitives n'étaient observées (aucune différence de QI) dans le groupe des personnes en surpoids.

La matière blanche est un tissu composé de fibres nerveuses faisant la communication entre différentes régions du cerveau. Le volume de matière blanche dans un cerveau humain augmente pendant l’enfance et diminue avec l’âge lors du vieillissement.

Même si l’étude suggère que l’obésité pourrait augmenter le risque de neurodégénération, rien n'est sûr. Il est en effet possible que ce soit le changement dans le cerveau qui ait conduit les personnes à manger davantage.

Tout comme le vieillissement, l’obésité augmente le stress oxydatif et l’inflammation par la production de cytokines pro-inflammatoires dans les tissus adipeux. A l’inverse, une restriction calorique a un effet neuroprotecteur et semble ralentir le vieillissement.

Un cerveau plus gros avec un régime méditerranéen

Dans une autre étude, les chercheurs ont recueilli les données concernant 674 personnes, âgées en moyenne de 80 ans et ne présentant pas de signes de démence. Les participants ont répondu à un questionnaire alimentaire concernant leur alimentation lors de l’année écoulée puis ont passé un IRM du cerveau environ 7 mois après avoir répondu au questionnaire.

Résultats : les personnes qui avaient un régime alimentaire riche en fruits et légumes frais, poissons, légumineuses et huile d’olive, qui consommaient des quantités faibles à modérées d’alcool et qui mangeaient peu de viande et de produits laitiers présentaient un rétrécissement du cerveau plus faible que les personnes qui n’avaient pas ce type d’alimentation. Les personnes dont l’alimentation se rapprochait le plus du régime méditerranéen avaient un volume du cerveau plus important de 13,1 mL par rappot à celles dont l'alimentation s'en éloignait le plus. Les volumes de matière grise et de matière blanche étaient plus importants respectivement de 5 mL  et de 6,41 mL. C’est la consommation élevée de poisson et la faible consommation de viande qui influencent le plus cette association.

 Lire : Le régime méditerranéen protège la mémoire et le cerveau

« Ces résultats sont très intéressants, ils montrent qu’il est possible de prévenir l’atrophie du cerveau et les effets du vieillissement du cerveau en adoptant une alimentation saine » commente le Dr Yian Gu, auteur de l’étude. Manger plus de poissons et moins de viande est associé à un rétrécissement du cerveau plus faible. « Consommer 85 à 150 g de poisson par semaine et pas plus de 100 g de viande par jour apporterait une protection importante contre la perte des cellules du cerveau, équivalente à 3 ou 4 ans de vieillissement »
Les bénéfices du régime méditerranéen proviennent notamment des acides gras oméga-3 du poisson qui permettent de garder les cellules nerveuses en bonne santé, du vin rouge et d'autres sources d'antioxydants et des vitamines du groupe B qui peuvent aider à ralentir l’atrophie du cerveau.

Pour prévenir et soigner Alzheimer, lisez le livre de Michèle Serrand sur le régime cétogène (Lire un extrait ICI  >>)

L’exercice physique est un autre moyen de limiter le rétrécissement du cerveau au cours du vieillissement.

 Lire : Comment empêcher votre cerveau de rétrécir

Sources

Lisa Ronan, Aaron F. Alexander-Bloch, Konrad Wagstyl, Sadaf Farooqi, Carol Brayne, Lorraine K. Tyler, Cam-CANe, Paul C. Fletcher Obesity associated with increased brain-age from mid-life. Neurobiology of Aging 2016.

Gu, Yian PhD; Brickman, Adam M. PhD; Stern, Yaakov PhD; Habeck, Christian G. PhD; Razlighi, Qolamreza R. PhD; Luchsinger, Jose A. PhD; Manly, Jennifer J. PhD; Schupf, Nicole PhD; Mayeux, Richard MD; Scarmeas, Nikolaos MD. Mediterranean diet and brain structure in a multiethnic elderly cohort. Neurology, Publish Ahead of Print, 21 October 2015.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top