On pourrait "rajeunir" en mangeant moins 5 jours par mois

Par Thierry Souccar - Journaliste et auteur scientifique, directeur de laNutrition.fr Publié le 22/06/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Un régime de 5 jours qui imite le jeûne diminue le risque de maladies chroniques et stimule les fonctions cérébrales.

Le jeûne est un moyen efficace de perdre du poids, stimuler l’immunité et prévenir des maladies comme le diabète. Mais les médecins sont réticents à le recommander à leurs patients. Ils pourraient l’être moins avec ce régime de 5 jours par mois mis au point par des chercheurs de l’université de Californie dirigés par le Pr Valter Longo et baptisé Fasting Mimicking Diet (régime mimant le jeûne).

Dans l'étude, publiée dans la revue Cell Metabolism , les participants qui ont suivi ce régime pendant 3 mois ont réduit les facteurs de risque impliqués dans le vieillissement, le cancer, le diabète, les maladies cardiovasculaires. Le nombre de participants était réduit - 19 seulement – mais les résultats sont si prometteurs que les chercheurs envisagent d'obtenir de la Food and Drug Administration qu’il puisse être recommandé aux patients.

Pour les auteurs de l’étude, le jeûne stimulerait les fonctions de l’organisme en éliminant les cellules endommagées et en favorisant la régénération cellulaire.

Lire aussi : Jeûner un jour sur deux pour vivre plus longtemps

Le régime décrit dans l'étude est construit ainsi : pendant 25 jours on mange normalement. Ensuite, le premier jour du régime, on réduit ses apports caloriques à 1090 kcal avec 10% de protéines, 56% de graisses et 34% de glucides. Puis du deuxième au cinquième jour, on n’absorbe que 725 calories dont 9% de protéines, 44% de graisses, 47% de glucides. Dans l'étude, les participants ont consommé beaucoup de soupes de légumes et de tisanes à la camomille.

C’est donc un régime peu calorique (34 à 54% des calories habituelles), plutôt riche en graisses comme le régime cétogène, pauvre en protéines, les glucides étant surtout apportés par des légumes.

Lire : Régime cétogène et jeûne sont anti-inflammatoires

Les chercheurs ont aussi publié une étude chez la souris âgée qui montre que lorsque les animaux suivent des cycles avec 4 jours pauvres en calories, leur graisse viscérale diminue, le nombre de cellules souches et de progéniteurs augmente dans plusieurs organes dont le cerveau : la régénération des circuits nerveux est stimulée, comme l’est la mémoire.

L'avis de LaNutrition.fr : Des études chez le primate ont déjà montré les bénéfices de la restriction calorique sur le vieillissement et le risque de maladies chroniques. Le jeûne intermittent est un moyen intéressant de s'approcher de la restriction calorique. Le régime présenté dans cette étude est une variation sur le thème du jeûne intermittent. Il n'est pas dit qu'elle soit plus facile à mettre en oeuvre qu'un jeûne hebdomadaire. Pour le savoir des études sur un plus grand nombre de participants sont nécessaires. Un jeûne ou une restriction calorique prolongés exposent à des déficits en vitamines et minéraux, aussi il est préférable de se faire conseiller par un diététicien-nutritionniste qui connaît bien ces pratiques, et prendre un complément de vitamines et minéraux. 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top