Surpoids, sédentarité, téléphone portable en cause dans la qualité du sperme

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 14/10/2013 Mis à jour le 10/03/2017
L’IMC et l’activité physique influencent, entre autres facteurs, la qualité du sperme.

L’obésité, la sédentarité, des sous-vêtements trop serrés et l’usage du téléphone portable seraient des facteurs défavorables à la qualité du sperme. C’est le résultat d’une nouvelle étude polonaise parue dans Systems Biology in Reproductive Medicine.

L’environnement influence la qualité du sperme. Ces dernières années, les problèmes d’infertilité masculine se sont accrus ; ils pourraient être causés par des changements de modes de vie. En France, le nombre de spermatozoïdes présents dans le sperme a diminué au cours des dernières décennies.

Lire : La qualité du sperme en fort déclin en France

L’objectif de l’étude était d’examiner l’association entre certains facteurs liés au style de vie et les paramètres du sperme. La population étudiée comprenait 344 hommes en bonne santé, âgés de moins de 45 ans, et qui avaient consulté dans une clinique d’infertilité pour un diagnostic. La concentration du sperme était normale (20 à 300 M/mL) ou présentait une légère oligozoospermie (15 à 20 M/mL). 41,6 % des patients étaient non-fumeurs et 14,5 % avaient eu une maladie qui pouvait avoir un impact sur la fertilité comme les oreillons ou une cryptorchidie.

Les chercheurs ont étudié des facteurs sur lesquels il est possible d’agir :

  • l’IMC : La plupart des participants étaient en surpoids (46,5 %) ou obèses (21 %). Un IMC élevé limitait le volume de sperme et le pourcentage de motilité, c'est-à-dire le nombre de spermatozoïdes mobiles ;
  • l’activité physique : elle était associée de manière positive avec la concentration de sperme. Les hommes actifs ont des taux plus élevés d’hormones importantes pour la reproduction (testostérone, LH, FSH) ;
  • le téléphone portable : 24 % des hommes étudiés l’utilisaient depuis plus de 10 ans. Sur cette durée, l’utilisation du téléphone portable était associée à une diminution du pourcentage de cellules mobiles,
  • les sous-vêtements : 41 % des hommes portaient des boxers. Ces sous-vêtements étaient associés à moins d'anomalies des spermatozoïdes,
  • le café : la consommation de café 1 à 6 fois dans la semaine et tous les jours était associée de manière positive avec le pourcentage de cellules mobiles. Mais boire du café tous les jours augmentait le pourcentage d’anomalies.

Par conséquent, certains paramètres du style de vie peuvent modifier la qualité du sperme : IMC, activité physique, utilisation du téléphone portable, sous-vêtements… Ces résultats sont importants pour prévenir les problèmes d’infertilité. Surveiller son poids et faire de l’exercice semble bénéfique.

D’autres facteurs environnementaux joueraient un rôle, et peut-être certains laitages.

Lire : fromage et fertilité

Les phtalates, des plastifiants présents dans certains produits de consommation, pourraient eux aussi jouer un rôle dans les problèmes de procréation.

Lire : Les phtalates des plastiques diminueraient la production de testostérone

Source

Jurewicz J, Radwan M, Sobala W, Ligocka D, Radwan P, Bochenek M, Hanke W. Lifestyle and semen quality: role of modifiable risk factors. Syst Biol Reprod Med. 2013 Sep 30.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top