Des AGE qui donnent de l’âge

Par Lanutrition.fr Publié le 21/04/2010 Mis à jour le 17/02/2017
L'essentiel

Les produits de glycation avancés (AGE) participent au vieillissement. Comment agissent-ils dans notre corps ?

La glycation, réaction entre sucre et résidus de protéines, aboutit à la formation de produits de glycation avancés (AGE). Ces AGE accélèrent le vieillissement de notre organisme et augmentent le risque de certaines maladies. Nous ne sommes pas seulement menacés par l’oxydation et le déclin hormonal, mais également par l’accumulation d’AGE causée principalement par la consommation d’aliments trop cuits.

Les AGE alimentaires en cause

C’est Helen Vlassara qui, la première, a suggéré un lien entre la toxicité des AGE alimentaires et des maladies comme le vieillissement ou le diabète. En  1997,  elle a montré que les AGE contenus dans les aliments étaient absorbés par notre corps et que l’alimentation était la principale source d’AGE. Tout est parti, presque par hasard et de manière cocasse, d’une simple collation. Il y a 10 ans, après un congrès sur les AGE et le diabète, Helen Vlassara s’est trouvée nez à nez avec une grosse part de gâteau qui lui a inspiré LA question : est-ce que les AGE contenus dans les aliments sont absorbés par notre organisme ? Sitôt rentrée, elle a cuisiné à son collègue et cobaye, le docteur Theodore Koschinsky, une préparation d’œufs et de sucre semblable à une meringue. Puis elle a mesuré le taux d’AGE dans son organisme. Bilan : ses AGE avaient grimpés en flèche (1).

Que deviennent les AGE  dans notre organisme ?

Hélas, les AGE ne font pas que passer. Ils circulent dans tout l’organisme et entrent dans les cellules. Le problème est que ces AGE ne peuvent être détruits et, à moins d’être éliminés dans les urines, vont donc s’accumuler dans les cellules. Dans tous les cas, ce ne sont pas des visiteurs bien intentionnés et ils perturbent notablement le fonctionnement de l’organisme.

Responsables de l’inflammation

Dans une étude de 2004, Helen Vlassara a montré que les patients atteints d’insuffisance rénale sont plus sensibles aux AGE, car ils ne peuvent éliminer correctement ces AGE dans les urines. Elle a recruté 189 patients qu’elle a séparés en deux groupes. Chacun de ces groupes s’est vu prescrire un régime spécial, riche en AGE ou pauvre en AGE. Après 4 semaines de ce régime, le Dr Vlassara a mesuré les marqueurs de l’inflammation des participants. Bilan : l’état inflammatoire était beaucoup plus faible chez ceux qui avaient mangé des repas pauvres en AGE (2). Les AGE pourraient donc être responsables de l’inflammation chez ces patients, ce qui est loin d’être anodin puisque les inflammations chroniques augmentent les risques de maladies cardiovasculaires.

L’année suivante, Le Dr Vlassara a montré que même chez les personnes en bonne santé, la consommation de grandes quantités d’AGE dans les assiettes induit un état inflammatoire (3).

Comment les AGE favorisent-ils l’inflammation ? Certaines cellules de notre système immunitaire ont leurs propres récepteurs aux AGE. C’est le cas des lymphocytes T. Si ceux-ci sont exposés à des AGE, cela provoque une réponse immunitaire. L’organisme peut alors être exposé à un état inflammatoire permanent. L’inflammation elle-même est soupçonnée de se cacher derrière les grandes épidémies de santé publique actuelles : diabète, obésité, allergies, maladies cardiovasculaires, arthrite,…

Responsables des complications du diabète

Les patients diabétiques sont également particulièrement sensibles aux dégâts causés par les AGE. Pourquoi ? Parce qu’ils ont plus de sucre dans leur sang. Comme les AGE sont produits à partir du sucre, les diabétiques produisent plus d’AGE. Équation simple et destructrice : les effets néfastes des AGE se manifestent beaucoup plus vite chez les personnes diabétiques que chez celles qui présentent une glycémie normale. Plusieurs études ont permis au Dr Vlassara de montrer que les AGE aggravent l’état de santé des patients diabétiques. La preuve ? L’administration de certaines substances capables de « contrecarrer » les effets des AGE permet de réduire la survenue des complications du diabète (4). Le simple fait de limiter les apports alimentaires en AGE a même permis au docteur Vlassara d’améliorer la santé de patients diabétiques : diminution de la résistance à l’insuline et des complications telles que les maladies cardiovasculaires, rénales et rétiniennes, que le diabète soit d’origine génétique ou non (5).

A l’origine du stress oxydant

En 2008, le Dr Vlassara a montré que l’excès d’AGE alimentaires contribue largement à l’accumulation des AGE avec l’âge. Les AGE se fixent sur des récepteurs spécifiques (les RAGE) et entraînent la formation de radicaux libres, des composés pro-oxydants qui accélèrent le vieillissement. Les AGE alimentaires favorisent donc le stress oxydant. C’est grâce à des études chez la souris et chez l’Homme que le Dr Vlassara a mis en évidence ces résultats. Elle s’est aperçue qu’une diminution de la quantité d’AGE dans l’alimentation réduisait le stress oxydant lié à l’âge. Par ailleurs, cette diminution d’AGE alimentaires augmente la durée de vie chez la souris (6).

Les autres méfaits des AGE

  • Ils s’attaquent aux molécules de collagène et leur font perdre leur élasticité. Résultat : la peau et les tendons sont distendus, ce qui contribue à l’apparition des rides, et le vieillissement cutané s’accélère.
  • Ils favorisent les maladies cardiovasculaires. La perte d’élasticité des fibres de collagène ne se contente pas de creuser des sillons sur notre front. Elle a aussi des conséquences importantes au niveau de nos artères. La paroi des artères est composée de fibres de collagène. Quand celles-ci se lient entre elles lors de la glycation, les artères deviennent plus rigides, ce qui favorise l’apparition de maladie s cardiovasculaires.
  • Ils augmentent le taux de cholestérol. Notamment de mauvais cholestérol, le LDL. Comment ? La glycation du cholestérol LD L l’empêche d’être reconnu par son récepteur. Le LDL circule dans le sang sans être inquiété et peut finir par se déposer le long des parois de nos artères : c’est la formation des plaques d’athérome. Le diamètre des nos vaisseau est diminué et le risque d’accidents cardiovasculaires augmente.
  • Ils peuvent altérer la vue. Quand les protéines du cristallin sont "glyquées", le cristallin s’opacifie et la vue peut diminuer : c’est la cataracte.
  • Ils endommagent nos chromosomes. La glycation empêche les acides nucléiques de bien fonctionner, ce qui peut provoquer des cassures des chromosomes.

Pour en savoir plus sur la réaction de glycation, vous pouvez consultez notre article « Qu’est-ce que la glycation ? ».

Pour savoir comment diminuer les AGE, lire également notre article « Lutter contre la glycation pour prévenir le vieillissement ».

Références

(1) Orally absorbed reactive glycation products (glycotoxins): an environmental risk factor in diabetic nephropathy.Koschinsky T, He CJ, Mitsuhashi T, Bucala R, Liu C, Buenting C, Heitmann K, Vlassara H. Proceedings of the National Academy of Sciences en 1997.

(2) Glycoxidation and inflammation in renal failure patients. Peppa M, Uribarri J, Cai W, Lu M, Vlassara H. Am J Kidney Dis. 2004 Apr;43(4):690-5.

(3) Diet-derived advanced glycation end products are major contributors to the body's AGE pool and induce inflammation in healthy subjects. Uribarri J, Cai W, Sandu O, Peppa M, Goldberg T, Vlassara H. Ann N Y Acad Sci. 2005 Jun;1043:461-6. Review.

(4) Advanced glycation end products and diabetic complications: a general overview. Peppa M, Vlassara H. Hormones (Athens). 2005 Jan-Mar; 4(1):28-37. Review.

(5) Advanced glycation in health and disease: role of the modern environment. Vlassara H. Ann N Y Acad Sci. 2005 Jun; 1043:452-60. Review.

(6) Peppa M, Uribarri J, Vlassara H; Aging and glycoxidant stress. Hormones (Athens). 2008 Apr-Jun; 7(2):123-32.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top