Alcool et cancer du sein: un mauvais mélange?

Par Lanutrition.fr Publié le 04/11/2011 Mis à jour le 10/03/2017
Une consommation même modérée d'alcool augmenterait le risque de cancer du seinLe mode de consommation (aux repas ou en dehors des repas) pourrait jouer un rôle

Des chercheurs, dont Walter Willett, professeur d'épidémiologie et de nutrition à Harvard et qui donne régulièrement son avis pour LaNutrition.fr, ont voulu évaluer plus précisément les liens entre alcool et cancer du sein.

Ils ont donc examiné les résultats d'une large étude, "l'étude des infirmières" qui a suivi 105 986 femmes entre 1980 et 2008. L'analyse dévoile une augmentation du risque de cancer du sein pour des doses d'alcool aussi basses que 5 à 9,9 grammes par jour, ce qui correspond à une consommation de 3 à 6 verres de vin par semaine. De plus, la fréquence de consommation n'a pas eu d'influence mais la pratique du "binge drinking" ou "cuite du week-end" augmente significativement le risque. (1)

Par rapport aux femmes qui ne buvaient pas, celles qui buvaient même peu ont connu une augmentation modeste du risque (+15%). Ce risque augmentait avec la consommation d'alcool : les femmes buvant au moins 30 g d'alcool chaque jour (l'équivalent de 2 verres) avaient un risque augmenté de 51%. Le risque augmenterait de 10% pour chaque augmentation de 10 g de la consommation d'alcool.

Les auteurs de l'étude expliquent: "Nous avons trouvé un risque pour une consommation d'alcool même très faible mais ce risque reste très modeste. Ces résultats sont cohérents d'un point de vue physiologique: l'alcool augmente le taux d'estrogènes dans le sang, ce qui signifie un risque plus faible d'ostéoporose mais un risque un peu plus élevé de cancer du sein (souvent hormono-dépendant). Quand nous disons aux gens qu'une consommation faible ou modérée d'alcool protège des maladies cardiovasculaires, de l'ostéoporose, du diabète et de la démence vasculaire, nous devrions aussi préciser que cela augmente légèrement le risque de cancer du sein."

Les auteurs ne trouvent pas de différence entre le type d'alcool (vin, bière, spiritueux) et le risque de cancer. Cette étude confirme d'autres travaux ayant conclu que la consommation d'alcool est associée à un risque modérément élevé de cancer du sein.

Il faut préciser que la plupart de ces études ont été conduites sur des populations de femmes américaines, britanniques et scandinaves, qui consomment l'alcool surtout en dehors des repas. Or il existe une différence dans le métabolisme de l'alcool selon qu'il est ou non consommé aux repas, en particulier le vin dans le cadre d'un régime méditerranéen. Les quelques études conduites en France (2) et en Grèce ont conclu qu'une consommation modérée de vin rouge (1 verre à 1,5 verres par jour) n'augmente pas le risque de cancer du sein.

Les femmes doivent-elles renoncer à boire un peu de vin après la ménopause ? Les résultats de l'étude soulèvent la question de savoir si les femmes ménopausées doivent cesser de boire de l'alcool pour diminuer leur risque de cancer du sein indique le Dr Steven A. Narod (Women’s College Research Institute, Toronto, Canada) dans un éditorial qui accompagne l’article. "Pour certaines femmes, l'augmentation du risque de cancer du sein peut être considéré comme suffisamment important pour juger prudent d’arrêter de boire. Cependant, il n'existe pas de données permettant de dire qu’arrêter de boire de l’alcool réduira le risque de cancer du sein", note-t-il. Il ajoute que les femmes qui s'abstiennent de toute consommation d’alcool risquent d’abandonner un bénéfice important sur le risque de mortalité cardiovasculaire pour un bénéfice potentiel plus faible sur le risque de cancer du sein. Ajoutons que les études ne montrent nullement que les femmes ayant eu un diagnostic de cancer du sein et qui boivent un peu d'alcool ont une mortalité plus élevée que celles qui ne boivent pas. (3)

Pour tout savoir sur le lien entre alcool et cancers, consultez nos dossiers

Pour tout savoir sur le lien entre alcool et maladies cardiovasculaires, cliquez ici.

Références

(1) Chen WY, Rosner B, Hankinson SE, Colditz GA, Willett WC. Moderate alcohol consumption during adult life, drinking patterns, and breast cancer risk. JAMA. 2011 Nov 2;306(17):1884-90.

(2) Bessaoud F, Daurès JP. Patterns of alcohol (especially wine) consumption and breast cancer risk: a case-control study among a population in Southern France. Ann Epidemiol. 2008 Jun;18(6):467-75. Epub 2008 Apr 28. PubMed PMID: 18440826.)

(3) Flatt SW. Low to moderate alcohol intake is not associated with increased mortality after breast cancer. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2010 Mar;19(3):681-8. Epub 2010 Feb 16. PubMed PMID: 20160253. PubMed Central PMCID: PMC2836421.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top