Chute des cancers de la prostate aux Etats-Unis

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 26/06/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Suite aux recommandations limitant le dépistage par test PSA, le nombre de nouveaux cas de cancer de la prostate diagnostiqués aux Etats-Unis a chuté.

En 2011, l’United States Preventive Services Task Force (USPSTF) a publié des recommandations s’opposant au dépistage de routine du cancer de la prostate avec le dosage PSA. Les conséquences ne se sont pas fait attendre : d'après un article  paru dans The Journal of Urology, les nouveaux diagnostics de cancer de la prostate ont diminué de 28 % dans l’année suivante.

Le cancer de la prostate est actuellement le premier cancer le plus fréquemment diagnostiqué en France chez l’homme. Depuis plusieurs années, des spécialistes ont remis en cause son dépistage systématique par test PSA. Ce test peut détecter tous types de cancers, y compris des petits cancers peu peu évolutifs qu'on a tendance à traiter quand même. Or le traitement du cancer de la prostate peut entraîner des effets secondaires : incontinence, impuissance et cystite due aux radiations.

Lire : Cancer de la prostate : non aux traitements inutiles et invalidants

Des chercheurs du Vanderbilt University medical Center ont voulu connaître l’effet des nouvelles recommandations de l’USPSTF aux Etats-Unis. Pour cela, ils ont relevé les nouveaux cas de cancers de la prostate diagnostiqués entre janvier 2010 et décembre 2012 dans les bases de données nationales du cancer. Ils ont analysé les diagnostics de cancers de la prostate par mois avant et après la diffusion des nouvelles recommandations, et les ont comparés aux évolutions des diagnostics de cancer du côlon.

En octobre 2011, l’USPSTF avait publié des recommandations décourageant l’utilisation du dépistage PSA de manière systématique car les effets négatifs seraient supérieurs aux bénéfices. Il y aurait trop de cas de surtraitements et de surdiagnostics.

Lire : Trop de personnes inutilement traitées pour un cancer

L’incidence des diagnostics de cancer de la prostate a diminué de 1.383 cas par mois (12,2 %) le mois suivant les recommandations et a continué à baisser ensuite. 12 mois après la publication des recommandations, les diagnostics de cancers à faible risque avaient chuté de 37,9 % alors que les nouveaux diagnostics de cancer du côlon étaient restés stables. Les nouveaux diagnostics de cancer de la prostate ont aussi diminué de 23 à 29,3 % chez les hommes de plus de 70 ans. Or ceux-ci ne sont pas susceptibles de vivre assez longtemps pour bénéficier d’une détection précoce ; ils sont aussi une population à risque pour les effets secondaires négatifs dus au traitement.

Un an après la publication des recommandations, il y avait aussi 28,1 % de diagnostics de maladie à risque intermédiaire en moins et 23,1 % de cancers à haut risque en moins, Globalement, les diagnostics de cancers de la prostate de risque faible, intermédiaire ou élevé ont tous diminué de manière significative.

Lire : Les experts américains déconseillent le dépistage du cancer de la prostate par PSA

Les nouveaux diagnostics de cancers non-localisés  (extracapsulaires, c’est-à-dire formant des métastases) n’ont pas changé. Mais la période d’observation était trop courte pour connaître véritablement l’impact sur les cancers de la prostate métastatiques. Lorsque le cancer atteint le stade des métastases, la mortalité augmente.

Cepandant, pour Daniel Barocas, principal auteur de l’article, ces résultats soulèvent des interrogations. Le risque est de voir augmenter le nombre d’hommes diagnostiqués à un point avancé de la maladie. Les chercheurs craignent que des cancers à haut risque ne soient pas détectés pendant la fenêtre de temps où ils seraient curables.

Lire aussi : Touche pas à ma prostate et Le régime cétogène contre le cancer (lire un extrait ICI  >>)

Source

Barocas DA, Mallin K, Graves AJ, Penson DF, Palis B, Winchester DP, Chang SS. The effect of the United States Preventive Services Task Force grade D recommendation against screening for prostate cancer on incident prostate cancer diagnoses in the US. J Urol. 2015 Jun 15. pii: S0022-5347(15)04209-3. doi: 10.1016/j.juro.2015.06.075.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top