Un tiers de l’Amérique serait au sans gluten

Par Thierry Souccar - Journaliste et auteur scientifique, directeur de laNutrition.fr Publié le 02/12/2013 Mis à jour le 10/03/2017
Une vague de sans gluten déferle sur les Etats-Unis, obligeant les industriels à modifier la composition de leurs produits, et les restaurateurs à élargir leur carte. La consommation de blé est au plus bas. Décryptage.

Selon les derniers chiffres disponibles, un Américain sur trois, soit environ 105 millions de personnes, fuit les aliments contenant du gluten en raison d’une maladie cœliaque, d’une sensibilité au gluten réelle ou supposée, de maladies auto-immunes, ou par choix personnel (enquête NPD 2013). Ce mouvement d’une ampleur sans précédent a pris les industriels de court et les oblige à reformuler en catastrophe leurs produits ou les éliminer carrément des rayons. Des entreprises comme General Mills et Kellogg par exemple, font disparaître certains de leurs produits à base de farine de blé, mais aussi des ingrédients qui renferment du gluten comme le sirop de malt d'orge. Les restaurants sont de plus en plus nombreux à proposer une carte sans gluten. Les brasseurs aussi modifient la composition de leurs bières. Le marché du sans gluten devrait progresser de 4,4 milliards de dollars à 6,6 milliards entre 2012 et 2017.

Ce sont de bonnes nouvelles pour les Américains qui souffrent de maladie cœliaque ou de sensibilité au gluten, car jusqu’à une époque récente il leur était difficile de faire leur marché. Cependant, ce mouvement a ses contradicteurs : médecins, journalistes, industriels, pour lesquels seules les personnes souffrant de maladie cœliaque peuvent tirer un bénéfice d’un régime sans gluten. La même attitude de déni se retrouve en France.

Lire : Comment les céréaliers tentent d'enrayer la vogue du sans gluten

En réalité, il est clair que de nombreuses catégories de la population se trouvent mieux d’une alimentation sans gluten, ne serait-ce, comme l’écrit Julien Venesson parce que les blés hybridés modernes sont très différents des blés consommés par nos ancêtres et que ces changements ont probablement contribué à étendre la sensibilité aux constituants de cette plante et de ses cousines. Les personnes avec une maladie auto-immune voient souvent leur santé améliorée avec un régime sans gluten, comme le montre le témoignage de la chercheuse Jacqueline Lagacé.

Aux Etats-Unis, la consommation de blé a atteint son plus bas niveau depuis 22 ans selon les chiffres du ministère de l'Agriculture. Cependant, tout le monde n'a pas besoin de supprimer les aliments à base de blé ou d'autres céréales à gluten (lire encadré), et les substituts industriels sans gluten sont même parfois pires.

Lire : Les pièges des aliments sans gluten

L'analyse de LaNutrition.fr : LaNutrition.fr estime que la majeure partie de la population peut malgré tout continuer de consommer (avec modération) des aliments contenant du gluten en les choisissant peu transformés. Pour les autres, hors la maladie cœliaque, que l'on peut diagnostiquer, le seul moyen de savoir si on a un problème avec ces aliments, c'est de les éliminer pendant deux mois, et noter les améliorations éventuelles de sa santé.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top