Vitamine E : femmes enceintes, enfants et personnes âgées devraient se supplémenter

Par Juliette Pouyat Publié le 19/09/2014 Mis à jour le 10/03/2017

Une spécialiste de la vitamine E met en garde contre des apports insuffisants particulièrement chez les enfants, les personnes âgées et les femmes enceintes.

La vitamine E exerce une activité antioxydante dans la phase grasse des compartiments biologiques, comme les membranes des cellules. Elle nous protège de l’action des radicaux libres et des espèces réactives de l'oxygène (ROS). Selon un nouvel article –une revue de plusieurs études- paru dans Advances in Nutrition, les apports en vitamine E sont souvent insuffisants et même particulièrement critiques pour les jeunes enfants, les personnes âgées et les femmes enceintes ou sur le point de l’être.

Lire : l'essentiel sur les 13 vitamines

« Un apport approprié en vitamine E tout au long de la vie est important. Mais c’est un objectif compliqué à atteindre étant donné que ce nutriment est difficile à obtenir uniquement à partir du régime alimentaire » disent les chercheurs. Une estimation montre d’ailleurs que seule une très petite fraction d’Américains –environ 10%- consomme assez de vitamine E alimentaire pour répondre aux besoins.

« Pourtant des critiques inutiles ont émergé pour alerter sur un apport excessif en vitamine E, alors qu’en fait le régime alimentaire de la plupart des gens ne suffit pas » dit Maret Traber, professeur au College of Public Health and Human Sciences à Oregon State University, auteur de l’article et spécialiste de la vitamine E.

« Beaucoup de personnes pensent que la déficience en vitamine E n’arrive jamais » dit-elle. « C’est faux, cela se produit avec une fréquence alarmante aux Etats-Unis et partout dans le monde. Mais certaines conséquences de cet apport insuffisant sont moins évidents comme l’impact sur le système nerveux, le développement du cerveau ou la résistance générale à l’infection ».

Les meilleures sources alimentaires de vitamine E –noix, graines, épinards, graines de blé, huile - n’ont pas forcément une grande place dans le régime alimentaire des Américains. Une étude montre que les personnes qui adoptent un régime alimentaire approprié consomment presque suffisamment de vitamine E mais des enquêtes plus larges suggèrent que la très grande majorité n’atteint pas la quantité recommandée, 15 mg par jour pour les adultes.

Dans cet article, le Dr Traber résume les données scientifiques les plus récentes sur la vitamine E comme par exemple l’importance de la vitamine E pendant le développement du fœtus et dans les premières années de vie et la difficulté d’évaluer le niveau de vitamine E par la mesure des taux sanguins uniquement. En effet, avec l’âge le taux de vitamine E dans le sang augmente en même temps que le niveau de lipides mais cela ne reflète pas une utilisation correcte de la vitamine E dans les tissus et les organes.

L’article rapporte également d’autres résultats :

-          Une quantité insuffisante de vitamine E est associée à un risque accru d’infections, d’anémie et de retard de croissance

-          Un déficit apparent, notamment chez les enfants, peut provoquer des troubles neurologiques et la détérioration des muscles

-          Des concentrations plus élevées de vitamine E à la naissance sont associées à une amélioration des fonctions cognitives chez les enfants de 2 ans.

-          Une supplémentation en vitamine E permettrait de ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer

-          Le rôle protecteur d’apports suffisants en vitamine E tout au long de la vie vis-à-vis de la démence.

 

 Lire : La vitamine E diminue la mortalité

L’article rapporte également d’autres résultats :

« Avoir des apports suffisants en vitamine E est important toute la vie durant. Mais la vitamine E est primordiale pendant une période de 1000 jours qui débute dès la conception » dit le Dr Traber. « La vitamine E est essentielle au développement du cerveau qui se produit uniquement à cette période ».

L’auteur recommande une supplémentation en vitamine E, particulièrement pour les personnes « à risque » : les femmes enceintes ou qui projettent d’avoir un enfant, les enfants et les personnes âgées.

Lire aussi : 13 règles pour choisir un complément alimentaire

Sources

Maret Traber. Vitamin E Inadequacy in Humans: Causes and Consequences. doi: 10.3945/​an.114.006254 Adv Nutr September 2014 vol. 5: 503-514

Oregon State University. "Vitamin E intake critical during 'the first 1,000 days'." ScienceDaily. ScienceDaily, 15 September 2014.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top