« La nature nous sauvera »

Par Lanutrition.fr Publié le 28/08/2008 Mis à jour le 21/11/2017
François Couplan est un sacré personnage. Depuis sa jeunesse et ses excursions en solitaire dans les montagnes de la haute Provence, il se nourri, dès qu’il le peut, de plantes sauvages. Sa passion pour la nature conditionne sa vision du monde. Dans son livre « La nature nous sauvera » et sous couvert de promouvoir le retour à une forme de cueillette moderne, François Couplan aborde la problématique du siècle : le devenir de la biodiversité et de nos ressources naturelles.

La vie de François Couplan a des allures de voyage initiatique. Très jeune, il réalise que pour s’épanouir, il devra être indépendant. Et cette indépendance passe par l’alimentation. « A partir du moment où j’ai pris conscience que je pouvais me nourrir de plantes sauvages, je n’ai eu de cesse de vérifier que je pouvais réellement acquérir cette indépendance dans ma vie quotidienne ». Il apprendra tout seul, grâce à des livres, de très nombreux voyages et des rencontres. De retour en France, François Couplan partage son savoir grâce à des stages et des conférences. Il est l’auteur d’une quarantaine de livres et son Encyclopédie des végétaux sauvages comestibles en Amérique du Nord y est une référence.

Mais pourquoi la nature devrait-elle nous sauver ? Depuis la fin de l’ère paléolithique, il y a à peine plus de 10 000 ans et l’invention de culture, nous avons perdu le lien privilégié que nos ancêtres de la préhistoire avaient avec la nature. Paradoxalement, l’agriculture intensive a appauvri le nombre d’espèces, faisant disparaître la biodiversité. Sur l’échelle de son existence « l’homme a passé 99,5% de son temps à vivre dans la nature et 0,5% dans la culture ».

Conséquences ? « Malgré l’abondance et la variété de son alimentation, l’Occidental moyen est fortement carencé en ce qui concerne les sels minéraux, les oligo-éléments, les vitamines, les flavonoïdes et les antioxydants qui ralentissent le vieillissement cellulaire. Ces substances indispensables à la santé font défaut dans les produits raffinés, les aliments industriels et les légumes ou les fruits cultivés de façon intensive ». L’ortie contient sept fois plus de vitamine C que les oranges et les feuilles de pissenlit sont aussi riches en provitamines A que la carotte…

François Couplan milite pour la réhabilitation de la cueillette, au même rang que l’agriculture, pour que nous prenions conscience de cette liberté…Et ce retour aux origines n’a rien d’un retour en arrière… Au contraire, monde civilisé et monde sauvage peuvent et doivent cohabiter.

François Couplan est docteur ès-sciences, premier spécialiste mondial des plantes sauvages comestibles et l’auteur de

La Nature nous sauvera, Réponses préhistoriques aux problèmes d'aujourd'hui. Entretien clés, Editions Albin Michel, 2008.

Pour en savoir plus sur le régime préhistorique, consultez le dossier de LaNutrition.fr

Lire l'interview de François Couplan

A découvrir également

Back to top