Pour la réparation musculaire, des taux de glucose bas seraient plus favorables

Par Priscille Tremblais - Journaliste scientifique Publié le 06/04/2021 Mis à jour le 06/04/2021
Actualité

Une étude japonaise récente met en lumière le milieu de culture le plus favorable à la prolifération des cellules souches musculaires, permettant la réparation du muscle. Et, surprise, contrairement aux autres cellules, elles n'aiment pas le glucose.

Pourquoi c'est important

Le muscle est un tissu qui est en perpétuelle régénération, un peu comme l'os, car il s'use quand on l'utilise. Un des principes pour gagner en force est d'ailleurs d'induire intentionnellement de petites lésions musculaires afin de créer de nouvelles fibres musculaires au moment de la réparation (en apportant les nutriments nécessaires à ce moment-là).

Ces dernières années, les scientifiques ont commencé à mieux comprendre comment cette réparation se faisait au niveau cellulaire. Des cellules souches adultes spéciales, les cellules satellites musculaires, que l'on trouve dans le muscle strié, le long des myofibres, y jouent un rôle crucial. Lorsque les myofibres sont endommagées, les cellules satellites s'emballent, se multiplient et finissent par fusionner avec elles. Cela permet non seulement de réparer les dommages, mais aussi de maintenir la masse musculaire. 

Pour comprendre comment se produit la perte musculaire due à la maladie, à l'inactivité ou à l'âge, la maîtrise des mécanismes spécifiques impliqués est un défi majeur pour la science médicale. D'où l'idée de chercheurs japonais de vouloir mieux évaluer comment les cellules satellites musculaires se multiplient, notamment en dehors du corps.

L'étude

Des scientifiques de l'université métropolitaine de Tokyo (Japon) ont examiné comment les cellules satellites musculaires se multiplient dans des boîtes de Petri (en laboratoire donc), à l'aide d'un milieu favorable à leur croissance. Ils ont noté que si ces cellules étaient placées dans un milieu riche en glucose, elles se multipliaient moins vite. 

Ce résultat est surprenant car le glucose est considéré comme essentiel à la croissance cellulaire. En effet, il est facilement converti par les cellules en ATP, le carburant qui leur permet de fonctionner. Et pourtant, l'équipe japonaise a constaté que les cellules satellites musculaires se développaient mieux dans un milieu pas trop riche en glucose.

Quand les chercheurs tentaient de multiplier des cellules satellites dans un milieu riche en glucose, ce sont les autres types de cellules musculaires de leur échantillon qui en profitaient. En revanche, lorsqu'ils ont maintenu des taux de glucose bas dans le milieu de culture, ils ont pu obtenir des cultures « pures » de cellules satellites. Preuve que toutes les cellules musculaires ne profitent pas des mêmes conditions de culture.

Pour les chercheurs, ces cellules souches particulières semblent puiser leur énergie d'une source complètement différente du glucose. Et ils essaient déjà de déterminer laquelle. 
Ils notent aussi que les niveaux de glucose utilisés dans les études précédentes sur les cellules satellites correspondaient à ceux qu'on trouve chez des personnes diabétiques. Cela pourrait, selon eux, expliquer pourquoi on observe une perte de masse musculaire chez les diabétiques de type 2.

En pratique

Si cette étude est importante pour la recherche biomédicale, ses implications pratiques devront encore attendre. On peut supposer néanmoins que la préconisation des experts sportifs comme le Dr Fabrice Kuhn, d'utiliser des collations de récupération à index glycémique bas (ou protéiques) sont plus de nature à favoriser à la réparation musculaire que celles riches en glucides/sucres.

A lire : Nutrition de l'endurance et Nutrition de la force

Références
  1. Yasuro Furuichi et al, Excess Glucose Impedes the Proliferation of Skeletal Muscle Satellite Cells Under Adherent Culture Conditions, Frontiers in Cell and Developmental Biology (2021).

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top