Un sirop sucré est toxique pour les abeilles. Et pour l’homme ?

Par Lanutrition.fr Publié le 07/02/2012 Mis à jour le 06/02/2017
Un sirop de sucre est-il par sa toxicité à l’origine du déclin des abeilles ? Ce sucre étant aussi consommé par l’homme, quelles sont ses conséquences sur la santé ? La question est posée par une étude américaine.

Le déclin des populations d’abeilles dans le monde reste inexpliqué. Ont été successivement incriminés les pesticides, les OGM, les changements de champ magnétique, la pollution atmosphérique, le réchauffement climatique. Mais il n’existe aucune explication satisfaisante pour l’instant.

Et voici qu’une nouvelle piste se profile. Les abeilles reçoivent fréquemment à certaines périodes de l’année comme la fin de l’été, des sirops sucrés. Ils sont destinés à favoriser la reproduction et la production de miel. Parmi eux les sirops issus de l’hydrolyse du maïs, riches en fructose - un sucre que l'on retrouve naturellement dans les fruits et dans le miel - sont très prisés des apiculteurs. Ces sirops sont appelés HFCS (high fructose corn syrup). Ils sont composés presqu'en partie égale de glucose et de fructose (un peu plus du second que du premier), deux sucres simples. A cet égard, ils sont proches dans leur composition du sucre blanc, le saccharose (50% de glucose, 50% de fructose).

Des chercheurs ont établi que ces sirops, lorsqu’ils sont chauffés modérément – dès 50°C – donnent un composé toxique issu de la dégradation du fructose, appelé 5-hydroxymethylfurfural (HMF). Le HMF est toxique pour les abeilles et il pourrait donc jouer un rôle dans le déclin des abeilles observé sur tous les continents.

En 2009, Blaise LeBlanc and Gillian Eggleston qui travaillent dans un centre de recherches du ministère de l’agriculture à Tucson (Arizona) ont mesuré le niveau de HMF dans des sirops de maïs riches en fructose au cours d’une période de 35 jours. Résultats : plus les températures s’élèvent, plus le niveau de HMF monte.

Ces données sont importantes pour comprendre le mal dont sont victimes les abeilles, mais, assurent les chercheurs, elles sont aussi importantes pour la santé humaine. Les sirops de type HFCS sont en effet incorporés à une myriade d’aliments, aux Etats-Unis bien sûr mais aussi et de plus en plus en Europe. On en trouve dans les sodas, les plats cuisinés, les yaourts, les confitures. Leur consommation aux Etats-Unis et en Europe a donc considérablement augmenté ces dernières années. Et comme ces sirops ressemblent au sucre blanc, on peut penser que s'ils sont problématiques, alors les aliments sucrés avec du saccharose le sont tout autant.

Le fructose bénéficie d’une image "diététique" car il est présenté comme "sucre de fruits". De nombreux médecins le conseillent aux diabétiques puisqu’il n’élève pas la glycémie. En réalité, le fructose ajouté aux aliments et le HFCS sont à l’origine d’une résistance à l’insuline qui peut conduire à l'obésité et au diabète de type 2. Cette étude montre que ces aliments édulcorés au fructose pourraient présenter un nouveau risque pour la santé via ses produits de dégradation. Des études ont trouvé que le HMF endommage le support du code génétique (ADN) de nos cellules via son produit de dégradation, le 5-sulphoxymethylfurfural (SMF). A noter que le miel d'abeilles nourries au sirop de maïs riche en fructose renferme lui aussi du HMF.

Lisez aussi sur ce thème les articles :

Le sucre dans tous ses états

Quels sucres consomme-t-on ?

Petite histoire du sirop de glucose-fructose

Le problème avec le fructose

Leblanc BW, Eggleston G, Sammataro D, Cornett C, Dufault R, Deeby T, St Cyr E. Formation of Hydroxymethylfurfural in Domestic High-Fructose Corn Syrup and Its Toxicity to the Honey Bee ( Apis mellifera ). J Agric Food Chem. 2009 Jul 31.[Epub ahead of print]

A découvrir également

Back to top