Laver son linge à 30°C : un geste écologique ?

Par Priscille Tremblais - Journaliste scientifique Publié le 13/04/2021 Mis à jour le 13/04/2021
Article

Oui, selon la marque Ariel qui en profite pour mettre en avant sa nouvelle formule de lessive brevetée qui détache tout, même à cette température de lavage. La réalité, c'est que la nature de la lessive compte aussi. Détails.

Une réelle économie d'énergie

En 2021, la marque Ariel (Procter & Gamble) a lancé une grande campagne de communication : « Chaque degré compte ». Selon cette campagne, si tout le monde en France lavait son linge systématiquement à 30°C, cela permettrait de faire une économie d'énergie équivalente à la consommation de la ville de Nantes.

Et c'est vrai que baisser la température de lavage permet de réduire la consommation d'énergie puisque, comme le soulignent les auteures de la Petite bible de santé environnementale, « 80% de l'énergie consommée par un lave-linge ou un lave-vaisselle est utilisée pour chauffer l'eau ».

Où est le problème, alors ?

Dans la solution « écologique » de Procter &Gamble : les Pods 3 en 1 qui intègrent une enzyme brevetée « facilement biodégradable et issue des algues de la Mer du Nord » (cette lessive est en effet fabriquée en France, à Amiens). Ces Pods nécessitent moins d'eau pour les fabriquer et moins de plastique d'emballage, ce qui le rend donc plus « écologiques » pour leur fabricant. Mais cette lessive ne bénéficie pour autant d'aucun label écologique – Ariel n'étant par ailleurs « pas connu pour faire de la lessive écologique » comme le souligne Clémence Pouclat, éco-conseillère et co-auteure de la Petite bible de santé environnementale.

La preuve, avec les ingrédients de ces Pods : 2,4-Diméthyl-3-Cyclohéxène Carboxaldéhyde, 4-Tert-Butylcyclohexyl Acétate, Benzyl Salicylate, Citronellol, Eucalyptol, Hexyl Cinnamal, Lavandula Hybrida Grosso Herb Oil, Linalool, Méthylundecanal, Nerol, Tétraméthyl Acétyloctahydronaphthalènes, Pentadécal.

Ça donne envie, n'est-ce pas ? Outre un parfum potentiellement allergisant, on note une majorité d'ingrédients synthétiques à la biodégradabilité douteuse. Ariel justifie le recours à la pétrochimie par la déforestation qu'engendrerait le passage au tout végétal, vu ses volumes de ventes. La marque communique cependant sur sa volonté d'une réduction progressive des ingrédients d'origine pétrochimique. En attendant, elle donne un bel exemple de « greenwashing » (à 30°C).

Que faire en pratique ?

Utiliser une lessive réellement écologique (donc qui présente un label le prouvant). On peut aussi facilement fabriquer sa propre lessive à la maison avec des paillettes de savon de Marseille par exemple (30 g pour 1 L d'eau bouillante).
Et surtout, pour rester écolo, on n'utilise pas de sèche-linge mais on laisse le linge sécher à l'air libre (plus facile à faire dans le Sud !).

À lire aussi : L'illusion écologique du recyclage

Références
  1. Les échos, 11 mars 2021.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top