Alcool et santé cardiovasculaire : une question de dose

Par Lanutrition.fr Publié le 14/03/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Une consommation légère à modérée d’alcool - jusqu’à un verre par jour pour une femme et 1 à 2 verres par jour pour un homme - réduirait la mortalité, le risque de maladie coronarienne, de diabète ou d’AVC.

L’alcool est-il bon ou mauvais pour la santé et quelle quantité faudrait-il boire ? Ces questions n’ont pas fini d’alimenter les discussions de comptoir... Des chercheurs américains qui publient un article sur ce sujet dans Mayo Clinic Proceedings confirment que des bénéfices cardiovasculaires sont observés avec une consommation légère à modérée d'alcool, idéalement du vin rouge pris avant ou pendant le repas du soir (1). Mais la dose fait aussi le poison selon leurs recherches.

La surconsommation d’alcool est en effet liée à des pathologies graves : cirrhose, AVC, cancers du côlon-rectum, du sein, du larynx et du foie. L’alcool augmente aussi la violence et le risque d’accidents de la circulation.

Lire : Pourquoi l'alcool rend parfois agressif

Des chercheurs du Saint Luke’s Mid  American Heart Institute et de l’université du Missouri-Kansas ont voulu définir les risques et bénéfices associés à la consommation d’alcool. Pour cela, ils ont recherché des articles parus à ce sujet pendant 15 ans, entre 1997 et 2012.

Cela leur a permis d'abord de décrire les habitudes de boisson des Américains : 2/3 des adultes disent consommer de l’alcool, et 44 % boivent plus d’un verre par semaine. En moyenne, ces buveurs réguliers consomment 4,2 verres d’alcool par semaine, avec 6,2 verres par semaine pour les hommes, qui aiment surtout la bière, et 2,2 pour les femmes, qui préfèrent le vin.

Concernant la mortalité générale, une méta-analyse incluant 1 million de personnes a trouvé que la consommation légère à modérée d’alcool était associée avec une mortalité diminuée : le maximum de protection était relevé avec un demi à un verre par jour pour les femmes et 1 à 2 verres par jour pour les hommes (2). Mais 2,5 verres par jour pour les femmes et 4 par jour pour les hommes augmentaient le risque de décès.

Lire : L'alcool augmente-t-il la mortalité ?

De nombreuses études font état des bénéfices d’une consommation légère à modérée d’alcool, notamment chez les plus de 50 ans. Ainsi, dans une analyse de 8 études incluant 192 067 femmes et 74 919 hommes, une association inverse a été trouvée entre les apports d’alcool et le risque de maladie coronarienne (3). Mais ces réductions n’étaient pas significatives pour les moins de 50 ans car les plus jeunes ont moins de risque de maladie coronarienne et sont plus susceptibles de boire trop.

Boire de manière légère à modérée peut aussi améliorer l’état de santé de patients souffrant d'une maladie cardiovasculaire. Dans une méta-analyse de 8 études prospectives, comprenant 16 351 patients, la protection maximale s’observait avec 26 g d’alcool par jour, soit 2 verres (4).

Lire : L'alcool serait bénéfique pour les personnes hospitalisées

De plus, des apports légers à modérés d’alcool amélioreraient la sensibilité à l’insuline, réduiraient l’inflammation et amélioreraient la santé des vaisseaux sanguins. En particulier, par le vin rouge, qui est riche en polyphénols ayant des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et anti-plaquettaires.

Cependant, la surconsommation d’alcool augmente aussi le risque cardiovasculaire. L’alcoolisme est une cause fréquente d’hypertension réversible : boire plus de 2 verres par jour augmente le risque de tension artérielle élevée. Concernant les AVC, un effet protecteur existe avec une consommation légère à modérée mais le risque augmente en cas de forte consommation : ainsi, une étude sur 47 000 femmes japonaises suivies pendant 17 ans a montré que la consommation de 300 g par semaine d’alcool (plus de 21 verres par semaine) doublait le risque d’AVC (5).

Sources

(1) James H. O’Keefe, Salman K. Bhatti, Ata Bajwa, James J. DiNicolantonio, Carl J. Lavie. Alcohol and Cardiovascular Health: The Dose Makes the Poison…or the Remedy.  Mayo Clinic proceedings. Mayo Clinic 1 March 2014 (volume 89 issue 3 Pages 382-393 DOI: 10.1016/j.mayocp.2013.11.005)

(2) Di Castelnuovo A, Costanzo S, Bagnardi V, Donati MB, Iacoviello L, de Gaetano G. Alcohol dosing and total mortality in men and women: an updated meta-analysis of 34 prospective studies. Arch Intern Med. 2006;166(22):2437-2445.

(3) Hvidtfeldt UA, Tolstrup JS, Jakobsen MU, et al. Alcohol intake and risk of coronary heart disease in younger, middle-aged, and older adults. Circulation. 2010;121(14):1589-1597.

(4) Costanzo S, Di Castelnuovo A, Donati MB, Iacoviello L, de Gaetano G. Alcohol consumption and mortality in patients with cardiovascular disease: a meta-analysis. J Am Coll Cardiol. 2010;55(13):1339-1347.

(5) Ikehara S, Iso H, Yamagishi K, et al; JPHC Study Group. Alcohol consumption and risk of stroke and coronary heart disease among Japanese women: the Japan Public Health Centerbased prospective study. Prev Med. 2013;57(5):505-510.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top