Le déficit en vitamine D associé au rétrécissement des artères

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 10/04/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Des niveaux de vitamine D trop bas sont associés à l'athérosclérose.

Voici de nouvelles preuves de l’intérêt de la vitamine D dans la prévention des maladies cardiovasculaires : une recherche italienne suggère que les personnes qui ont de bas niveaux de vitamine D sont plus sujettes à la maladie coronaire artérielle et souffriraient plus souvent d'une forme sévère de cette maladie. Ces résultats ont été présentés lors du congrès annuel de l’American College of Cardiology à Washington.

La vitamine D est produite par la peau lorsqu’elle est exposée au rayonnement du soleil. On trouve aussi cette vitamine dans les poissons gras, les produits laitiers fortifiés et des compléments alimentaires. Le déficit en vitamine D touche une grande partie de la population des pays occidentaux.

Lire : Les européens manquent de vitamine D et magnésium

Dans cette étude, les chercheurs ont évalué les niveaux de vitamine D chez 1 484 patients. Ils ont défini le déficit en vitamine D comme un niveau inférieur à 20 ng/mL et un déficit sévère en-dessous de 10 ng/mL (NDLR : on considère généralement que le déficit commence en-dessous de 30 ng/mL). Des angiographies quantitatives coronaires ont permis de d’étudier le flux du sang dans les artères. Les chercheurs ont estimé que les patients souffraient d’une maladie coronaire artérielle s’ils avaient une réduction du diamètre de 50 % dans au moins une artère coronaire.

Résultats : 70,4 % des patients qui passaient une angiographie coronaire souffraient d’un déficit en vitamine D. Le déficit en vitamine D était associé à une fréquence plus élevée de la maladie coronaire artérielle : le risque de maladie augmentait de 32 % chez les patients qui avaient un déficit en vitamine D ; le risque d’atteindre le stade le plus sévère de la maladie chez ces patients augmentait de près de 20 %.

Les patients qui avaient des valeurs inférieures à 10 ng/mL de vitamine D avaient près de deux fois plus d’augmentation de l'athérosclérose coronaire par rapport à ceux qui avaient des niveaux normaux. L’athérosclérose se caractérise par la formation de plaques d'athérome dans les artères, ce qui réduit leur diamètre, voire les bouchet. Ces symptômes peuvent conduire à une crise cardiaque.

Pour Monica Verdoia, cardiologue et auteur de ces travaux, un régime riche en vitamine D et des exercices physiques modérés en extérieur pourraient être conseillés afin de prévenir les maladies cardiovasculaires. Pour l’instant, il n’y a pas de preuves suffisantes qu’une complémentation en vitamine D prévient les maladies cardiovasculaires.

Lire : Complémentation en vitamine D : des essais cliniques décevants

De bas niveaux de vitamine D sont donc associés à une fréquence plus élevée et une sévérité plus forte de la maladie artérielle coronaire. Ceci pourrait être dû aux rôles que la vitamine D joue dans l’immunité et l’inflammation, car l'athérosclérose est considdérée comme une maladie inflammatoire.

La vitamine D est également étudiée pour ses liens possibles avec d'autres affections : diabète, hypertension, sclérose en plaques, maladies auto-immunes, cancers...

Lire : Risque de décès augmenté lorsqu'on manque de vitamine D

Source

Monica Verdoia. Vitamin D Deficiency Is Independently Associated With The Extent Of Coronary Artery Disease. Présentation au congrès annuel de l'American College of Cardiology. Washington. 30 mars 2014.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRISTORE, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top