Les suppléments de vitamine E réduisent de 20% le risque d'infarctus

Par Juliette Pouyat - Journaliste scientifique Publié le 10/03/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Une supplémentation en vitamine E seule a un effet bénéfique sur le risque d’infarctus, ce qui n’est pas le cas lorsqu’elle est combinée à d’autres antioxydants

Une nouvelle étude – une synthèse de 16 essais cliniques contrôlés randomisés- parue dans la revue Nutrition, Metabolism and Cardiovascular Diseases rapporte qu’une supplémentation en vitamin E seule pourrait réduire le risque d’infarctus de presque 20%.

Lire : les suppléments de vitamine E réduisent la mortalité chez l'homme

L’athérosclérose est une maladie qui associe l’épaississement de la paroi des artères et la formation d’un dépôt de graisse dans les artères qu’on appelle la plaque d’athérome. Ces deux facteurs contribuent à la diminution du diamètre des artères et sont à l’origine de leur obstruction. « Les études expérimentales suggèrent que le stress oxydant joue un rôle dans l’athérosclérose » expliquent les auteurs. « Pourtant, cette hypothèse selon laquelle les espèces réactives de l’oxygène initieraient l’athérosclérose a été récemment remise en question, les essais cliniques concernant l’effet d’une supplémentation en antioxydants, notamment en vitamine E, chez l’homme n’ayant pas abouti à des résultats probants ».

Lire : du thé contre l'athérosclérose

La supplémentation en vitamine E a été particulièrement étudiée, des études d’observation ayant montré que les personnes avec un régime riche en vitamine E avaient un risque cardiovasculaire réduit. Pourtant, les études cliniques n’ont pas confirmé l’effet bénéfique d’une supplémentation en vitamine E, aboutissant même parfois à la conclusion inverse : une supplémentation en vitamine E pourrait augmenter le risque de mortalité toutes causes. « Le problème est que ces conclusions provenaient de méta-analyses incluant des essais avec une supplémentation en vitamine E seule ou combinée avec d’autres antioxydants, comme la vitamine C ou les caroténoïdes ».

Lire : Les antioxydants augmentent-ils la mortalité ?

Une interaction négative entre la vitamine E et les autres antioxydants ne pouvant pas être exclue, les chercheurs ont analysé d’un côté les études ne concernant qu’une supplémentation en vitamine E seule et de l’autre les études sur l’effet d’une supplémentation en vitamine E combinée à d’autres antioxydants.

Les chercheurs ont réalisé une synthèse de l’ensemble des données issues de 16 essais contrôlés randomisés ayant évalué si la vitamin E seule ou en combinaison avec d’autres antioxydants avaient un impact sur le risque cardiaque.

Lire : Daniel Sincholle : "les compléments antioxydants contrôlent l'inflammation"

L’analyse a montré que des doses plus élevées de vitamin E – allant de 400 à 800 UI par jour- permettaient de réduire de 20% le risque d’infarctus du myocarde, notamment mortel. Par contre, les chercheurs n’ont observé aucun effet lorsque la vitamin E est combinée avec d’autres antioxydants.

Selon les chercheurs, au vu de ces résultats positifs, l’effet potentiellement bénéfique de la vitamin E dans la prevention primaire ou secondaire de l’athérosclérose devrait être étudié dans des essais d’intervention. Des études évaluant l’effet de la vitamin E sur les marqueurs de la coagulation et l’activation plaquettaire ou du stress oxydant devraient être menées chez des patients à risque ou ayant subi un évènement cardiovasculaire, afin de définir la dose optimale de vitamin E.

Lire : vitamine E : femmes enceintes, enfants et personnes âgées devraient se supplémenter

Le fait que la vitamin E, qui est un antioxidant connu, diminue les séquelles cliniques de la maladie athéroscléreuse peut suggérer que la théorie du stress oxydant est toujours valide. La modulation du stress oxydant peut donc représenter un objectif important dans la réduction de l’athérosclérose” expliquent les chercheurs. Cependant, l’effet antioxydant pourrait ne pas être le seul mécanisme en jeu dans la propriété anti-athérosclérotique de la vitamin E qui possède d’autres activités anti-inflammatoires et anticoagulantes indépendantes de son rôle protecteur vis-à-vis du stress oxydant.

Lire : La vitamine E la moins connue serait anticancer

Parmi les études analysées, celles qui ne montraient pas clairement des bénéfices de la supplémentation en vitamine E sur la santé cardiovasculaire étaient celles impliquant des personnes traitées avec des médicaments contre le diabète ou après une chirurgie cardiovasculaire.

Cette étude est particulièrement intéressante car elle démontre que l’efficacité de la vitamine E varie lorsqu’elle est utilisée seule ou combinée à d’autres antioxydants. Mais elle vient contredire le principe d'une supplémentation synergique, associant les antioxydants. A cet égard, elle soulève de nouvelles questions auxquelles les chercheurs devront apporter des réponses.

Source

Loffredo L, Perri L, Castelnuovo AD, Iacoviello L, Gaetano GD, Violi F. Supplementation with vitamin e alone is associated with reduced myocardial infarction: a meta-analysis. Nutrition, Metabolism and Cardiovascular Diseases (2015), doi: 10.1016/j.numecd.2015.01.008

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRISTORE, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top