Seniors : plus de muscles grâce à la pomme et la tomate ?

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 21/09/2015 Mis à jour le 10/03/2017
La peau de la pomme et la tomate verte contiennent des molécules qui limitent la perte musculaire au cours du vieillissement.

Voici une nouvelle raison de manger des pommes, mais sans les éplucher : la pelure contiendrait une molécule qui prévient la perte musculaire au cours du vieillissement, d'après un article paru dans Journal of Biological Chemistry. Ce serait aussi le cas d'un composé présent dans les tomates vertes.

Au cours du viellissement, l'organisme perd progressivement de la masse et de la force musculaire. Les conséquences de cette perte musculaire sont importantes car elle limite l'activité de l'individu, sa qualité de vie et contribue à un risque plus grand de chutes et de fractures. Il peut ensuite y avoir un cercle vicieux puisque si l'individu utilise encore moins ses muscles, la perte musculaire s'aggrave.

Lire : Comment l'exercice nous empêche de vieillir 

Dans cette étude, les chercheurs de l'université de l'Iowa ont identifié deux molécules capables d'inhiber l'atrophie et la faiblesse musculaires liées à l'âge : l'acide ursolique, un triterpénoïde pentacyclique que l'on trouve dans la pelure des pommes, et la tomatidine, un alcaloïde présent dans les tomates vertes.

Lire : Les atouts santé de la pomme

Lire : Les atouts santé de la tomate

Les chercheurs ont travaillé sur des modèles de souris. En deux mois de traitement, les deux molécules ont redonné un coup de jeune aux muscles des souris âgées : elles ont fortement réduit la faiblesse et l'atrophie musculaires liées à l'âge, en augmentant la masse musculaire de 10 % et la « qualité musculaire » de 30 % en deux mois.

L'acide ursolique et la tomatidine agissent en limitant l'activité de la protéine ATF4, un facteur de transcription qui favorise l'atrophie et la faiblesse musculaires liées à l'âge. Chez le jeune adulte, les effets de ces deux molécules sur la croissance du muscle sont associés à l'activation de mTORC1, un médiateur de la croissance musculaire.

Cette nouvelle recherche propose donc des pistes pour prévenir la perte musculaire chez les personnes âgées. Comme l'acide ursolique et la tomatidine sont présents naturellement dans l'alimentation, les deux molécules pourraient être incorporées dans des produits nutritionnels visant à préserver la force et la masse musculaire au cours du vieillissement.

Lire : Une pomme par jour éloigne-t-elle vraiment le médecin ?

D'après Christopher Adams, principal auteur de l'étude, « l'acide ursolique et la tomatidine semblent avoir beaucoup de potentiel comme outils pour faire face à une faiblesse musculaire et une atrophie au cours du vieillissement. » Il ajoute : « En réduisant l'activité de ATF4, l'acide ursolique et la tomatidine permettent au muscle squelettique de se remettre des effets du vieillissement. »

Source

Scott M. Ebert, Michael C. Dyle, Steven A. Bullard, Jason M. Dierdorff, Daryl J. Murry, Daniel K. Fox, Kale S. Bongers, Vitor A. Lira, David K. Meyerholz, John J. Talley, and Christopher M. Adams. Identification and Small Molecule Inhibition of an ATF4-dependent Pathway to Age-related Skeletal Muscle Weakness and Atrophy. J. Biol. Chem. jbc.M115.681445. 3 septembre 2015, doi:10.1074/jbc.M115.681445

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top