Une pomme par jour éloigne-t-elle vraiment le médecin ?

Par Juliette Pouyat Publié le 03/04/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Des chercheurs ont "tranché" : ceux qui mangent une pomme par jour ne vont pas moins chez le médecin. En revanche, ils consomment moins de médicaments sur ordonnance

Dans une nouvelle étude parue dans le JAMA Internal Medicine, des chercheurs se sont penchés sur l’adage "Une pomme par jour éloigne le médecin" et ont montré qu’il n'était pas fondé. Selon eux, manger une pomme quotidiennement n’éloigne pas nécessairement le médecin, puisque les personnes qui mangent une pomme chaque jour ont à leur actif autant de visites chez le médecin que ceux qui n’en mangent pas ou peu. Par contre, ils consommeraient moins de médicaments.

Lire : les atouts santé de la pomme

« L’idée selon laquelle "une pomme par jour éloigne le médecin" est apparue dans une publication en 1866 sous une forme un peu différente "Manger une pomme avant d’aller au lit empêche le médecin de gagner son pain". C’est en 1913 que l’adage est apparu sous sa forme actuelle » expliquent les auteurs.

Au fil du temps, les pommes sont devenues des symboles de santé et d’habitudes alimentaires saines, et elles ont été utilisées par les gouvernements et les organisations de santé privées pour symboliser un mode de vie qui procure santé et bien-être.

Les bénéfices des pommes sur la santé ont été attribués aux fibres, aux vitamines et minéraux ou encore aux flavonoïdes qu'elles contiennent. La consommation de pommes a été associée à la perte de poids, la prévention de la dégradation neurologique, des bénéfices sur le cancer, la réduction des symptômes de l’asthme et une amélioration de la santé cardiovasculaire.

Lire : une preuve par jour pour mincir et la pomme bénéfique pour votre coeur

« Tout cela soulève la question de savoir si une pomme par jour éloigne le médecin, c’est-à-dire est ce que la consommation de pommes est associée à la réduction de l’utilisation des soins de santé ? » expliquent les auteurs. « Car si l’adage était vrai, compte tenu du prix d’une pomme, leur "prescription" réduirait les dépenses de santé » poursuivent les auteurs.

Dans cette étude, 8399 participants appartenant à la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) ont complété un questionnaire alimentaire. Parmi eux, 753 personnes mangeaient au moins une pomme par jour. Les chercheurs ont déterminé le nombre de visites chez le médecin durant l’année précédente : ils ont classé les participants en 2 groupes, ceux ayant effectué 0 ou 1 visite (correspondant au critère « éloigne le médecin ») et ceux ayant effectué plus d’une visite. Les chercheurs ont également évalué le recours à d’autres types de soins : séjour à l’hôpital, visites chez un professionnel de santé mentale et prescriptions de médicaments.

Les résultats montrent que parmi les participants un tiers a déclaré ne pas être allé chez le médecin plus d’une fois par an. Le reste des participants a effectué au moins 2 visites chez le médecin. En tenant compte des facteurs socio-démographiques et de certaines caractéristiques liées à la santé, les chercheurs ont montré que ceux qui mangent une pomme par jour n’effectuent pas moins de visites chez le médecin. Par contre, ils ont moins recours aux médicaments délivrés sur ordonnance.

Evidemment les résultats ne signifient pas que les pommes ne sont pas bonnes pour la santé mais ils soulignent qu’il faut plus qu’un seul aliment pour avoir une alimentation saine et éviter la maladie.

Lire : petite histoire de la pomme

L’étude présente cependant certaines limites : elle ne permet pas d’avoir une vision globale des habitudes alimentaires des participants et manque d’informations sur les autres aliments consommés. Les motifs de visite chez le médecin n’ont pas non plus été déterminés.

« Nos résultats suggèrent que la promotion de la consommation de pommes a un intérêt limité pour réduire les dépenses de santé. Puisque les affirmations doivent être fondées sur des preuves, il vaudrait mieux dire "Une pomme par jour éloigne le pharmacien" » concluent les auteurs.

Lire : réchauffement climatique : les pommes moins craquantes et plus sucrées

Source

Davis MA, Bynum JP, Sirovich BE. Association Between Apple Consumption and Physician Visits: Appealing the Conventional Wisdom That an Apple a Day Keeps the Doctor Away. JAMA Intern Med. 2015 Mar 30. doi: 10.1001/jamainternmed.2014.5466. [Epub ahead of print]

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top