Une canette de soda par jour augmenterait le risque d'infarctus

Par Lanutrition.fr Publié le 14/03/2012 Mis à jour le 10/03/2017
La consommation de sodas augmenterait le risque de maladies cardiovasculaires.Un risque augmenté à partir d'une canette par jour.

Les sodas seraient mauvais pour le coeur

Après avoir été accusés d'augmenter le risque de cancers via certains additifs voilà qu'une nouvelle étude fait le lien entre la consommation de sodas et le risque de maladies cardiovasculaires. 42 883 hommes âgés de 40 à 75 ans ont participé à une vaste étude démarrée en 1986, intitulée "Health Professionals Follow-up study". Tous les deux ans et jusqu'en 2008 les participants ont rempli des questionnaires sur leurs habitudes alimentaires et sur leur état de santé. Une prise de sang a également été effectuée.

En analysant les résultats, les chercheurs ont constaté qu'il existait un lien entre la consommation de sodas et le risque de maladies cardiovasculaires : les personnes qui consommaient un soda par jour ont vu leur risque augmenter de 20%. En revanche, aucun lien n'est retrouvé avec la consommation de sodas "light" (sans sucre mais avec édulcorants).

Frank Hu et son équipe expliquent que cette étude est forte de signification car des résultats similaires ont déjà été montrés chez les femmes dans une étude précédente. De plus il explique que le lien observé tient compte de nombreux paramètres : le lien avec les maladies cardiovasculaires ne dépend ainsi pas de l'âge, de l'activité physique, de la consommation d'alcool, de l'utilisation de vitamines, de la qualité de l'alimentation, du poids, de l'apport calorique, des changements de poids, du taux de cholestérol, du diabète ou d'une autre maladie cardiaque.

Dans cette étude la consommation de boissons sucrées est aussi associée à une augmentation du taux de triglycérides (un marqueur de risque cardiovasculaire) et d'autres marqueurs inflammatoires (CRP, IL-6 ou TNFr1). De plus le taux de cholestérol HDL ("bon cholestérol") a diminué. Pour Frank Hu, auteur de l'étude : "L'inflammation est un facteur clef dans l'origine des maladies cardiovasculaires et pourrait représenter un nouveau chemin par lequel les sodas influenceraient le risque cardiaque."

Le fructose serait-il en cause ?

A la vue de cette étude, même si elle a été réalisée par les plus grands chercheurs en nutrition, les défenseurs des sodas pointeront du doigt le fait qu'il s'agit d'un simple lien d'association et non d'un lien de cause à effet. Un paramètre "caché" pourrait en fait être à l'origine de ces résultats. Oui mais voilà, les résultats d'une étude d'intervention viennent d'être dévoilés.

Dans cette étude, 47 personnes en surpoids ont été assignées au hasard à boire quotidennement soit 1 litre de soda soit 1 litre de lait demi-écrémé (pour un même total calorique) soit 1 litre de soda "light" édulcoré à l'aspartame soit un 1 litre d'eau. Au bout de 6 mois, les participants ont été évalués au scanner pour leur composition corporelle (quantité de muscles et de graisses) et une prise de sang a mesuré certains marqueurs comme le cholestérol ou les triglycérides.

Résultats : Le groupe qui a bu du soda a vu ses graisses du foie augmenter de plus de 130% comparativement aux autres groupes. La graisse intra-musculaire (autour des muscles) a augmenté de 117 à 221%, la graisse viscérale a augmenté de 24 à 31%, les triglycérides sanguins ont augmenté de 32% et le cholestérol a augmenté de 11%. Les chercheurs concluent que les sodas ont de fortes chances d'augmenter le risque de maladies cardiovasculaires et de problèmes métaboliques.

De tels effets sont vraisemblablement provoqués par les fortes doses de fructose, un sucre utilisé pour sucrer les boissons et qui a récemment poussé des chercheurs Américains à demander la taxation des produits sucrés, au même titre que l'alcool et le tabac.

Pour mieux comprendre la problématique du sucre, consultez nos articles :

Référence : Lawrence de Koning, Vasanti S. Malik, Mark D. Kellogg, Eric B. Rimm, Walter C. Willett, Frank B. Hu. Sweetened Beverage Consumption, Incident Coronary Heart Disease and Biomarkers of Risk in Men. Circulation. 2012;CIRCULATIONAHA.111.067017.

Maersk M, Belza A, Stødkilde-Jørgensen H, Ringgaard S, Chabanova E, Thomsen H, Pedersen SB, Astrup A, Richelsen B. Sucrose-sweetened beverages increase fat storage in the liver, muscle, and visceral fat depot: a 6-mo randomized intervention study. Am J Clin Nutr. 2012 Feb;95(2):283-9.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top