Les kilos de la femme enceinte

Par Lanutrition.fr Publié le 10/04/2006 Mis à jour le 21/11/2017
L'essentiel

Le poids joue un rôle important dans la grossesse et soulève beaucoup d’interrogations. Combien de kilos vais-je prendre ? Vais-je les reperdre rapidement ? Que faire si je suis en surpoids et que je veux un enfant ? Y a-t-il un risque à prendre 20 kilos ou plus ? LaNutrition.fr vous répond.

Attention à l’excès de poids avant la grossesse

Si vous envisagez d’avoir un enfant dans les mois qui viennent, l’idéal est de vous pencher sérieusement sur vos habitudes de vie, votre alimentation et votre statut nutritionnel.

L'excès de régime nuit à la fertilité

Un Française sur 3 est convaincue d’être trop grosse. Un argument qui ne tient souvent pas la route lorsqu’on regarde son indice de masse corporelle de près. Mais, sous la pression de la mode, de plus en plus de femmes de corpulence normale suivent un régime. Cependant, cette perte de poids et les restrictions nutritionnelles qui l’accompagnent ne sont pas sans conséquences sur les cycles menstruels… et sur la fertilité. Ainsi, selon le Pr. Jacques Bringer, chef du service des maladies endocriniennes à l’hôpital Lapeyronie de Montpellier (34), « les déséquilibres alimentaires qualitatifs et quantitatifs, les excès, l’insuffisance ou l’alternance de ces deux comportements, et les conséquences pondérales qui en résultent, obésité ou maigreur, induisent des anomalies de l’ovulation » (2).

Sans oublier votre poids. Connaître son Indice de Masse Corporelle (IMC pour les intimes) peut permettre d’être plus vigilante au cours de la grossesse ou de rectifier les choses avant. Ainsi, lorsque le rapport poids (en kg) sur taille (en mètre) au carré est supérieur à 25 (signe d’un surpoids), il est bon d’envisager un régime avant de mettre le bébé en route. En effet une étude canadienne montre que les femmes en surpoids avant leur grossesse présentent plus de risques de pré-éclampsie, d’hypertension, de diabète gestationnel, de prématurité et de complications lors de l’accouchement (forceps, césarienne) que les femmes de poids normal (1).

Lorsque l’IMC est inférieur à 19 en revanche, la femme, trop mince, devra renforcer ses réserves avant la grossesse. Car les carences peuvent diminuer la fertilité mais aussi conduire à une prise de poids plus importante pendant la grossesse pour la maman alors que le bébé, lui, encourt le risque de ne pas être assez gros à la naissance. Comptez environ trois mois pour combler toutes vos carences par des suppléments.

Poids et grossesse

De combien de kilos faut-il grossir ?

Il n'y a pas de poids idéal. Une femme qui mène sa grossesse à terme prend en moyenne entre 11 et 12,5 kg. Mais, la prise de poids qui assure le bon développement de bébé varie selon les femmes, et en particulier selon leur indice de masse corporelle (IMC). On peut ainsi définir pour chaque corpulence un intervalle de prise de poids « optimal » :

  • Corpulence mince (IMC inférieur à 20) : vous pouvez prendre entre 12,5 et 18 kg.
  • Corpulence normale (IMC compris entre 20 et 26) : de 11,5 à 16 kg.
  • Corpulence assez forte (IMC compris entre 26 et 29) : de 7 à 11,5 kg.
  • Corpulence très forte (IMC supérieur à 30) : de 6 à 10 kg.

Combien de calories supplémentaires faut-il consommer en plus de l'alimentation normale ?

- Premier trimestre : 100 calories supplémentaires par jour (en moyenne).

- Deuxième et troisième trimestres : 250 calories supplémentaires par jour (en moyenne).

Combien de calories totales faut-il consommer ?

Environ 2 000 calories par jour.

Peut-on prendre sans risque plus de 20 kilos ?

Quelle que soit la corpulence de la future maman avant sa grossesse, prendre plus de 16-17 kilos peut avoir des conséquences non négligeables. D’abord au cours de la grossesse : une prise de poids importante augmente le risque de diabète gestationnel. Ce dernier, comme le diabète de type II, se manifeste par une résistance à l’insuline. Cette hormone sécrétée par le pancréas ne parvient plus à faire entrer le sucre sanguin dans les cellules. La glycémie reste élevée chez la maman, mais aussi chez l’enfant. En réaction, le fœtus produit beaucoup trop d’insuline. Or l’excès d’insuline possède deux inconvénients : d’une part il stimule la croissance cellulaire, ce qui conduit le fœtus à prendre trop de poids ; d’autre part, il favorise le stockage des graisses. Les enfants nés de mamans ayant souffert de diabète gestationnel sont plus gros et présentent une accumulation de graisses au niveau des épaules qui peut entraver le bon déroulement de l’accouchement. Après la naissance, les bébés peuvent se trouver en hypoglycémie parce que leur pancréas continue de fabriquer de l’insuline en excès. Ce qui, à long terme, expose l’enfant à un plus grand risque de diabète de type II.

De plus, après l’accouchement, les femmes qui ont pris trop de kilos peinent plus que les autres à retrouver leur silhouette de jeune fille.

On le sait, nous ne sommes pas égaux côté kilos. Certaines femmes vont retrouver leur poids en trois mois sans faire de régime particulier, d’autres traîneront encore 2-3 kg supplémentaires 2 ans après la naissance de leur bout de chou. Quoiqu’il en soit, plus vous avez pris de poids pendant la grossesse et plus vous aurez du mal à perdre les kilos superflus. La bonne nouvelle c’est qu’à l’accouchement vous perdez environ 6 kg d’un coup (le poids du bébé, celui du placenta et du liquide amniotique). Puis de 2 à 3 kg supplémentaires, lorsque votre utérus aura repris son poids initial. Total : 9 kilos environ perdus sans efforts. Restent alors les autres : entre 3 et 10 kg selon les kilos accumulés pendant votre grossesse. Surtout ne soyez pas trop impatiente ! Il vous a fallu neuf mois pour grossir, il vous en faudra au moins autant pour maigrir. De plus votre organisme a besoin d’énergie pour se remettre de l’accouchement, affronter les nuits avec peu de sommeil, sans compter l’énergie supplémentaire que requièrent les soins de bébé et l’allaitement le cas échéant.

Quelques règles de bon sens pour vous aider à perdre des kilos en douceur :

  • Ne sautez pas de repas et prenez le temps de manger.
  • Mangez à heures régulières pour éviter le grignotage. Avoir des légumes prêt-à-croquer dans le réfrigérateur permet de ne pas se jeter sur des sucreries en cas de fringale. Une collation est possible dans l’après-midi.
  • Mangez de tout, en particulier des fruits, des légumes et des légumineuses pour leur teneurs en vitamines. Privilégiez la cuisson à la vapeur et à l’étouffée.
  • Buvez beaucoup d’eau, notamment entre les repas.
  • Et ne vous focalisez pas sur les calories mais plutôt sur la valeur nutritionnelle de vos aliments.

Bibliographie

 

(1) Robinson HE: “Maternal outcomes in pregnancies complicated by obesity.” Obstet Gynecol. 2005 Dec;106(6):1357-64.

(2) Bringer J, Lefebvre P. Poids et fertilité. Cah Nutr Diet 1997; 32: 151-5.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top