Camille détective alimentaire enquête sur les steaks végétaux

Par Camille Castel Publié le 29/05/2017 Mis à jour le 02/06/2017
Choisir ses aliments
Camille Castel, diététicienne nutritionniste, enquête sur votre alimentation, débusque les bons plans et épingle les faux aliments. Bref, vous aide à faire Le Bon Choix ! Le dicton du jour : "Ce n'est pas parce que c'est végétal que c'est bon et sain !"

Le produit

Dans la famille « Le bon Végétal » d’Herta, je voudrais les 2 carrés gourmands tomates et mozzarella, s’il vous plaît ! Comme Herta présente sa gamme sous le qualificatif de "Recettes végétariennes", on se dit que ce doit être un excellent choix pour végétariens, végans et flexitariens en quête de produits sains. Hélas, après analyse, il n’y a pas grand-chose de gourmand mais du vrai ultra-transformé.

On achète ou pas ?

Ces carrés sont une mixture de tomates cerise (25 %), de fromages "végétariens" (22 %, indiqués en petit, dans la liste des ingrédients : mozzarella et gouda), d’une chapelure acceptable puis d'ingrédients et additifs qu'on désigne à LaNutrition.fr sous l'acronyme CRADE (Composants Rectifiants à Destination Economique), ceux-là mêmes qui signent le produit ultra-transformé. Ces CRADE sont là pour faire des économies sur de vrais produits bruts, tout en flattant les sens : ici, par exemple, amidon de maïs, 2 agents de texture/stabilisants et… des blancs d’œufs en poudre. Oui, oui, chers amis végans, vous avez bien entendu : des blancs d’œufs en poudre ! Mais rassurez-vous, Herta précise que cette poudre d’œufs recombinée vient d’œufs de poules élevées au sol. Bref, vous avez compris : pas que du bon et pas que du végétal !

Et nutritionnellement parlant ?

On est globalement loin du taux de protéines fourni par 100 g de viande, poisson, œufs ou soja (de 17 à 23 g/100 g d’aliment). De plus la teneur en fibres reste faible et la teneur en sel élevée (voir tableau).

Et la gamme ?

Aucune des recettes n’est réellement intéressante. Pour une substitution protéique, il est préférable de choisir les produits associant soja avec céréales. Cependant, l’analyse de ces produits, chez Herta, montre qu'on a affaire à des produits ultra-transformés et leurs habituels CRADE, comme, dans les steaks de soja et de blé, la fameuse "fibre de pois" ou le nom moins fameux "extrait de levure" qui permet de dire qu'on n'a pas mis de glutamate même si on utilise un exhausteur de goût.
Ainsi, en cas d’envie de steaks végétariens ou végétaliens, mieux vaut s'orienter vers les produits de la marque Soy, avec peu d’additifs et une teneur en protéines plus élevée.

Et dans mon porte-monnaie, ça donne quoi ?

Mon rapport d'enquête sur le "Bon Végétal"

Herta (Nestlé) qui tient déjà une partie du rayon jambons et assimilés, cherche dans le même temps à capter le public en quête de "végétitude" pour récupérer d'un côté les clients qu'il perd de l'autre. C'est de bonne guerre marketing, mais avec ici malheureusement les vieux réflexes de l'industriel : des produits ultra-transformés, donc à fortement limiter dans son alimentation. Nous voilà loin du "Manger vrai" défendu par Anthony Fardet ! Conclusion de mon enquête : ce n'est pas parce que c'est végétal que c'est bon, ni que c'est sain !

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top