Dr Ricardo De Souza Pereira : la mélatonine pour traiter le reflux gastro-oesophagien

Par Lanutrition.fr Publié le 05/03/2007 Mis à jour le 10/03/2017
Le Dr Ricardo de Souza Pereira est docteur en pharmacie à l’Université de Minas Gerais au Brésil. Il est spécialisé dans la synthèse de médicaments et travaille sur des nutraceutiques utilisés pour traiter le reflux gastro-oesophagien (RGO). Il a notamment mis au point une formulation à base de mélatonine, L-tryptophan, vitamines B6 et B12, acide folique, méthionine et bétaine.

LaNutrition.fr : Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à la combinaison mélatonine, L-tryptophan, vitamines B6 et B12, acide folique, méthionine et bétaine pour le traitement des RGO ?

Dr Ricardo de Souza Pereira : Je travaille à cette combinaison depuis 1992 ; à l’époque, j’étais doctorant. Ces sept composants font régresser les symptômes du reflux gastro-oesophagien non érosif et soulagent la douleur. Le premier composant de cette formule est la mélatonine, qui inhibe la sécrétion d’acide gastrique et a des effets sur le traitement de l’ulcère. Le relâchement passager du sphincter du bas œsophage est un mécanisme majeur du reflux chez les patients atteints de RGO. Le sphincter est une cible attrayante pour la pharmacothérapie. La mélatonine inhibe la biosynthèse de l’oxyde nitrique, ce qui peut expliquer la régression des symptômes du RGO.

Comment agissent les autres composés ?

Le tryptophane et les vitamines B6 et B12 à haute dose peuvent apaiser une douleur aiguë. Cet effet analgésique est attribué à une disponibilité accrue et/ou à l’efficacité de la noradrénaline et de la sérotonine agissant comme des neurotransmetteurs inhibiteurs dans le système nociceptif. Quant à l’acide folique, il protège des cancers gastriques. Les autres composants biochimiques de la formulation (bétaine et méthionine) induisent probablement la synthèse du S-adenosyl-l-méthionine (SAMe), un donneur de méthyle qui a des propriétés à la fois anti-inflammatoires et analgésiques et qui n’abîme pas la muqueuse gastro-intestinale. Par ailleurs, le SAMe a été utilisé pour traiter les ulcères gastriques chez les animaux. Économiquement, les composants de ma formulation sont moins chers que le SAMe, ce traitement pourrait donc bénéficier à des populations plus pauvres.

Pouvez-vous nous donner les dosages de chacun des nutraceutiques utilisés dans votre étude ?

Les concentrations de nutraceutiques constituent un secret industriel. Il s’agit de gélules et il faut les prendre en une fois le soir après dîner.

Pouvez-vous nous parler de votre étude et de ses résultats?

Sur 351 patients victimes de brûlures d’estomac, d’un âge moyen de 44 ans (entre 18 et 88 ans), parmi lesquels on comptait 60 % de femmes, 176 ont été traités par le supplément contenant de la mélatonine, des acides aminés et des vitamines. Pendant ce temps, un groupe comparatif de 175 sujets recevait de l’omeprazol, un inhibiteur de la pompe à proton classiquement utilisé dans le traitement de l’ulcère. Après 40 jours de traitement, 100% des sujets ayant reçu de la mélatonine, des acides aminés et des vitamines, ont expliqué que leurs symptômes s’étaient « améliorés de façon marquée » alors que seuls 67,5% du groupe omeprazole ont rapporté cette amélioration marquée. Parmi la population de l’étude, un patient séropositif atteint de RGO vomissait quand il essayait de manger et avait perdu 40 kilos en 6 mois et ce après avoir consulté huit médecins (dont cinq gastroentérologues) sans amélioration des symptômes. 32 jours de cette formulation ont suffi à lui faire regagner 30 kilos.

Quel retour avez-vous eu de vos patients ?

L’adhésion des patients qui prenaient les nutraceutiques a été bonne. Il y a eu plus d’effets secondaires dans le groupe omeprazole, mais on a rapporté plus de somnolence avec le produit nutraceutique contenant de la mélatonine.

Qui peut avoir recours à cette thérapie de nutrition combinée ?

Quiconque atteint de RGO, d’ulcère ou de gastrites. Certains patients (environ 40 %) n’arrivent pas à prendre le supplément à cause des vomissements. Ils doivent être traités avec une autre formulation pendant 15 jours avant de commencer le supplément.

Avez-vous été surpris par l’excellence des résultats ?

Oui, surtout dans le cas du patient séropositif décrit plus haut.

A découvrir également

Back to top