10 cancers que l'on peut éviter en restant mince

Par Juliette Pouyat - Journaliste scientifique Publié le 27/08/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Le surpoids et l’obésité augmentent le risque de développer 10 des cancers les plus fréquents, selon une étude britannique sur plus de 5 millions de personnes.

Les études scientifiques suggèrent que l’indice de masse corporelle (IMC) est un facteur prédictif important du risque de cancer. Tous les types de cancers ne sont cependant pas concernés par l’association entre IMC et le risque de développer la maladie. Dans cette nouvelle étude parue dans The Lancet, les auteurs précisent pour quels types de cancer le risque est le plus grand. En tête du classement arrive le cancer de l’utérus.

Lire : vers une augmentation inéluctable de l'obésité en Europe d'ici à 2030?

L’association entre obésité et risque de cancer a souvent été rapportée mais les mécanismes permettant de l’expliquer sont incertains. L’obésité conduit à une altération du fonctionnement du tissu adipeux, favorisant ainsi le développement du cancer. Une altération du métabolisme hormonal, impliquant notamment l’insuline pourrait également être une explication.

Dans cette étude menée par des chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, les chercheurs ont recueilli des données sur l’IMC et la santé de plus de 5 millions de personnes vivant au Royaume-Uni. 166 955 personnes ont développé l’un des 22 cancers étudiés.

Les résultats montrent que pour un adulte une augmentation de l’IMC de 5 kg/m2 (en moyenne 13 à 16 kg de masse corporelle) accroit de façon quasi-linéaire le risque de développer 6 cancers : cancer de l’utérus, de la vésicule biliaire, du rein, du col de l’utérus, de la thyroïde et leucémie (dans l’ordre décroissant de l’augmentation du risque de 62% à 9 %).

Les personnes qui avaient un IMC élevé étaient également plus susceptibles de développer un cancer du foie, du côlon, des ovaires et du sein (après la ménopause). Mais l’effet du surpoids/obésité sur ces cancers était moins net, non-linéaire et surtout était influencé par d’autres facteurs comme par exemple la ménopause.

Selon l’étude, une augmentation de l’IMC d’1kg/m2 à l’échelle de la population du Royaume-Uni conduirait à 3 790 nouveaux cas de cancer par an parmi les 10 associés à l’IMC.

Même si l’obésité est associée au développement des cancers les plus communs au Royaume-Uni - qui représentent 90% des cancers diagnostiqués - pour d’autres cancers, aucune association n’a été trouvée. Un IMC élevé pourrait même diminuer le risque de cancer de la prostate et du cancer du sein en pré-ménopause.

D’après le Dr Krishnan Bhaskaran qui a dirigé la recherche "l’effet variable de l’IMC sur le développement des différents cancers suggère que l’IMC affecte le risque de cancer selon plusieurs processus qui varient en fonction du type de cancer" .

Pour Tom Stansfeld du Cancer Research UK "même si le lien entre obésité et cancer est complexe, il est clair qu’un excès de poids augmente le risque de développer la maladie". "Pour réduire le risque il faut donc maintenir un poids santé en adoptant une alimentation saine et en pratiquant régulièrement une activité physique" conclut-il.

LaNutrition.fr conseille, si l'on est en surpoids, de suivre une alimentation avec peu d'aliments industriels et préparés et si possible prendre le conseil de professionnels (voir la liste des praticiens qui suivent les recommandations de ce site), pratiquer une activité physique, et faire appel le cas échéant à un soutien psychologique et des techniques de gestion du stress. Les régimes spécifiques validés par la recherche scientifique pour leurs résultats à long terme sont le régime Weight Watchers, les régimes à index glycémique bas, les régimes pauvres en glucides type Atkins. Le régime Paléo a donné de bons résultats dans des études préliminaires mais des confirmations sur un plus grand nombre de participants sont nécessaires. Les régimes pauvres en glucides et Paléo peuvent se révéler difficiles à suivre à long terme. 

Lire : l'alimentation entre dans une démarche globale de prévention du cancer

Sources

BBC News Health « Being overweight or obese 'linked to 10 common cancers' By Smitha Mundasad

Bhaskaran K, Douglas I, Forbes H, Dos-Santos-Silva I, Leon DA, Smeeth L. Body-mass index and risk of 22 specific cancers: a population-based cohort study of 5·24 million UK adults. Lancet. 2014 Aug 13. pii: S0140-6736(14)60892-8. doi: 10.1016/S0140-6736(14)60892-8. [Epub ahead of print]

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top