34 bactéries intestinales qui vous veulent du bien

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 23/09/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Des chercheurs néerlandais ont identifié de nouveaux micro-organismes de la flore intestinale qui auraient un effet positif sur la santé cardiovasculaire.

Les bactéries qui vivent dans notre intestin peuvent être nos amies pour la vie et en voici un nouvel exemple : une recherche parue dans Circulation Research suggère que la flore intestinale joue un rôle important dans l'indice de masse corporelle (IMC), les lipides sanguins, et donc le risque cardiovasculaire.

L'organisme humain compte des milliards de micro-organismes, 10 fois plus que le nombre de cellules humaines. Ces micro-organismes symbiotiques nous aident à digérer et participent à notre système immunitaire. La plupart des micro-organismes intetsinaux ne peuvent pas être cultivés, ce qui fait que de nombreux restent méconnus.

Lire : En perturbant la flore intestinale, l'alimentation moderne nuit au cerveau 

Dans cette étude, les chercheurs ont voulu identifier les bactéries intestinales associées à l'IMC et aux niveaux de lipides. Ils ont utilisé une technique de séquençage, pour analyser les micro-organismes de l'intestin de 893 personnes. Ils ont  ainsi identifié 34 types de bactéries qui contribuaient à l'IMC et aux lipides sanguins (triglycérides et  « bon » cholestérol  ou HDL). Les bactéries intestinales contribuaient pour 4,6 % dans les différences touchant les graisses corporelles, 6 % dans les triglycérides et 4 % dans les HDL.

La plupart des associations trouvées étaient nouvelles. Ces résultats allaient dans le même sens que d'autres obtenus dans le cadre de l'étude TwinsUK au Royaume-Uni : la faible abondance de certaines familles bactériennes est associée à un IMC plus élevé. Certaines des bactéries identifiées étaient impliquées dans la voie de métabolisme des acides biliaires, d'autres dans le métabolisme des acides gras à chaîne courte. Ces acides gras produits par la flore intestinale à partir de fibres alimentaires ont un effet protecteur contre le diabète de type 2 et l'athérosclérose.

Lire : L'ail diminuerait le risque cardiovasculaire en agissant sur la flore intestinale

Comme l'explique Jingyuan Fu, principal auteur, « Notre étude fournit de nouvelles preuves que les micro-organismes de l'intestin sont fortement liés au niveau de HDL (le bon cholestérol) et de triglycérides sanguins et peuvent être ajoutés comme un nouveau facteur de risque pour les lipides sanguins anormaux, en plus de l'âge, du sexe, de l'IMC et de la génétique. »

Lire aussi : Les bénéfices des oméga-3 sont liés à leur action sur la flore intestinale

Les chercheurs n'ont pas trouvé de lien entre la flore intestinale et des prédispositions génétiques à l'obésité ou à des taux anormaux de lipides sanguins : les variations de la flore intestinale sont indépendantes de la génétique. En effet, la flore intestinale se met en place au cours du temps depuis notre naissance. Le mode d'accouchement, l'alimentation, l'environnement, la consommation d'antibiotiques, jouent un rôle dans sa composition.

Ces résultats pourraient permettre d'envisager de nouvelles thérapies visant à modifier la flore intestinale pour qu'elle prévienne les maladies cardiovasculaires.

Pour aller plus loin, le livre Soignez le colon irritable naturellement par le Dr. Jacques Médart (Lire un extrait ICI  >>)

Source

Fu J, Bonder MJ, Cenit MC, Tigchelaar E, Maatman A, Dekens JA, Brandsma E, Marczynska J, Imhann F, Weersma RK, Franke L, Poon TW, Xavier RJ, Gevers D, Hofker MH, Wijmenga C, Zhernakova A. The Gut Microbiome Contributes to a Substantial Proportion of the Variation in Blood Lipids. Circ Res. 2015 Sep 10. pii: CIRCRESAHA.115.306807.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRISTORE, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top