L'apnée du sommeil, un risque pour la mémoire et le cerveau

Par Juliette Pouyat - Journaliste scientifique Publié le 06/05/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité

Chez les personnes qui souffrent de troubles respiratoires du sommeil, la déficience cognitive légère est diagnostiquée plus précocement que chez les personnes qui n’ont pas de troubles respiratoires pendant leur sommeil

Nous savons que le sommeil est important pour le fonctionnement du cerveau. Une nouvelle étude parue dans le journal Neurology montre que les personnes qui souffrent de troubles respiratoires du sommeil (apnée) développent une perte de mémoire et un déclin cognitif à un âge plus précoce que la moyenne.

Lire : l'apnée du sommeil augmente le risque d'infarctus

Les troubles respiratoires du sommeil peuvent se caractériser par des ronflements importants et l’interruption de la respiration à plusieurs reprises pendant le sommeil (apnée du sommeil). « Ces troubles sont fréquents chez les personnes âgées et touchent environ 52% des hommes et 26% des femmes » expliquent les auteurs.

Lire : les hommes et les femmes sont différents face aux troubles du sommeil

Dans cette étude, les chercheurs ont étudié les antécédents médicaux de près de 2500 personnes âgées de 55 à 90 ans qui ont été classées en 3 catégories : fonction cérébrale normale, déficience cognitive légère et stade précoce de la maladie d’Alzheimer. L’âge auquel sont apparus les premiers troubles cognitifs ont été recueillis.

Les résultats montrent que les personnes souffrant d’apnée du sommeil ont été diagnostiquées avec une déficience cognitive légère presque 10 ans plus tôt que les personnes ne faisant pas d’apnée durant leur sommeil. Ces résultats montrent une association pas une relation de cause à effet mais ils viennent s’ajouter aux preuves déjà existantes du lien entre le sommeil et la santé du cerveau.

Il y a certaines choses à faire pour diminuer le risque. En premier lieu, particulièrement chez les personnes qui ronflent, il faut réaliser des tests pour établir le diagnostic de troubles respiratoires du sommeil (apnée).

Pour les personnes qui souffrent d’apnée du sommeil, le port d’un masque sur le nez et la bouche relié à un appareil respiratoire à pression positive continue aide à garder les voies respiratoires ouvertes la nuit. Perdre quelques kilos peut également être efficace car le surpoids contribue au ronflement et aux problèmes respiratoires.

Lire : du thé contre l'apnée du sommeil

Les chercheurs ont constaté que les patients dont les troubles du sommeil ont été traités ont pu contrecarrer le déclin cognitif. En effet, comme l’explique le Dr Ricardo Osorio, auteur de l’étude, « l’âge de l’apparition du déclin cognitif léger chez les personnes dont les problèmes respiratoires ont été traités était presque identique à celui des personnes qui n’avaient pas de problèmes respiratoires du tout ».

« De nombreuses personnes âgées souffrent d’apnée du sommeil, traiter ce problème peut permettre de prévenir ou retarder le déclin cognitif . Une étude antérieure a montré que chez les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer, le fait de traiter les troubles respiratoires du sommeil permettait de ralentir le déclin cognitif sur une période de 3 ans » explique l’article.

Lire : érection : gare à l'apnée du sommeil

Source

Osorio RS, Gumb T, Pirraglia E, Varga AW, Lu SE, Lim J, Wohlleber ME, Ducca EL, Koushyk V, Glodzik L, Mosconi L, Ayappa I, Rapoport DM, de Leon MJ; Alzheimer's Disease Neuroimaging Initiative. Sleep-disordered breathing advances cognitive decline in the elderly. Neurology. 2015 Apr 15. pii: 10.1212/WNL.0000000000001566. [Epub ahead of print]

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top