Les alcools forts passent plus vite dans le sang que le vin ou la bière

Par Lanutrition.fr Publié le 03/04/2014 Mis à jour le 10/03/2017
A jeun, la consommation de la même dose d’alcool conduit à un pic plus élevé et plus précoce dans le sang avec la vodka tonic qu'avec le vin ou la bière.

Tous les alcools ne sont pas assimilés de la même façon : d’après une étude américaine parue dans Alcoholism: Clinical and Experimental Research, la vodka induirait à jeun un pic d’alcool dans le sang plus rapide et plus élevé que le vin ou la bière, pour une même quantité d’alcool bue. Ce qui pourrait expliquer pourquoi les ados recherchent en priorité des alcools forts dans les soirées de "binge drinkings".

Les boissons alcoolisées sont souvent synonymes de fêtes et de convivialité, qu'elles soient consommées à table au moment du repas, lors d'un apéro entre amis, accompagnées ou non de nourriture. Dans l'organisme, l'élimination de l’alcool dépend des enzymes du foie : les déshydrogénases hépatiques, qui métabolisent l’alcool. Celles-ci sont saturées à de faibles concentrations d’alcool. L’alcool est absorbé plus rapidement lorsque l’on est à jeun que lorsqu’on a mangé.

Lire : Je bois quoi à l'apéro ?

L’objectif de ces travaux était de comparer l’absorption de différentes boissons alcoolisées à jeun. 15 hommes en bonne santé, non-fumeurs et âgés de 25 à 65 ans, ont participé. Ils devaient s’abstenir de boisson alcoolisée 48 h avant l’expérience. Après une nuit à jeun, ils ont bu, en fonction de leur poids, 0,5 g d’alcool par kg, soit sous forme de bière à 5,1 %, soit de vin blanc à 12,5 % (Chardonnay) ou soit de vodka/tonic à 20 %. Chacune des 3 sessions de test durait 20 min : les participants devaient prendre la moitié du volume de boisson dans les 10 premières min, et l’autre moitié dans les 10 dernières. La concentration d’alcool (éthanol) dans le sang a été mesurée dans les heures suivant.

Résultats : Le pic d’alcool dans le sang était plus élevé après la consommation de vodka/tonic (77,4 mg/dL) qu’après la bière (50,3 mg/dL) ou le vin (61,7 mg/dL). Le pic d’alcool dans le sang arrivait plus tôt après la vodka/tonic (36 minutes) qu’après le vin (54 mn) ou la bière (62 mn). La bière et le vin sont donc absorbés moins vite que la vodka/tonic.

Ces résultats suggèrent qu’à jeun, les boissons moins alcoolisées comme la bière et le vin, sont absorbées plus lentement que les boissons plus alcoolisées. Les auteurs notent cependant que d'autres études n'ont pas donné les mêmes résultats (surtout après un repas). Ils font remarquer que la bière est plus calorique que le vin ou la vodka/tonic, ce qui pourrait jouer un rôle : l’estomac, lorsqu’il se vide, est influencé par les calories ingérées plus que par la composition du repas. Mais le vin et la vodka/tonic ont des valeurs caloriques similaires mais des pics bien différents.

Lorsque l’on mange des aliments solides, l’estomac se vide plus lentement, ce qui expliquerait que le taux d’absorption de l’éthanol soit plus bas lors d’un repas. De plus, la nourriture accélérerait l’élimination de l’alcool.

L’exposition des organes comme le cerveau à l’alcool serait plus faible après avoir bu les mêmes quantités d’alcool sous forme de bière ou de vin que de vodka/tonic.

Lire : Alcool et santé cardiovasculaire, une question de dose

Source

Mitchell, Mack C. Teigen, Erin L. Ramchandani, Vijay A. Absorption and Peak Blood Alcohol Concentration After Drinking Beer, Wine, or Spirits. Alcoholism: Clinical and Experimental Research. 2014. dx.doi.org/10.1111/acer.12355

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top