L’édition publique au service de la propagande pour le sucre

Par Lanutrition.fr Publié le 11/03/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Un livre écrit par un responsable de l'industrie du sucre qui porte la caution d'un éditeur issu de la recherche publique, ça mérite la lecture. 

C’est un livre sur le sucre publié par un éditeur. Mais pas n’importe quel livre et pas n’importe quel éditeur. « Avec ou sans sucre ? 90 clés pour comprendre le sucre » est l’œuvre de Philippe Reiser, directeur scientifique du CEDUS, l’organe de propagande de l’industrie du sucre. L’éditeur est Quae, une émanation de 4 organismes de recherche publics : l’INRA, le CIRAD, l’IFREMER et l’IRSTEA (ex-Cemagref), autant dire un éditeur du service public, même s’il s’agit d’un GIE de droit privé.

Au-delà des aspects historiques ou techniques, ce livre est surtout une habile mise en avant des messages de fond du CEDUS visant, sur un ton patelin, à réfuter ou minimiser la responsabilité du sucre dans les maladies dites de civilisation. J’en ai choisi 3 exemples.

"Pas de lien entre sucre et surpoids"

Sur le surpoids, par exemple, on peut y lire qu’il « n’existe aucun lien entre niveau d’apports en sucre et poids, et parfois même (…) les forts consommateurs sont les plus minces. (…) Les sucres en eux-mêmes ne font pas grossir ; les excès de sucres comme tout excès de calories sont à éviter. »

En réalité, l’analyse systématique de 30 études d’intervention et de 38 études prospectives commandée par l’Organisation mondiale de la santé et publiée en 2013, a conclu que la consommation de sucres ajoutés et de boissons sucrées est bien « un déterminant du poids corporel. » (1) Une autre analyse de 32 études prospectives et cliniques, de 2014, conclut que « la consommation de boissons sucrées favorise le gain de poids chez les enfants comme chez les adultes. » (2)

Quant aux travaux qui dédouanent la responsabilité du sucre (derrière lesquels se réfugie le CEDUS), ils sont probablement biaisés parce que les personnes en surpoids ont tendance à minimiser leur consommation de sucre. C’est ce que montre cette étude de février 2015 dans laquelle les chercheurs ont suivi 1734 personnes âgées de 39 à 77 ans pendant 3 ans. Leur consommation de sucre a été évaluée par un questionnaire, mais aussi par des analyses urinaires. Résultat : si elle se fie aux seules déclarations des participants, l’étude devrait conclure que les gros consommateurs de sucre n’ont guère grossi après 3 ans. Mais lorsqu’on prend en compte la consommation réelle de sucre telle qu’elle est avérée par les dosages biologiques, alors celle-ci est bien associée à un risque de surpoids. 

"Les sucres pas à l'origine du diabète"

Le message de l’industrie du sucre est simple : il consiste à nier la responsabilité des sucres ajoutés dans l’épidémie de diabète, en évoquant une prédisposition génétique ou une obésité pré-existante.  En clair, si vous êtes mince et en bonne santé, vous pouvez manger des produits sucrés. Ainsi, lit-on dans le livre que « les sucres ne sont pas à l’origine du diabète dans une population bien portante. Chez les personnes à risque, leur consommation en excès « peut révéler un diabète pré-existant. »

L’industrie agro-alimentaire est bien sûr alignée sur le même discours.

Par exemple, lorsque la grande étude européenne EPIC a conclu que chaque boisson sucrée quotidienne supplémentaire  est associée à un risque de diabète accru de l’ordre de 20%, les fabricants de sodas en Grande-Bretagne ont déclenché un tir de barrage en assurant avant même la publication de l’étude que ces résultats n’avaient pris en compte ni les antécédents familiaux ni la corpulence. Or en réalité,  il a bien été tenu compte de l’indice de masse corporelle dans cette étude, et la responsabilité du sucre reste entière. (4)

Le diabète n’est donc pas une maladie de la seule personne obèse. Des pays comme la France, la Roumanie, les Philippines, le Bengladesh, la Georgie connaissent des taux élevés de diabète alors que l’obésité y est relativement moins répandue que dans d’autres pays. En Nouvelle-Zélande, le diabète touchait 8% de la population en 2000, mais seulement 5% dix ans plus tard, alors que le taux d’obésité y est passé de 23 à 34% dans la même période.

Une étude de récente, qui portait sur 175 pays a trouvé que chaque fois qu’on augmente sa consommation de sucre de 150 calories (KCal), soit l’équivalent d’une canette de soda par jour, la prévalence du diabète augmente, indépendamment de la corpulence et de l’activité physique. (5)

"Les familles à caries"

Sur le sujet des caries dentaires, les preuves de la responsabilité du sucre sont tellement massives, que Philippe Reiser ne peut pas la nier. Mais c’est pour aussitôt la diluer, en insistant sur « le potentiel cariogène » des raisins secs, de la banane et des frites. Et bien sûr en s’abritant derrière le concept de « familles à caries » et le « poids de la génétique » qui a une fois encore bon dos.

Pourtant, aucun facteur génétique dans le risque de caries dentaires n’a jusqu’ici été mis en évidence de manière indiscutable, et la limitation du sucre et des aliments sucrés reste la meilleure défense contre les caries.  L’analyse récente d’études conduites chez les enfants de 6 ans et plus et chez les adultes indique de fait que les caries apparaissent dès que le sucre représente 2 à 3% des apports caloriques, à partir du moment où on en consomme pendant plus de 3 ans.  Chez l’enfant, bien que l’émail soit plus résistant lorsque les premières dents sortent, le risque de caries augmente progressivement au fil des années, et ce, malgré l’utilisation de dentifrice au fluor. (6)

Sucre et tabac, même stratégie

En dépit des preuves scientifiques, l’industrie du sucre et l’industrie agro-alimentaire continuent donc de nier que le sucre puisse jouer un rôle majeur dans l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires et même les caries. Cela ne vous rappelle rien ? Il s’est écoulé 50 ans entre la première étude reliant le tabagisme au cancer du poumon, et la mise en place de mesures législatives strictes sur le tabac, simplement parce que l’industrie du tabac a mené une stratégie efficace de déni et de rideau de fumée.

Les mêmes pratiques sont à l’œuvre aujourd’hui dans l’industrie agro-alimentaire. Le site LaNutrition.fr a le premier révélé en février 2014 l’accord incroyable passé entre l’Education nationale et le CEDUS – l’organisme de propagande de l’industrie du sucre pour former élèves et enseignants à la nutrition.

Lire : L'industrie du sucre va dire aux élèves ce qu'il faut manger

Avec ce livre sur le sucre, qui bénéficie de la caution d’un éditeur scientifique prestigieux du service public, le CEDUS continue de pousser ses pions pour entretenir la confusion aussi bien dans l’esprit des décideurs, que celui des professionnels de santé et bien sûr du public.

Références

(1) Te Morenga L, Mallard S, Mann J. Dietary sugars and body weight: systematic review and meta-analyses of randomised controlled trials and cohort studies. BMJ. 2012 Jan 15;346:e7492. doi: 10.1136/bmj.e7492. Review. PubMed PMID: 23321486.

(2) Kuhnle GG, Tasevska N, Lentjes MA, Griffin JL, Sims MA, Richardson L, Aspinall SM, Mulligan AA, Luben RN, Khaw KT. Association between sucrose intake and risk of overweight and obesity in a prospective sub-cohort of the European Prospective Investigation into Cancer in Norfolk (EPIC-Norfolk). Public Health Nutr. 2015 Feb 23:1-10. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 25702697.

(3) Malik VS, Pan A, Willett WC, Hu FB. Sugar-sweetened beverages and weight gain  in children and adults: a systematic review and meta-analysis. Am J Clin Nutr. 2013 Oct;98(4):1084-102. doi: 10.3945/ajcn.113.058362. Epub 2013 Aug 21. Review.  PubMed PMID: 23966427; PubMed Central PMCID: PMC3778861.

(4) InterAct Consortium, Romaguera D, Norat T, Wark PA, Vergnaud AC, Schulze MB, van Woudenbergh GJ, Drogan D, Amiano P, Molina-Montes E, Sánchez MJ, Balkau B, Barricarte A, Beulens JW, Clavel-Chapelon F, Crispim SP, Fagherazzi G, Franks PW, Grote VA, Huybrechts I, Key TJ, Khaw KT, Nilsson P, Overvad K, Palli D, Panico S, Quirós JR, Rolandsson O, Sacerdote C, Sieri S, Slimani N, Spijkerman AM, Tjonneland A, Tormo MJ, Tumino R, van den Berg SW, Wermeling PR, Zamara-Ros R, Feskens EJ, Langenberg C, Sharp SJ, Foroughi NG, Riboli E, Wareham NJ. Consumption of sweet beverages and type 2 diabetes incidence in European adults:  results from EPIC-InterAct. Diabetologia. 2013 Jul;56(7):1520-30. doi: 10.1007/s00125-013-2899-8. Epub 2013 Apr 26. PubMed PMID: 23620057.

(5) Basu S, Yoffe P, Hills N, Lustig RH. The relationship of sugar to population-level diabetes prevalence: an econometric analysis of repeated cross-sectional data. PLoS One. 2013;8(2):e57873. doi: 10.1371/journal.pone.0057873. Epub 2013 Feb 27. PubMed PMID: 23460912; PubMed Central PMCID: PMC3584048.

(6) Sheiham A, James WP. A new understanding of the relationship between sugars, dental caries and fluoride use: implications for limits on sugars consumption. Public Health Nutr. 2014 Jun 3:1-9. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 24892213.

A découvrir également

Back to top