4 raisons d’apprendre la méditation à votre enfant

Par Priscille Tremblais Publié le 18/09/2018 Mis à jour le 19/09/2018
Article

Apprendre la méditation de pleine conscience aux enfants leur permettrait d’être plus attentifs, moins anxieux, d’avoir de meilleurs résultats en classe. Lisez nos conseils.

Certains professeurs des écoles l'ont déjà mise au programme : la méditation permet aux enfants d'être plus concentrés en classe, moins indisciplinés, mais aussi de se sentir mieux dans leurs baskets. Et des enfants heureux travaillent mieux. Si les effets de la méditation sur le cerveau et le comportement des enfants sont moins étudiés que chez l'adulte, les recherches commencent à s'accumuler et donne raison aux enseignants pionniers qui utilisent déjà la méditation en classe. Voici ce que cette pratique peut offrir aux enfants, selon la science.

Méditer rend plus attentif

S'il y a bien un point qui inquiète souvent parents et enseignants, c'est l'attention. D’autant que le nombre d’enfants traités pour des troubles de l’attention est en augmentation et que les traitements médicamenteux actuels ne sont pas dénués d’effets secondaires. La méditation pourrait s’avérer une solution à la fois efficace et sans danger. En effet, des études ont montré les effets bénéfiques de la méditation sur l'attention chez les adultes avec et sans trouble déficitaire de l'attention /hyperactivité (TDA/TDAH), et il existe des preuves qu'elle peut aussi aider les enfants à se concentrer. 

Une étude de 2004 a ainsi révélé que les enfants atteints de TDAH qui apprenaient la méditation avec leurs parents deux fois par semaine dans une clinique, et qui continuaient à pratiquer à la maison, avaient une meilleure concentration à l'école, entre autres avantages (1). Il a également été démontré que la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience chez les enfants (MBCT-C) aide à améliorer les problèmes d'attention et de comportement et à réduire l'anxiété chez les enfants qui ont commencé avec des niveaux élevés d'anxiété (2). 

Une étude réalisée en 2013 a montré que chez les garçons atteints de TDAH, une formation de huit semaines en pleine conscience a permis de réduire significativement les comportements hyperactifs et d'améliorer la concentration (3). En 2016, la pratique de la méditation pendant 8 semaines dans une école italienne a permis, selon les professeurs, de réduire les problèmes d'attention de la classe concernée (enfants de 7-8 ans), plus qu'un programme d'attention à ses émotions, délivré à une autre classe de la même école et servant de témoin (4).

En résumé, selon une étude de 2014 ayant analysé les études existantes et leur niveau de preuves (5), les pratiques liées à la méditation qui permettent d'augmenter l'attention des enfants sont : la réduction du stress basée sur la pleine conscience (MBSR en anglais), la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience pour les enfants (MBCT-C en anglais), la méditation transcendantale. Concernant plus spécifiquement le TDAH, la méditation issue du Sahaja yoga a permis à certains enfants de réduire leur traitement et d'obtenir de bons résultats en termes d'attention et de comportement.

Moins d'anxiété chez les enfants qui méditent

Les rentrées pleines de larmes, les angoisses du soir avant une évaluation ou un examen, la peur de réciter une poésie devant tout le monde... Beaucoup d'enfants doivent gérer une anxiété ponctuelle ou chronique et les parents peuvent se sentir désarmés pour rassurer leurs bambins. 
Comme on l'a vu plus haut, la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience chez les enfants (MBCT-C) permet de réduire l'anxiété des enfants (selon deux essais cliniques non randomisés). C'est le cas aussi de la réduction du stress basée sur la pleine conscience (selon un essai clinique randomisé et 2 non randomisés) et de la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (non appliquée à l'enfant).
La méditation issue du Sahaja yoga semble aussi efficace pour réduire l'anxiété des enfants.
Une étude américaine en 2018 a tenté d'expliciter les mécanismes neuronaux expliquant que la pleine conscience diminue l'anxiété des enfants et adolescents. Il semblerait, selon les IRM réalisés par les scientifiques, que la pleine conscience permette de passer plus facilement d'un état cérébral à l'autre et que c’est comme cela qu’elle agirait sur l’anxiété (6).

Un meilleur comportement et une meilleure connexion à soi

Comme son nom le suggère, la pleine conscience permet de mieux prendre conscience de soi et de son environnement. Cela se vérifie aussi chez les enfants qui méditent : en étant plus conscients de leurs pensées, de leurs réactions, ils gèrent mieux leurs émotions et leur comportement.
Dans l’étude menée dans une école italienne citée plus haut (4), la méditation permettait de réduire les comportements agressifs et le non-respect des règles. D’autres études (antérieures) vont dans le même sens (7, 8). Les effets sur le comportement de la pleine conscience seraient liés au fait qu’elle permet d’améliorer l’attention. En effet, il semble que les problèmes de comportement des enfants soient intimement liés à des troubles de l’attention.

De meilleurs résultats en classe

La méditation participe à de meilleurs apprentissages et résultats scolaires, notamment en réduisant le stress au moment des examens et des évaluations et en améliorant leur mémoire de travail (9, 10, 11).

La méditation de pleine conscience pourrait aussi avoir des effets intéressants sur la santé mentale des enfants : moins de dépression, une meilleure capacité à faire face aux stress de leur vie familiale (pour les enfants issus de milieux défavorisés) ou aux traumatismes mais les études manquent encore pour en attester.

En pratique

Tous les enfants de ces études ont suivi des programmes de formation à la pleine conscience spécifiques avec leurs parents ou à l’école. Mais comment faire quand ce type de programme n’existe pas près de chez soi et que l’on ne se sent pas d’inculquer ces pratiques soi-même à son (ses) enfant(s) ? Autre question : à la maison, les enfants auront-ils envie de s’asseoir sans bouger suffisamment de temps ? 

Bonne nouvelle : il existe des pratiques ayant des effets semblables à ceux de la méditation de pleine conscience chez les enfants. Mais plus faciles à mettre en œuvre sans formation préalable. Il y a par exemple la relaxation (ou la sophrologie), le yoga (que l’on peut faire via des vidéos Internet dédiées aux enfants) ou encore la cohérence cardiaque. Cette méthode de respiration rythmée ayant des effets proches de ceux de la méditation a été adaptée par le Dr David O’Hare aux soucis courants des enfants (peurs, attention, confiance en soi…). Il a ainsi créé dans son livre Cohérence Kid, 47 respiroutines, de petits exercices de respiration inspirés du yoga et de la méditation. 

Testée dans 8 écoles de l’Académie de Poitiers depuis 2017 (contre classes témoins), la cohérence cardiaque permet, selon les premiers résultats de l’étude, d’augmenter la concentration des élèves, de diminuer les interventions de l’enseignant en classe (pour aider ou rappeler à l’ordre), de meilleurs résultats à un test de géométrie.

Pour aller plus loin : Méditation : 7 bénéfices santé et Cohérence Kid

Références

(1) Linda J. Harrison, Ramesh Manocha, Katya Rubia : Sahaja Yoga Meditation as a Family Treatment Programme for Children with Attention Deficit-Hyperactivity Disorder. Clinical Child Psychology and Psychiatry, 2004, Volume: 9 issue: 4, page(s): 479-497.
(2) Randye J. Semple, Jennifer Lee, Dinelia Rosa, Lisa F. Miller : A Randomized Trial of Mindfulness-Based Cognitive Therapy for Children: Promoting Mindful Attention to Enhance Social-Emotional Resiliency in Children. Journal of Child and Family Studies, April 2010, Volume 19, Issue 2, pp 218–229.
(3) Jessica A. Carboni , Andrew T. Roach  & Laura D. Fredrick : Impact of Mindfulness Training on the Behavior of Elementary Students With Attention-Deficit/Hyperactive Disorder. Research in Human Development, Volume 10, 2013 - Issue 3, Pages 234-251, 2013.
(4) Crescentini C, Capurso V, Furlan S, Fabbro F. Mindfulness-Oriented Meditation for Primary School Children: Effects on Attention and Psychological Well-Being. Front Psychol. 2016 Jun 7;7:805.
(5) Simkin DR, Black NB. Meditation and mindfulness in clinical practice. Child Adolesc Psychiatr Clin N Am. 2014 Jul;23(3):487-534.
(6) Marusak HA, Elrahal F, Peters CA, Kundu P, Lombardo MV, Calhoun VD, Goldberg EK, Cohen C, Taub JW, Rabinak CA. Mindfulness and dynamic functional neural connectivity in children and adolescents. Behav Brain Res. 2018 Jan 15;336:211-218.
(7) Bogels S, Hoogstad B, van Du L, et al. Mindfulness training for adolescents with externalizing disorders and their parents. Behav Cognit Psychother 2008;36: 193–209.
(8) Semple RJ, Lee J, Rosa D, et al. A randomized trial of mindfulness-based cognitive therapy for children: promoting mindful attention to enhance socialemotional resiliency in children. J Child Fam Stud 2010;19:218–29.
(9) Bellinger, David & DeCaro, Marci & A S Ralston, Patricia. Mindfulness, anxiety, and high-stakes mathematics performance in the laboratory and classroom. Consciousness and Cognition. 2015, 37. 123-132. 10.1016/j.concog.2015.09.001.
(10) Erica M.S. Sibinga, Deanna Kerrigan, Miriam Stewart, Kelly Johnson, Trish Magyari, and Jonathan M. Ellen : Mindfulness-Based Stress Reduction for Urban Youth. The Journal of Alternative and Complementary MedicineVol. 17, No. 3.
(11) John Meiklejohn, et al. : Integrating Mindfulness Training into K-12 Education: Fostering the Resilience of Teachers and Students. Mindfulness December 2012, Volume 3, Issue 4, pp 291–307.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top