Acné : de la lumière contre les boutons

Par Christian Boyer Publié le 22/02/2018 Mis à jour le 22/02/2018
Article

Pour éradiquer la principale bactérie responsable de l’acné, il existe une solution efficace et sans effet secondaire : la lumière bleue ou rouge.

L'acné est une pathologie très courante, en particulier durant l'adolescence. L'augmentation des taux d'hormones sexuelles, l’alimentation, la génétique sont autant de facteurs pouvant influer sur l’apparition de cette maladie de peau qui est caractérisée par une surproduction de sébum, le liquide gras qui protège la peau produit par les glandes sébacées. 
L’acné vulgaire touche en effet les glandes sébacées de la peau et provoque une sécrétion en excès de sébum, ce qui va finir par boucher les follicules. On observe à ce moment précis un début de réaction inflammatoire localisée, qui pourra très rapidement prendre des proportions plus importantes lorsque des bactéries se mettent à proliférer dans les follicules. A la clé : points noirs ou boutons disgracieux et difficiles à faire disparaître.

Une bactérie en cause

La bactérie Propionibacterium acnes fait partie des bactéries que l’on retrouve sur la peau en temps normal. Mais lorsqu’elle se met à proliférer au niveau des follicules, elle entraîne une réaction inflammatoire importante [1]. P. acnes est notamment responsable des cicatrices disgracieuses que peut laisser l’acné car elle possède des « enzymes » (les hyaluronidases) capables de dégrader l’acide hyaluronique contenu dans l’épiderme et le derme et qui participe à l’hydratation de la peau et la cohésion des tissus.

En ciblant la bactérie, on réduit l’acné

Le rôle que joue cette bactérie dans l’acné a suscité un fort intérêt dans la recherche de traitements efficaces. Et il s’avère qu’elle est sensible à un certain type de lumière : la lumière bleue ou rouge. 
Comme chacun sait la lumière est une onde. Et à chaque couleur correspond une longueur d’onde, y compris celles que nous ne pouvons pas voir, (les ultraviolets du soleil ou les infrarouges par exemple). Les effets de la lumière sur la peau sont très étudiés et bien connus, notamment dans le traitement du psoriasis ou de l’eczéma. Les UV du soleil sont quant à eux responsables du bronzage.
La bactérie P. acnes produit des molécules appelées « porphyrines » qui, sous l’action d’une lumière bleue de forte intensité, vont libérer des radicaux libres toxiques pour elle [2]. Le même effet sur l’éradication de la bactérie pour une exposition à une lumière rouge a été mis en évidence [3]. La lumière bleue qui permet de traiter la bactérie P. acnes correspond à une longueur d’onde visible, comprise entre 400 et 420 nm (nanomètres). La lumière rouge se situe quant à elle autour de 630 nm.

Comment faire pour traiter l’acné avec ces lumières ?

La longueur d’onde de la lumière utilisée est primordiale. Il existe des masques munis de LEDs (lumières émises par diodes) de couleurs réglables émettant les bonnes longueurs d’onde pour l’acné. Ces masques de beauté, à raison d’une exposition de 10 à 15 min par jour (jusqu’à amélioration) représentent un moyen efficace permettant de lutter de façon ciblée et sans effets secondaires contre la bactérie Propionibacterium acnes. Si les deux lumières, rouge et bleue, sont efficaces, notez que la lumière rouge possède de plus des propriétés anti-inflammatoires.
Un traitement avec ces lumières peut se réaliser chez un dermatologue (de préférence), dans certains instituts de beauté ou chez soi après achat d’un masque (sur Internet). Les prix sont variables et la qualité aussi, attention !

A vos masques ! Prêts ? Partez !

Lire aussi : 3 suppléments à essayer contre l'acné

Références

[1] Dessinioti, C., and Katsambas, A.D. (2010). The role of Propionibacterium acnes in acne pathogenesis: facts and controversies. Clinics in Dermatology 28, 2–7.

[2] Ashkenazi, H., Malik, Z., Harth, Y., and Nitzan, Y. (2003). Eradication of Propionibacterium acnes by its endogenic porphyrins after illumination with high intensity blue light. FEMS Immunol. Med. Microbiol. 35, 17–24.

[3] König, K., Teschke, M., Sigusch, B., Glockmann, E., Eick, S., and Pfister, W. (2000). Red light kills bacteria via photodynamic action. Cell. Mol. Biol. (Noisy-Le-Grand) 46, 1297–1303.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top