Quels déchets peut-on mettre au compost ?

Par Marie-Céline Ray Publié le 05/03/2019 Mis à jour le 06/03/2019
Article

Un compost permet de réduire les ordures ménagères mais aussi de produire un engrais naturel pour les plantations. Voici comment réussir son compost.

Le compostage est devenu une démarche incontournable pour réduire ses déchets, mais aussi pour cultiver un jardin avec des méthodes naturelles. Le compostage consiste à laisser se décomposer des matières organiques, sous l’action de micro-organismes, afin d’obtenir un terreau qui pourra être utilisé pour le jardinage, au potager ou pour les plantes en pots.

Mais quels déchets peut-on mettre dans son compost ? Lesquels éviter ? Et comment prendre soin de son compost ?

Les bons déchets pour un compostage réussi

En théorie, tout ce qui est biodégradable peut aller au compost, mais il est préférable de suivre quelques règles :

Dans la cuisine, prévoyez un seau, indépendamment de votre poubelle, pour y placer les éléments que vous composterez : vos épluchures de fruits et de légumes, vos filtres à café, des restes de pain, des fruits et légumes abîmés, des fanes de légumes…  Modérez l’apport en viandes ou coquilles d’œufs.

D’autres déchets de la maison peuvent finir au compost : sciure, cendres, plantes flétries, vieille terre des pots de fleurs… En revanche, ne mettez pas dans votre compost de couches culottes, de bois vernis et de produits chimiques en tout genre. Evitez les papiers de magazines en couleur qui contiennent des produits chimiques !

Lisez notre article : 10 gestes simples pour réduire nos déchets

En parallèle, de nombreux déchets verts du jardin sont compostables : tontes de pelouse, feuilles, fleurs fanées, tailles d’arbustes… Si les branches coupées sont de taille trop importante, il faudra les broyer au préalable. Pensez à bien retirer le verre, les fils de fer, les cailloux, avant d’ajouter vos déchets au compost.

Pour réussir votre compost, pensez à varier les apports : évitez par exemple d’apporter trop d’herbes de tonte au printemps, mélangez des déchets humides et des déchets secs, des déchets fins et d’autres de taille plus importante.

L’entretien du compost

Le compostage ne se résume pas à ajouter régulièrement des déchets au tas ou au bac de compost : il nécessite une surveillance et un peu d’entretien. Vous devrez brasser régulièrement votre compost avec un outil adapté, comme une fourche. Ceci permettra de l’aérer et de lui apporter de l’oxygène. Sinon, seuls des micro-organismes qui n’ont pas besoin d’oxygène risquent de se développer. Un tas de compost ne doit pas dégager de mauvaises odeurs !

Votre compost ne doit être ni trop sec, ni trop humide : arrosez-le s’il est trop sec, ou apportez des éléments secs s’il est trop humide.

L’utilisation du compost

Il faut plusieurs mois, voire un an, pour obtenir un compost utilisable au jardin : de couleur sombre, il se présente alors sous une forme grumeleuse, homogène ; il doit sentir comme la terre des sous-bois, en forêt ! Vous pourrez encore trouver dans votre compost mûr quelques morceaux trop durs, qui prennent plus de temps à se décomposer, comme des morceaux de bois ; retirez-les et remettez-les dans le composteur.

N’utilisez pas le compost pur, mais mélangez-le à de la terre. Vous pouvez vous en servir à l’automne ou au printemps au potager, en surface. Pour vos plantes en pot, mélangez compost, sable et terreau en quantités équivalentes.

Des livres pour aller plus loin : Famille (presque) Zéro Déchet et Famille en transition

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top