Cancer du col de l’utérus : le vaccin remboursé

Par Lanutrition.fr Publié le 12/07/2007 Mis à jour le 21/11/2017
Gardasil, le vaccin qui protège du cancer du col de l’utérus, va être remboursé à hauteur de 65% par la sécurité sociale. Les filles à partir de 14 ans et jusqu’à 23 ans seront vaccinées.

En France, chaque année 3400 à 4500 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus se déclarent et 1000 à 1600 femmes en décèdent.

Développé par Sanofi pasteur MSD, Gardasil est un vaccin « tétravalent » : il protège contre 4 papillomavirus humains ou HPV (Human PapillomaVirus). Deux d’entre eux, les HPV 16 et HPV 18, sont à l’origine du cancer du col de l’utérus. Les deux autres, HPV 11 et HPV 6, sont à l’origine d’infections bénignes telles que des condylomes, sortes de verrues de la vulve.

Qui sera vacciné ? Les jeunes filles dès l’âge de 14 ans, c’est-à-dire 370 000 personnes par an, et toutes les patientes de 15 à 23 ans qui n’ont pas encore commencé leur vie sexuelle ou au plus tard dans l’année suivant le début de leur vie sexuelle.

Le prix d’une dose de Gardasil : 135,59 euros au lieu des 145 euros initialement prévus. Ce prix doit être triplé pour obtenir le coût total du traitement. En effet, 3 injections sont nécessaires pour être protégé.

« Le remboursement de ce vaccin est une grande avancée pour la santé des femmes. Sa prescription doit aussi être l’occasion pour les jeunes femmes d’avoir une consultation de prévention et d’information avec leur médecin ou leur gynécologue » a déclaré Roselyne Bachelot-Narquin dans son communiqué.

Attention cependant. Le Gardasil protège contre les deux virus les plus agressifs responsables de 70% des cancers du col de l’utérus mais pas des HPV 45 et 46, qui peuvent aussi le provoquer.

Selon Joseph Monsonego, gynécologue, chef du département de cyto-colposcopie de l’institut Alfred Fournier (Paris) et organisateur du colloque européen Eurogin qui réunit tous les trois ans médecins, chercheurs et responsables de laboratoires pharmaceutiques concernés par le cancer du col de l’utérus, « la vaccination est un moyen de prévention supplémentaire très utile quand les femmes ne font pas assez souvent dépister. Si on vaccine avant que le virus n’arrive et qu’en plus on complète par un dépistage, alors on offre aux femmes toutes les garanties. »

Le remboursement du Gardasil, « produit nouveau, efficace et coûteux » pourrait atteindre « 100 millions d’euros par an » estime le ministère.

A découvrir également

Back to top