Les vitamines de la grossesse

Par Lanutrition.fr Publié le 10/04/2006 Mis à jour le 21/11/2017
L'essentiel

Les vitamines, votre meilleur allié pour une grossesse en toute sérénité.Lesquelles sont indispensables ?Quels aliments privilégier pour faire le plein ?LaNutrition.fr vous donne les clés pour une grossesse vitaminée.

Les miracles de l’acide folique (vitamine B9)

La vitamine B9 joue un rôle majeur dans la prévention des malformations du fœtus. Or la plupart des femmes en âge de procréer n’en consomment pas assez. De plus, certains facteurs peuvent jouer en défaveur de nos réserves. Il en est ainsi de la surconsommation de produits sucrés, d’une alimentation déséquilibrée où les légumes font défaut mais aussi de certaines contraceptions. Les contraceptifs oraux (pilules) du fait des œstrogènes qu’ils contiennent provoquent une légère carence en magnésium et vitamines du groupe B. Les dispositifs intra-utérins (stérilets) souvent associés à des règles abondantes génèrent des pertes en fer supplémentaires.

Les aliments protecteurs

Ce sont ceux qui renferment de l’acide folique ou de la bétaïne (deux substances naturelles qui préviennent les malformations du fœtus). On peut citer :

  • Les légumes vert foncé : salades, épinards, choux, brocolis, mais aussi asperges et tomates

  • Les fruits rouges, oranges, melon, kiwi, bananes, poire

  • Les fromages fermentés et de type « bleu »

  • Les céréales complètes et les légumes secs

  • Le germe de blé, la levure de bière

  • Les œufs et abats

  • Les crevettes (bétaïne)

Même s’il s’avère qu’une supplémentation systématique n’est pas souvent conseillée dans nos pays, elle est justifiée. Les études menées par différents groupes de travail internationaux sont unanimes : une augmentation de l’apport en acide folique (vitamine B9) quelques mois avant la conception et durant le premier trimestre de la grossesse, protège de certaines malformations (spina-bifida, bec-de-lièvre, malformations cardiaques) et d’avortements spontanés (1). En effet, l’acide folique intervient dans la fermeture du tube neural de l’embryon, future moelle épinière. Elle pourrait aussi diminuer le risque de certains cancers de l’enfance (neuroblastome) et même selon des études encore préliminaires, celui de… trisomie 21. Chez les personnes à risque, seule la consommation d’aliments enrichis en vitamine B9 ou la prise de suppléments a un réel impact. Malheureusement, en France, il n’existe pas encore de directives strictes concernant la supplémentation en acide folique durant la période pré-conceptionnelle. Les besoins en acide folique passent à 400 µg par jour, contre 200-300 µg par jour, hors grossesse.

Vous trouverez la vitamine B9 dans les viandes et les légumes verts à feuilles. Par précaution, vous pouvez prendre un complément contenant de l’acide folique avant et pendant la conception, si celle-ci est « programmée ».

Indispensable : la vitamine D

En hiver, il est pratiquement impossible d’assurer des taux de vitamine D optimaux, même si l’on vit dans le midi (cette vitamine est d’ordinaire synthétisée sous l’action du soleil). Pourtant cette vitamine est indispensable au futur bébé, pour lui assurer des os en bonne santé (2). Elle pourrait aussi prévenir le diabète de l’enfant. Des suppléments de vitamine D sont donc fortement recommandés au cours des "mois en R" (dès septembre) et en particulier au troisième trimestre de la grossesse.

Très importante : la vitamine C

La vitamine C permet à la maman de fabriquer un placenta et des membranes fœtales de bonne qualité. Les femmes qui manquent de vitamine C ont un risque plus élevé d’accouchement prématuré. La vitamine C se trouve dans les fruits et légumes, qu’il ne faut surtout pas bouder pendant la grossesse. Mais des compléments (50 à 250 mg par jour) peuvent être nécessaires, notamment chez les anciennes fumeuses.

À surveiller : la vitamine B1

La thiamine joue un rôle crucial dans le développement cérébral du bébé. Or, de nombreuses femmes enceintes ont des taux de thiamine trop bas. C’est notamment le cas de celles dont l’alimentation est constituée de glucides raffinés (pain blanc, riz blanc, viennoiseries, sucreries, gâteaux) car leur métabolisme pompe littéralement sur les maigres réserves de vitamine B1 (dont ils sont d’ailleurs dépourvus). La B1 est à rechercher dans les aliments complets, les viandes, les fruits et légumes. Là encore, un complément nutritionnel contenant de la B1 représente une assurance peu chère et opportune.

Utile : la vitamine B6

À doses pharmacologiques (10 à 30 mg par jour), la vitamine B6 soulage les nausées de la grossesse chez certaines femmes. Les aliments les plus riches sont les viandes et poissons, les épinards, la banane et le miel.

À considérer : la choline (ex-vitamine B7)

La réglementation fait maintenant obligation aux fabricants de laits artificiels de les enrichir en choline car on s’est aperçu que cette quasi-vitamine est nécessaire au développement de l’enfant, en particulier cérébral. La choline donne naissance à un neurotransmetteur, l’acétylcholine, qui favorise la mémorisation. Des études chez l’animal ont même montré que les femelles gestantes qui avaient reçu un supplément de choline donnent naissance à des rejetons aux capacités intellectuelles augmentées. A l’âge adulte, ces animaux conservent ces facultés et sont protégés du vieillissement cérébral. Vous pouvez trouver de la choline dans la lécithine de soja, ou prendre en cure des compléments de phosphatidylcholine.

Des déficits répandus

 

Contrairement à une idée répandue, l’alimentation ne couvre pas de façon optimale tous les besoins en nutriments pendant la grossesse. Selon l’étude conduite par l’Institut Pasteur de Lille, de nombreuses Françaises ne recevraient pas les apports nutritionnels conseillés (ANC) en certaines vitamines et minéraux pendant la grossesse.

Nutriment

Pourcentage ne recevant pas les ANC

Vitamine B1

90 %

Vitamine B2

62 %

Vitamine B6

76 %

Vitamine B9

88 %

Vitamine C

30 %

Magnésium

78 %

 

 

Bibliographie

 

(1) MRC Vitamin Study Research Group : “Prevention of neural tube defects: results of the Medical Research Council Vitamin Study”. Lancet. 1991 Jul 20;338(8760):131-7.

(2) Specker B : “Vitamin D requirements during pregnancy.” Am J Clin Nutr. 2004 Dec;80(6 Suppl):1740S-7S.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top