La grosse cote des cétones sur le Tour de France

Par Marc Gomez Publié le 17/07/2019 Mis à jour le 18/07/2019
Actualité

Qu’est-ce qui fait le buzz (et peut-être les performances) sur le Tour de France ? Deux mots : low carb et cétones. Décryptage avec les commentaires du Dr Fabrice Kuhn.

Low carb, régimes céto et cétones

Le low carb, c’est le régime pauvre en glucides adopté par Chris Froome pendant l’entraînement, également suivi par les rugbymen All Blacks et un nombre croissant d'athlètes dans le monde. 

Les cétones, ce sont ces composés issus des graisses, que le foie fabrique au cours d’un jeûne ou d’un régime cétogène (très pauvre en glucides), qui est la forme extrême du low carb. 

Les cétones peuvent aussi être utilisées sous la forme de compléments alimentaires. Les suppléments de cétones, utilisés de pair avec un régime pauvre en glucides, sont considérés comme une source d'énergie supplémentaire qui aide à préserver le stockage du glycogène, à réduire l'acide lactique et à aider à la récupération. Il ne s’agit pas de produits dopants.

Jumbo-Visma en pointe

L'utilisation de suppléments de cétones dans le cyclisme professionnel remonte aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres. Plusieurs équipes du Tour 2019 font appel à des suppléments de cétones, selon une enquête parue dans le journal néerlandais De Telegraaf. Les cétones seraient notamment employées par les coureurs d’Ineos (ex-Team Sky) et par ceux de QuickStep. Mais seule l’équipe Jumbo-Visma en parle ouvertement. Peut-on parler de lien de cause à effet avec le palmarès d’ores et déjà impressionnant de cette équipe ? Impossible à affirmer, mais il y a eu sur le Tour 2019 la victoire de Mike Teunissen, celle du contre-la-montre par équipe, celle du sprinter Dylan Groenewegen et celle du débutant Wout van Aert.

Une petite étude contrôlée, de l'Université de Louvain (Belgique), parue en avril 2019, a conclu que la prise de de cétones par des cyclistes lors des phases de récupération permet d’augmenter de 15% les performances. L'étude était conduite par l'équipe du Pr Peter Hespel, par ailleurs consultant de QuickStep. Dix-huit jeunes hommes en bonne forme physique ont participé à deux séances d'entraînement quotidiennes pendant 3 semaines, 6 jours par semaine tout en recevant soit un ester cétonique, soit une boisson témoin après chaque séance. La charge d'entraînement soutenable en 3e semaine ainsi que la puissance dans les 30 dernières minutes d'une séance d'endurance standardisée de 2 heures étaient 15 % plus élevées chez les volontaires ayant pris des cétone.

En pratique

Les corps cétoniques peuvent être pris sous forme de boisson, en général une petite bouteille de 25 grammes, mais, "à un prix déraisonnable", dit le Dr Fabrice Kuhn, auteur du livre « Ultra-performance », qui décrit comment conduire des entraînements à glycogène bas. Cette bouteille augmente la concentration de corps cétoniques dans l’organisme comme le ferait un jeûne alimentaire ou un régime cétogène. La quantité maximale recommandée est de trois bouteilles de 25 grammes par jour. "Ces boissons serviraient de substrat de l'effort", explique le Dr Kuhn. "Elles permettraient également d'économiser le glycogène musculaire; de plus, les cétones pourraient orienter le mélange des carburants de l'effort vers les lipides; enfin, les cétones pourraient faciliter la reconstruction des stocks glycogéniques musculaires après un effort. Mais les résultats sur la performance ne sont pas clairs, même si des gains de perfromance de ont té observés en aviron et lors d'un contre-la-montre de 50 minutes à vélo".

Une alternative consiste, en période d’entraînement à suivre un programme à glycogène bas comme le détaille le Dr Fabrice Kuhn dans son livre.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top