Les anti-moustiques et autres insecticides sont-ils dangereux pour la santé ?

Par Marie-Céline Ray Publié le 21/01/2020 Mis à jour le 22/01/2020
Actualité

Une étude de l’université de l’Iowa a trouvé un lien entre la mortalité cardiovasculaire et l’exposition à des insecticides, les pyréthrinoïdes.

Pourquoi c’est important

Les pyréthrinoïdes sont des insecticides courants. Ces molécules synthétiques sont analogues à la pyréthrine, un insecticide naturel présent dans les fleurs de chrysanthème Chrysanthemum cineraraefolum. Dans le monde, les pyréthrynoïdes représentent environ 30 % du marché des insecticides.

Utilisés au jardin ou à la maison contre les blattes, les fourmis, les pyréthrinoïdes sont par exemple présents dans des produits anti-puces ou anti-tiques, des traitements contre les poux... En France, on les trouve dans des shampooings antiparasitaires pour chien et chat et dans les sprays et diffuseurs électriques anti-moustiques.

Lire : Pourquoi il est de plus en plus difficile de se débarrasser des poux

En traitant nos animaux de compagnie ou notre environnement, nous risquons d’ingérer ces insecticides, de les inhaler ou de les absorber par contact avec la peau. Dans l’organisme, ils sont métabolisés et donnent des produits de dégradation, comme l’acide 3-phénoxybenzoïque qui se retrouve dans l’urine où il peut être dosé.

Des études épidémiologiques suggèrent que l’exposition à ces insecticides interfère avec la santé reproductive et augmente le risque de maladies chroniques, comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et Parkinson. Une nouvelle étude enfonce le clou concernant les maladies cardiovasculaires.

Ce que montre l’étude

Dans cette étude parue dans la revue JAMA Internal Medicine, les scientifiques ont recherché de l’acide 3-phénoxybenzoïque dans l’urine de 2116 personnes âgées de plus de 20 ans, dont la moitié de femmes. Cet échantillon représentatif de la population américaine provenait de l’étude United States National Health and Nutrition Examination Survey qui avait démarré entre 1999 et 2002. Les participants ont été séparés en trois groupes de même taille (trois tertiles), en fonction de la concentration en résidus d’insecticides dans leur urine.

Sur la période d’observation qui a duré environ 14 années, 246 personnes sont décédées, dont 41 pour une cause cardiovasculaire et 52 à cause d'un cancer. Celles qui avaient le plus de résidus d’insecticides dans leurs urines (troisième tertile) présentaient 56 % de risque en plus de décès, toutes causes confondues, par rapport à celles qui en avaient le moins (premier tertile).

Les personnes les plus exposées aux pyréthrinoïdes avaient même trois fois plus de risque de mourir pour cause cardiovasculaire que celles peu ou pas exposés à ces molécules !

En conclusion, l’exposition à ces insecticides est associée à la mortalité toutes causes confondues et encore plus à la mortalité cardiovasculaire, même s'il n'est pas possible d'établir un lien de cause à effet. L’étude ne dit pas comment les participants ont été en contact avec les insecticides. D’après les auteurs, les principales sources d’exposition sont la consommation de fruits et légumes sur lesquels ces molécules ont été pulvérisées et l’utilisation des insecticides au jardin ou dans la maison.

Lire aussi : Davantage de pesticides dans les fruits et légumes

En pratique

Pour vous protéger des moustiques en été, par principe de précaution, préférez des solutions naturelles, sans insecticides : la moustiquaire, la diffusion d’huiles essentielles, les géraniums… Portez de préférence des vêtements couvrants. Fermez si possible les fenêtres de votre chambre et évitez d’attirer les moustiques en allumant la lumière. Autour de la maison et sur votre balcon, videz les coupelles d’eau stagnante.

Pour aller plus loin : Sang pour sang toxique et Les meilleurs antimoustiques naturels (et comment fabriquer le vôtre)

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top