Eviter le soleil aussi nocif que fumer ?

Par Pierre Lombard Publié le 31/03/2016 Mis à jour le 08/08/2017
Actualité

L'exposition au soleil aurait des bénéfices sur les allergies, l’asthme, la myopie, l'éczéma ou encore la sclérose en plaques. Eviter le soleil pourrait au contraire diminuer l’espérance de vie de 2 ans. 

Dans cette nouvelle étude (1) publiée dans le Journal of Internal Medecine, les chercheurs ont suivi plus de 29000 femmes suédoises depuis 1990-1992, c’est à dire pendant plus de 20 ans. Résultat : les femmes s’exposant souvent au soleil avaient un risque de décès plus faible toutes causes confondues sauf pour les cancers. Selon les auteurs, cette mortalité plus élevée par cancer est due au fait que les femmes s’exposant au soleil vivaient plus longtemps, en conséquence elles avaient plus de chance de développer un cancer. Nous rappelons que l’âge est le premier facteur de risque du cancer. 

Résultat surprenant, les fumeuses qui s’exposaient le plus au soleil avaient une espérance de vie comparable à celle des non fumeuses évitant le soleil.

Il s'agit d'une étude d’observation, ne pouvant pas conclure à un lien de cause à effet, un facteur confondant inconnu peut toujours potentiellement exister.  Il est également important de rappeler que cette étude concerne des femmes suédoises, vivant donc très au nord, là où la synthèse solaire de vitamine D est très faible. Cependant, le statut en vitamine D de la population suédoise semble adéquat (2), probablement grâce à une supplémentation quasi systématique en vitamine D et une consommation élevée de poissons gras. Néanmoins, il n’est pas certain que les bénéfices de l’exposition au soleil soient uniquement dus à la vitamine D. Certains chercheurs (3) pensent notamment que la mélatonine (rythme jour-nuit) et l’acide folique pourraient jouer un rôle.

Cette étude rejoint un nombre croissant d'études qui montrent des bénéfices santé à s'exposer au soleil. Une étude publiée en 2013 (3) avait rapporté un effet protecteur éventuel de l’exposition au soleil sur plusieurs cancers (colorectal, sein, prostate et lymphone non-Hodgkien). Effectivement, la fréquence de ces pathologies augmente au fur et à mesure que l’on s’éloigne de part et d'autre de l’équateur.

En plus d’effets protecteurs potentiels sur certaines maladies mortelles, l'exposition au soleil semble avoir de nombreux bénéfices. D'après une nouvelle étude, (4) l’exposition solaire en fin de grossesse protègerait l'enfant d'asthme. Similairement, une exposition au soleil juste après la naissance  limiterait fortement le risque d’allergies (blé, oeuf, lait) de l’enfant (5). L’exposition au soleil limiterait également le risque de développer une myopie (6), de l’hyperactivité (7) et de l’éczéma (8). Il y a également plusieurs études montrant un fort effet protecteur de l’exposition au soleil sur la sclérose en plaque (9).

Si je m'expose souvent au soleil vais-je avoir un cancer de la peau? 

La fréquence du cancer de la peau a sensiblement augmenté ces 50 dernières années. Les dermatologues conseillaient alors aux gens d'éviter le soleil ou bien de se tartiner de crème solaire. Mais pourtant depuis les 50 dernières années les gens s'exposent au total de moins en moins, comment expliquer ce paradoxe ? Des études récentes plus précises ont été publiées (10,11), les chercheurs ont constaté que l'exposition régulière au soleil serait un facteur protecteur contre le cancer de la peau à l'inverse des expositions intermittentes et intenses qui sont dangereuses, surtout chez les personnes à peau claire. Effectivement, le bronzage, grâce à la mélanine offre une protection contre les UVB. C'est pour cela que les personnes à peau foncée, celles vivant dans le sud de la France et les personnes travaillant en extérieur ont paradoxalement moins de risque de développer un cancer agressif de la peau que la population générale. En France, ce n'est pas dans le midi qu'il y a le plus de cancer de la peau, mais en Bretagne et en Alsace. 

Cependant, une exposition intermittente et intense augmente fortement le risque de mélanome, surtout en été, au ski, ou encore sous les tropiques. Lors d'un coup de soleil, l'ADN des cellules est très endommagé. Pour éviter de se transformer en cancer, les cellules se suicident et une couche de cellules mortes se détache, on pèle. Plus les cellules se divisent pour régénerer un tissu plus la probabilité qu'elles donnent un cancer est élevé. Il faut donc éviter les coups de soleil. 

Lanutrition.fr conseille de s’exposer régulièrement mais brièvement au soleil, visage protégé. Ne pas oublier que plus on est en altitude, plus les UVB sont puissants. Il faut se protéger, y compris avec des crèmes dans les situations les plus dangereuses pour la peau (ski, bateau, plein midi et régions tropicales).

Pour plus d'informations sur l'exposition au soleil et  le cancer de la peau, vous pouvez lire notre article soleil et cancer, la vérité.

RÉFÉRENCES :

(1) Lindqvist PG, Epstein E, Nielsen K, Landin-Olsson M, Ingvar C, Olsson H.Avoidance of sun exposure as a risk factor for major causes of death: a competing risk analysis of the Melanoma in Southern Sweden cohort. J Intern Med. 2016 Mar 16. doi: 10.1111/joim.12496.
(2) http://www.circumpolarhealthjournal.net/index.php/ijch/article/view/27963
(3) van der Rhee H, Coebergh JW, de Vries E. Is prevention of cancer by sun exposure more than just the effect of vitamin D? A systematic review of epidemiological studies.Eur J Cancer. 2013 Apr;49(6):1422-36. doi: 10.1016/j.ejca.2012.11.001. Epub 2012 Dec 10
(4) http://www.eurekalert.org/pub_releases/2016-03/uok-amm033016.php
(5)Matsui T, Tanaka K, Nakagawa T, Sasaki K, Nakata J, Sugiura S, Kando N, Ito K. Sun exposure inversely related to food sensitization during infancy. Pediatr Allergy Immunol. 2015 Nov;26(7):628-33. doi: 10.1111/pai.12445. Epub 2015 Aug 11.
(6) McKnight CM1, Sherwin JC2, Yazar S3, Forward H3, Tan AX3, Hewitt AW2, Pennell CE4, McAllister IL3, Young TL5, Coroneo MT6, Mackey DA3. Myopia in young adults is inversely related to an objective marker of ocular sun exposure: the Western Australian Raine cohort study. Am J Ophthalmol. 2014 Nov;158(5):1079-85. doi: 10.1016/j.ajo.2014.07.033. Epub 2014 Jul 26.
(7) Arns M, van der Heijden KB, Arnold LE, Kenemans JL. Geographic variation in the prevalence of attention-deficit/hyperactivity disorder: the sunny perspective. Biol Psychiatry. 2013 Oct 15;74(8):585-90.
(8) Nicholas J. Osborne, Obioha C. Ukoumunne, Melissa Wake, Katrina J. Allen. Prevalence of eczema and food allergy is associated with latitude in Australia. Journal of Allergy and Clinical Immunology, , Available online 1 February 2012.

(9)Talat Islam, MBBS, PhD, W. James Gauderman, PhD, Wendy Cozen, DO, MPH and Thomas M. Mack, MD, MPH. Childhood sun exposure influences risk of multiple sclerosis in monozygotic twins. doi: http:/​/​dx.​doi.​org/​10.​1212/​01.​wnl.​0000268266.​50850.​48Neurology July 24, 2007 vol. 69 no. 4 381-388

(10)Elwood JM, Jopson J. Melanoma and sun exposure: an overview of published studies.
Int J Cancer. 1997 Oct 9;73(2):198-203.

(11) Weismann K1, Lorentzen HF. Sunbathing habits and risk of melanoma. Ugeskr Laeger. 2000 Jun 5;162(23):3307-10.

(12) Gandini S1, Sera F, Cattaruzza MS, Pasquini P, Picconi O, Boyle P, Melchi CF.Meta-analysis of risk factors for cutaneous melanoma: II. Sun exposure. Eur J Cancer. 2005 Jan;41(1):45-60.

 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top