Moins de diabète en faisant travailler ses muscles

Par Lanutrition.fr Publié le 03/02/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité

Les femmes qui font plus de 2h30 par semaine de renforcement et de conditionnement musculaire diminuent de 40 % leur risque de diabète de type 2.

Les activités sportives en aérobie (course, jogging…) sont associées à un risque réduit de diabète de type 2. Mais d’après une nouvelle étude parue dans PLoS Medicine, les activités de renforcement et de conditionnement musculaires, même de faible intensité (yoga, stretching…), permettent elles aussi de limiter ce risque.

Le diabète de type 2 se caractérise par une résistance à l’insuline, l’hormone qui régule le taux de glucose sanguin. Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, les cellules de graisse et de muscle qui répondent normalement à l’insuline deviennent moins sensibles à cette hormone. Une activité physique régulière est conseillée pour limiter le risque de diabète de type 2.

Lire : 7 moyens simples et sûrs d'éviter le diabète

L’objectif de cette étude menée par des chercheurs danois et américains était d’examiner les associations entre les activités de renforcement et de conditionnement musculaire et le risque de diabète de type 2. Ces activités incluaient des exercices de musculation type "résistance avec des poids", mais aussi le yoga, le stretching, ou des travaux d’extérieur.

Près de 100 000 femmes, non diabétiques au démarrage de l’étude, ont été suivies pendant 8 ans ; elles faisaient partie de deux cohortes : la Nurses’Health Study  (femmes âgées de 53 à 81 ans), et la Nurses’Health Study II (femmes âgées de 36 à 55 ans). Au cours du suivi, 3 491 femmes ont développé un diabète de type 2.

Lire aussi : Comment manger pour inverser un diabète de type 2

Les exercices de résistance et de conditionnement musculaires de faible intensité étaient tous deux indépendamment associés à une réduction du risque de diabète de type 2 : ce risque chez les femmes qui faisaient 1 à 29 min, 30 à 59 min, 60 à 150 min et plus de 150 min par semaine de renforcement et de conditionnement musculaire était réduit respectivement de 17%, 7%, 25% et 40% par rapport à celles qui n’en faisaient pas du tout.

Pour les auteurs, ces résultats « suggèrent qu’incorporer des activités de conditionnement et de renforcement musculaires à une activité aérobie en suivant les recommandations actuelles pour l’activité physique fournit un bénéfice substantiel pour la prévention du diabète chez les femmes. » En effet, ces activités ont des effets sur la masse musculaire. Les exercices de résistance améliorent la tension artérielle, les niveaux de lipides et réduisent la masse grasse. L'activité physique peut aussi aider à contrôler son poids, le surpoids étant lui aussi un facteur de risque pour le diabète de type 2.

Lire : Règle numéro 1 contre le diabète : surveillez la balance

D'ailleurs, les chercheurs ont observé une réduction du risque de diabète de type 2 plus importante chez les femmes en surpoids ou obèses, grâce aux activités de renforcement et de conditionnement musculaires.

En conclusion, des activités musculaires, même de faible intensité, pourraient augmenter et maintenir la force musculaire, tout en réduisant le risque de diabète de type 2.

Source

Anders Grøntved, An Pan, Rania A. Mekary, Meir Stampfer, Walter C. Willett, JoAnn E. Manson, Frank B. Hu. Muscle-Strengthening and Conditioning Activities and Risk of Type 2 Diabetes: A Prospective Study in Two Cohorts of US Women. PLoS Medicine, 2014; 11 (1): e1001587 DOI: 10.1371/journal.pmed.1001587

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top