Manque de sommeil = plus d’erreurs dans les activités quotidiennes

Par Sarah Amiri Publié le 27/11/2019 Mis à jour le 27/11/2019
Actualité

On sait que mal dormir, ou pas assez, nous ralentit, notamment au niveau cérébral. Mais l'impact sur le quotidien du manque de sommeil pourrait être plus important, selon une étude récente.

Pourquoi c’est important

Le sommeil est l’un des piliers d’une bonne santé. Moins dormir ou mal dormir fait grossir, prédispose aux maladies cardiométaboliques, favorise les troubles de l’humeur et le stress oxydant. Or la majorité d'entre nous manquent globalement de sommeil. 

On sait déjà que le manque de sommeil est associé à un risque d'accident de la route accru, on a tous pu expérimenter une plus grande difficulté à réfléchir ou à être créatif après une mauvaise nuit. Mais  l'impact du manque de sommeil sur le quotidien pourrait être à la fois plus important et plus pernicieux que cela, selon les résultats d'une nouvelle étude parue dans le Journal of Experimental Psychology.

À lire aussi : Le sommeil, comment ça marche ? 

L’étude

Les chercheurs ont testé l’impact du manque de sommeil sur la capacité à effectuer une activité nécessitant de suivre une série d’étapes (une procédure). La mémoire procédurale est l’une des mémoires les plus ancrées. Elle permet de d’effectuer des tâches sur pilote automatique. Faire du vélo, jouer d’un instrument et même conduire représentent ainsi des actions, dont l’apprentissage une fois acquis, ne nécessitent plus d’effort mental ou de contrôle conscient.

138 personnes ont participé à l’expérience : 77 ont passé une nuit blanche tandis que 61 dormaient tranquillement chez eux. Les chercheurs ont demandé à tous les participants de réaliser 2 tâches durant la soirée : une première permettant de mesurer le temps de réaction par rapport à un stimulus (utile pour calculer un temps de freinage par exemple) et l’autre mesurant la capacité à suivre une procédure sans omettre ou répéter une étape, même avec une interruption dans cette tâche. Le lendemain matin, les participants ont refait les mêmes expériences.

Résultats : le taux d’erreurs dans la soirée était de 15 % et s’est élevé à 30 % le matin pour les participants ayant fait une nuit blanche alors que pour les participants qui ont passé une nuit de sommeil normale, ce taux d’erreurs entre le soir et le matin est resté inchangé.

« Nos recherches indiquent que le manque de sommeil double les chances de faire des erreurs de procédure et triple le nombre de défaillances dans l'attention, ce qui est surprenant », explique Kimberly Fenn, l'une des chercheuses. « Les personnes en manque de sommeil doivent faire preuve de prudence dans tout ce qu'elles font et ne peuvent tout simplement pas croire qu'elles ne commettront pas d'erreurs coûteuses. Souvent, comme au volant d'une voiture, ces erreurs peuvent avoir des conséquences tragiques. » ajoute-t-elle.

En pratique

Les troubles du sommeil peuvent être le résultat de plusieurs causes mais il existe des solutions naturellement permettant de pallier ces diverses origines https://www.lanutrition.fr/bien-etre/le-sommeil/retrouvez-le-sommeil-nat... : bonnes habitudes avant de se coucher, micronutrition, phytothérapie et techniques de respiration peuvent ainsi aider. Et si vous manquez de sommeil un jour, ne sous-estimez pas les risques auxquels cela vous expose.

Pour aller plus loin : Un extrait de 14 jours pour bien dormir 

Références
  1. Stepan, Michelle E.,Fenn, Kimberly M.,Altmann, Erik M. Effects of sleep deprivation on procedural errors. Journal of Experimental Psychology: General, Vol 148(10), Oct 2019, 1828-1833

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top