Restriction calorique : manger moins ou faire du sport ?

Par Lanutrition.fr Publié le 20/01/2010 Mis à jour le 10/03/2017
Dépenser des calories en faisant beaucoup de sport ne permet pas de retrouver tous les bénéfices santé de la restriction calorique.

Pour vivre plus longtemps, il faut avaler moins de calories. C’est le principe de la restriction calorique. Et si je continue à manger autant de calories mais que je les dépense en faisant du sport, ça marche ? Apparemment non. En tout cas pas aussi efficacement.

 

Insuline et facteurs de croissance : Restriction calorique 1, Sport 0

Pour comparer les effets de la restriction calorique à ceux de l’activité physique sur la longévité, le chercheur Derek Huffman et ses collègues de l’université d’Alabama à Birmingham ont constitué deux groupes de souris dont l’un était placé en restriction calorique et l’autre nourri normalement mais soumis à une activité physique (1). Objectif : obtenir la même balance énergétique dans les deux groupes de souris.

Les souris ont été suivies pendant 24 semaines et les chercheurs ont mesuré les marqueurs du vieillissement chez les deux groupes. Les chercheurs ont alors remarqué que si les souris sportives avaient des marqueurs du vieillissement plus favorables que le groupe témoin, elles n'atteignaient pas pour autant le niveau des souris placées en restriction calorique. La principale différence mise en avant par les chercheurs concerne les taux d'insuline et du facteur de croissance IGF-1 qui restent plus élevés chez les souris soumises à une activité physique que chez les souris en restriction calorique. Pour les auteurs de cette étude, l'impossibilité d'augmenter la longévité grâce à l'exercice physique est due à cette impossibilité de mimer complètement la réponse de l'organisme à la restriction calorique, notamment au niveau hormonal.

 

Perte de poids : égalité

Les chercheurs qui suivent les volontaires de l'étude CALERIE (Comprehensive Assessment of Long-term Effects of Reducing Intake of Energy) ont recruté 36 volontaires qu'ils ont répartis en trois groupes (2). Les premiers ont reçu un apport calorique quotidien réduit de 25 %, les seconds ont reçu un apport calorique réduit de seulement 12,5 % mais ont dû en parallèle pratiquer une activité physique augmentant de 12,5% leurs dépenses. Le dernier groupe a servi de groupe témoin. Au terme de 6 mois de suivi la perte de poids s'est avérée similaire dans les deux groupes de volontaires qui ont vu leur poids corporel diminuer d'environ 10%.

L'équipe de Derek Huffman a fait la même observation chez la souris en notant cependant qu'à poids corporel égal, les souris du groupe sport étaient significativement plus minces que leurs congénères du groupe restriction calorique.

 

Risque cardiovasculaire : égalité

Dans le suivi des volontaires de l'étude CALERIE, les chercheurs se sont attachés à suivre les marqueurs du risque cardiovasculaire chez les volontaires en restriction calorique seule et chez ceux qui pratiquaient une réduction moins sévère accompagnée d'exercice. Résultat : les volontaires des deux groupes ont présenté une baisse du taux de triacyglycérol, une diminution de la pression diastolique et une hausse du taux de cholestérol HDL. Les chercheurs estiment la baisse global du risque de survenue de maladie cardiovasculaire à 29 % pour le groupe restriction calorique et à 38 % pour le groupe restriction calorique et sport.

 

Protection de l’ADN : égalité

Pour comparer les effets de la restriction calorique et de l'exercice physique sur l'oxydation de l'ADN et de l'ARN le docteur Luigi Fontana, spécialiste des travaux sur la restriction calorique et ses collègues ont recruté 18 hommes et femmes. (3) Les volontaires ont été répartis en deux groupes, les uns ont réduit leur apport en calorie de 20 %, les autres ayant augmenté leurs dépenses de 20%. Le déficit énergétique était similaire dans les deux groupes de volontaires. Les chercheurs ont alors mesuré les dommages produits par le stress oxydant sur l'ADN et l'ARN. Résultat : pour l'ADN les dommages oxydatifs ont diminué de 48,5% pour le groupe restriction calorique et de 49,6% pour le groupe exercice physique. Même constat pour l'ARN : 35,7% de dommages en moins en restriction calorique et 52,1 % avec de l'activité physique. Les chercheurs en concluent que ces deux méthodes donnent des résultats similaires en termes de protection de l'ADN et de l'ARN.

Par ailleurs, les études chez l’animal ont trouvé que l’exercice physique a les mêmes effets bénéfiques sur la croissance des tumeurs et le risque de cancer que la restriction calorique.

 

And the winner is... la restriction calorique

Si reproduire le déficit énergétique lié à la restriction calorique grâce au sport permet de retrouver certains bénéfices d'une vraie restriction calorique, cette méthode ne permet apparemment pas d'aboutir à la principale conséquence de la restriction calorique, à savoir augmenter l'espérance de vie. Les chercheurs supposent que cette différence serait liée principalement aux taux d'insuline et de facteurs de croissance qui sont plus efficacement abaissés par la restriction calorique que par l'activité physique.

 

Références

(1) Huffman DM, Moellering DR, Grizzle WE, Stockard CR, Johnson MS, Nagy TR.Effect of exercise and calorie restriction on biomarkers of aging in mice.Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol. 2008 May;294(5):R1618-27. Epub 2008 Mar 5.

(2) Lefevre M, Redman LM, Heilbronn LK, Smith JV, Martin CK, Rood JC, Greenway FL, Williamson DA, Smith SR, Ravussin E; Pennington CALERIE team.Caloric restriction alone and with exercise improves CVD risk in healthy non-obese individuals Atherosclerosis. 2009 Mar;203(1):206-13. Epub 2008 Jul 7.

(3)Hofer T, Fontana L, Anton SD, Weiss EP, Villareal D, Malayappan B, Leeuwenburgh C.Long-term effects of caloric restriction or exercise on DNA and RNA oxidation levels in white blood cells and urine in humans.Rejuvenation Res. 2008 Aug;11(4):793-9.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top