Aline Gubri : «  Être éco-citoyen c'est faire des économies »

Par Marie-Charlotte Rivet Bonjean Publié le 28/11/2017 Mis à jour le 01/12/2017
Point de vue

Aline Gubri, l’auteure de Zéro plastique zéro toxique évoque les avantages économiques, écologiques  et sanitaires du Zéro Déchet.

LaNutrition : Pourquoi t’es-tu lancée dans une transition vers le Zéro Déchet ?

Aline Gubri : Outre le côté santé et environnemental, je me suis mise au Zéro Déchet aussi pour le côté social et développement de l’économie locale. Mon but absolu n’est pas seulement de réduire les déchets mais au-delà, de consommer mieux et plus local. Cela n’a pas de sens selon moi d’acheter un avocat qui a parcouru la terre entière juste parce qu’il n’a pas d’emballage et qu’il est bio. Ma démarche est beaucoup plus globale, raisonnée, elle va outre les emballages.

C’est donc un acte militant ?

Oui, consommer local et de manière plus raisonnée c’est aussi ne pas donner son argent aux supermarchés mais préférer les petits commerçants, acheter d’occasion, ne pas inciter les grandes marques de vêtements à continuer de faire fabriquer leurs vêtements par des enfants à l’autre bout du monde. Acheter d’occasion, et donc ne pas acheter chez les grandes marques, ce n’est pas que Zéro Déchet, c’est également dire « Non, je ne cautionne pas votre manière de faire ! ».

Combien d’économies as-tu réalisées depuis que tu t’es lancée dans le Zéro Déchet ?

Avant de commencer, je pensais que ça allait me coûter un peu plus cher, j’étais même prête à faire des concessions sur certaines choses, mais au fur et à mesure des pratiques, j’ai en réalité fait beaucoup d’économies en me mettant au Zéro Déchet. J’ai estimé ces économies à 30 % des dépenses mensuelles que je réalisais avant, simplement en achetant d’occasion, en remplaçant le jetable par le réutilisable et en fabriquants mes produits cosmétiques et ménagers moi-même avec des ingrédients simples. Comme je n’ai pas les moyens d’acheter du made in France en 100% coton bio, puisque je suis encore étudiante, acheter chez Emmaüs par exemple me permet de faire un achat solidaire, écologique, engagé socialement et adapté à mon budget.

Tu as des exemples concrets de substitutions Zéro Déchet économiques ?

Un des exemples les plus marquants pour mon budget, ce sont les protections féminines. À 30 euros, la cup qui dure 5 ans fait faire beaucoup d’économies. Fabriquer mes produits ménagers maison, à base de vinaigre blanc, un produit vraiment bon marché, aussi. Pour les cosmétiques c’est pareil, quelques cuillères de miel remplacent avantageusement un tube de masque pour le visage (en plus c’est beaucoup plus efficace et sain).

Par mois, tous mes cosmétiques du quotidien (sachant que je ne me maquille pas) me reviennent à 5 euros ! Impossible de trouver l’équivalent en termes de prix, impact environnemental et sanitaire car c’est beaucoup plus sain.

C’est cette simplicité et ces économies qui m’ont motivée à écrire mon blog, faire des conférences, réaliser des ateliers dans les écoles pour démonter cette idée reçue selon laquelle l’écologie coûte cher, alors que pas du tout ! En plus d’être responsable au niveau environnemental, avoir un quotidien plus écologique, c’est faire des économies ! C’est un gain pour la planète et pour notre santé, notre environnement et pour le portefeuille.

Quels sont les produits de base indispensables selon toi ?

On peut pratiquement tout faire avec 3 produits de base dans ses placards :

  • Le vinaigre blanc : tu nettoies toute ta maison avec,
  • Le bicarbonate de soude : pour le ménage et le déodorant
  • Le savon de Marseille : pour la lessive, se laver…

Petite précision pour le savon de Marseille, comme cette appellation n’est pas protégée il faut donc faire attention lorsqu’on en achète. Il faut bien lire sa composition qui ne doit pas comporter plus 5 ingrédients et être à base d'huile d'olive.

Tu dis que cela ne prend pas beaucoup de temps de vivre Zéro Déchet. Mais quand on regarde tout ce qu’il faut faire on se dit que tu passes tes journées à ça.

Non, justement tu vas gagner du temps. D’une part comme il ne faut pas beaucoup d’ingrédients pour réaliser mes recettes, tu gagnes du temps dans les magasins. Et en achetant hors supermarché, à proximité, on réduit aussi le temps passé pour faire ses courses.

En plus mes recettes sont très simples et très rapides : il n’y a rien à mesurer, rien à faire cuire d’une manière spéciale, pas de repos et peu d’ingrédients à mélanger. Par ailleurs, je ne fais pas tous les jours ces recettes. J’en fais un énorme pot et j’en ai pour 4 mois, pour les cosmétiques comme pour les produits ménagers. Certaines recettes peuvent aussi être réalisées avec les enfants. Par exemple la lessive : ils vont adorer car ça mousse, c’est chouette et ça rend la chose plus ludique et rigolote.

Quel conseil pourrais-tu donner à quelqu’un qui veut commencer à changer de mode de vie ?

Arrête d’utiliser les produits ménagers classiques et remplace-les par de l’eau et du vinaigre blanc (garde les contenants). Outre l’aspect Zéro déchet, c’est à faire pour la santé car l’eau de Javel, comme d’autres nettoyants industriels, est très toxique. Or tu la respires, tu la touches, tes enfants aussi !

Propos recueillis par Marie Charlotte Rivet Bonjean

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top