Dépister l'apnée du sommeil pourrait aider à prévenir la démence

Par Juliette Pouyat Publié le 10/07/2018 Mis à jour le 10/07/2018
Actualité

Les personnes qui souffrent d’apnée du sommeil présentent une diminution de l’épaisseur et du volume de matière grise dans des régions du cerveau liées à la mémoire.

Pourquoi c’est important

Le risque de démence est augmenté par des facteurs modifiables tels que la dépression, l’hypertension, l’obésité ou encore le tabagisme. Certains troubles du sommeil sont également des facteurs de risque. L’apnée obstructive du sommeil provoque chez ceux qui en souffrent plusieurs interruptions de la respiration au cours du sommeil. Elle conduit à une diminution des niveaux d’oxygène dans le sang. L’apnée du sommeil touche plus particulièrement les personnes âgées et une étude a montré qu’elle conduit à une perte de mémoire et à un déclin cognitif à un âge plus précoce que la moyenne. Dans une autre étude, des chercheurs ont montré que traiter les troubles respiratoires du sommeil permettait de ralentir le déclin cognitif sur une période de 3 ans chez des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

L’étude

Dans cette nouvelle étude parue dans l'European Respiratory Journal, les chercheurs ont cherché à comprendre par quels mécanismes l’apnée du sommeil contribue à la dégénérescence du cerveau. Les 83 participants, âgés de 51 à 88 ans, avaient consulté leur médecin pour des troubles de la mémoire ou de l’humeur mais n’avaient pas fait l’objet d’un diagnostic d’apnée du sommeil. La mémoire et les symptômes dépressifs des participants ont été évalués et chacun a passé une IRM pour mesurer les dimensions de différentes zones du cerveau.

Les participants ont également été surveillés pendant leur sommeil : activité cérébrale, niveaux d’oxygène dans le sang, fréquence cardiaque, respiration et mouvements ont été enregistrés.

Les résultats montrent que l’apnée du sommeil est associée à plusieurs modifications de la structure du cerveau. Les chercheurs ont en effet découvert que les patients qui ont de faibles niveaux d'oxygène dans le sang pendant leur sommeil ont tendance à présenter une épaisseur corticale réduite dans les lobes temporaux gauche et droit du cerveau. Ces régions jouent un rôle important dans la mémoire et sont impactées en cas de démence. Cette altération dans le cerveau est liée à une plus faible capacité à intégrer de nouvelles informations.
Les patients qui présentent des signes d’apnée du sommeil sont également plus susceptibles d'avoir une augmentation de l'épaisseur corticale dans d'autres régions du cerveau, ce qui, selon les chercheurs, pourrait constituer des signes de réaction cérébrale à des niveaux inférieurs d'oxygène avec gonflement et inflammation. Cela peut également correspondre, selon les chercheurs, aux premiers effets de l’apnée du sommeil sur l’intégrité cérébrale chez des personnes qui ne présentent pas de symptômes cliniques.

En pratique

Dépister l’apnée du sommeil chez les personnes âgées et la soigner pourrait aider à prévenir la démence dans cette population. L’apnée du sommeil peut être traitée grâce à un dispositif de pression positive continue. Cet appareil permet de propulser de l’air sous pression dans les voies respiratoires pendant le sommeil. En empêchant la fermeture des voies aériennes, la pression de l’air permet une respiration régulière. Si vous souffrez d’apnée du sommeil, l’arrêt du tabac ou encore la perte de poids (si besoin) peuvent vous aider. 

A lire aussi : 14 jours pour bien dormir et La fin d'Alzheimer

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top