Etude française : la consommation d’aliments ultra-transformés liée au risque de cancer

Par Lanutrition.fr Publié le 15/02/2018 Mis à jour le 16/02/2018
Actualité

Les Français qui consomment plus d’aliments ultra-transformés ont un risque accru de cancer, selon une étude prospective. 

Pourquoi c’est important

Les aliments ultra-transformés constituent une part croissante de la consommation alimentaire, puisqu’ils contribuent selon les pays pour 25 à 50% de la consommation énergétique. Or les chercheurs pensent que le mode de vie et l’alimentation interviennent dans 30 à 40% des cas de cancers.

Lire aussi : 100% des céréales du petit déjeuner pour enfants sont ultra-transformées

Une étude française publiée le 14 février 2018, qui s’appuie sur les résultats de la cohorte NutriNet-Santé (104 890 participants) âgés de 18 ans et plus, rapporte un lien entre la consommation d’aliments ultra-transformés et le risque de cancer.

Ce que les chercheurs ont trouvé

Le mode d’alimentation des volontaires a été établi à partir de 3 questionnaires alimentaires non consécutifs par participant, administrés par Internet, et leur état de santé au moyen d’un questionnaire de santé annuel.

Résultats : les aliments ultra-transformés, dans cette cohorte française, contribueraient à un peu moins de 20% de la quantité d’aliments consommés. Une augmentation de la part des aliments ultra-transformés dans le régime alimentaire était associée à une augmentation de 12% du risque de cancer, et de 11% du risque de cancer du sein.

Les aliments ultra-transformés ont déjà été associés à un risque plus élevé d’obésité et de maladies chroniques mais c’est la première fois qu’ils sont liés au risque de cancer. S’agissant d’une étude d’observation, la relation de cause à effet n’est pas établie. Mais si elle se confirme, elle pourrait être due au fait que ces aliments sont souvent riches en calories, pauvres en composés protecteurs comme les fibres, et très glycémiants. Ils renferment aussi des additifs et autres ACE, un terme créé par LaNutrition.fr pour englober des ingrédients qui ne servent qu'à des fonctions cosmétiques, technologiques et économiques, et dont les effets sur la santé sont douteux, ainsi que des composés néoformés comme l’acrylamide et les AGE dans les chips, biscuits, les produits de panification.

Lire aussi : Aliments ultra-transformés : repérez-les grâce aux ACE

En pratique

Le chercheur français Anthony Fardet conseille dans « Halte aux aliments ultra-transformés » de ne pas consommer plus de 15% de ses calories sous la forme d’aliments ultra-transformés. Cela conduit à privilégier les aliments bruts. Mais tous les aliments industriels ne sont pas ultra-transformés. LaNutrition, qui est le premier média à avoir exposé le problème de l'ultra-transformation, publie et met à jour depuis 2010 les deux guides de référence, Le bon choix pour vos enfants et Le bon choix au supermarché, les seuls à tenir compte du degré de transformation des aliments industriels pour leur attribuer une note.

4 livres pour mieux comprendre et mieux acheter : Halte aux aliments ultra-transformés, Le Bon choix pour vos enfants, Le Bon choix au supermarché, Le Nouveau guide des additifs.

 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top