Anxiété, dépression : les aliments ultra-transformés mis en cause

Par Marie-Céline Ray - Journaliste scientifique Publié le 31/08/2022 Mis à jour le 31/08/2022
Actualité

Les personnes qui consomment le plus d’aliments ultra-transformés ont une moins bonne santé mentale.

Les aliments ultra-transformés (AUT) semblent pratiques d’utilisation dans la vie de tous les jours, car rapides à préparer, voire prêts à consommer, et peu coûteux. Ces produits industriels contiennent peu d'aliments entiers mais regorgent de substances transformées (huiles, graisses, sucres, amidon, isolats de protéines) et d’additifs : arômes, colorants, émulsifiants... Ils incluent par exemple les boissons sucrées, les biscuits, les céréales de petit-déjeuner, les plats préparés surgelés...

De nombreuses études ont montré les effets néfastes des AUT sur la santé, notamment concernant le surpoids, l’obésité, l’hypertension artérielle ou la mortalité.

Lire : Les aliments ultra-transformés associés à un risque plus élevé de mortalité

Comme l’alimentation influence la santé mentale, on peut également se questionner sur l’impact des aliments ultra-transformés sur le cerveau.

Santé mentale et aliments ultra-transformés

Cette étude parue dans Public Health Nutrition a été réalisée par la Florida Atlantic University. Les chercheurs ont étudié plus de 10 000 adultes pour savoir si ceux qui consomment de grandes quantités d'aliments ultra-transformés signalent plus de problèmes de santé mentale. Pour cela, ils ont mesuré les symptômes de dépression légère, le nombre de jours de mauvaise santé mentale et le nombre de jours d'anxiété chez cet échantillon représentatif de la population américaine. Les chercheurs ont utilisé la classification NOVA et calculé, en pourcentage, la part que représentaient les AUT dans les apports énergétiques des participants.

La classification NOVA
Largement utilisée, la classification NOVA a été récemment adoptée par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Ce système tient compte de la transformation des aliments et des boissons pour les classer en quatre groupes : les aliments non transformés ou peu transformés, les ingrédients culinaires transformés, les aliments transformés et les aliments ultra-transformés.

Résultats : par rapport aux personnes qui consommaient le moins d’AUT, celles qui en consommaient le plus présentaient significativement plus de symptômes de dépression légère (+ 81 %). Elles rapportaient aussi un nombre plus élevé de jours en mauvaise santé mentale ou avec de l’anxiété. Elles avaient 40 % de chances en moins de déclarer zéro jour de mauvaise santé mentale.

L'ultra-transformation des aliments épuise leur valeur nutritionnelle

Dans un communiqué de l'université, Eric Hecht, principal auteur de cette recherche, explique : "L'ultra-transformation des aliments épuise leur valeur nutritionnelle et augmente également le nombre de calories, car les aliments ultra-transformés ont tendance à être riches en sucre ajouté, en graisses saturées et en sel, alors qu'ils sont faibles en protéines, fibres, vitamines, minéraux et composés phytochimiques."

Cerveau : quels aliments éviter ?

Un régime pauvre en nutriments essentiels, avec un indice glycémique (IG) élevé et riche en sucres ajoutés peut entraîner une mauvaise santé mentale. En effet, ce type d’alimentation a un impact sur l'insuline, une hormone qui influence l'humeur, diminue les niveaux neuronaux de sérotonine et de dopamine et augmente la neuroinflammation. La consommation d’AUT a un impact sur le microbiote et augmente l’inflammation.

Pour en savoir plus sur la nutrition du cerveau, lisez l’ouvrage de référence de Max Lugavere : La nutrition du cerveau

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRISTORE, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top