Soulever des poids améliore la mémoire

Par Juliette Pouyat Publié le 08/10/2014 Mis à jour le 02/06/2017
Actualité

La musculation permet d’améliorer la mémoire épisodique, notamment grâce à un processus physiologique similaire à celui d'un stress aigü.

Une étude parue dans le journal Acta Psychologica montre qu’un entrainement physique de résistance d’une durée de 20 minutes améliore la mémoire épisodique –ou mémoire à long-terme- d’environ 10% chez de jeunes adultes en bonne santé.

Lire : 6 semaines d'exercice suffisent pour améliorer la mémoire

La mémoire épisodique est un système neurocognitif qui permet aux êtres humains de se souvenir des expériences passées dans leur contexte. Contrairement aux autres systèmes de mémoire qui sont orientés vers le présent, la mémoire épisodique permet de « revivre » les expériences passées.

Plusieurs études ont montré que l’exercice physique améliore la mémoire. Mais les études s’intéressent souvent à l’effet bénéfique des exercices aérobies (cyclisme, course, tennis, natation…) pratiqués pendant plusieurs mois. Dans cette étude, les participants ont soulevé des poids juste une fois deux jours avant de passer les tests.

Lire : les enfants qui font du sport améliorent leurs fonctions cérébrales

Dans un premier temps, les 46 participants ont regardé une série de 90 photos sur un écran d’ordinateur. Les images étaient soit positives (enfant sur un toboggan) soit négatives (corps mutilés) soit neutres (horloges). Puis, tous les participants se sont assis sur une machine permettant de pratiquer des exercices d’extension-flexion de la jambe. La moitié des participants a réalisé l’activité physique et a donc contracté et étendu la jambe 50 fois selon sa capacité d’efforts maximale. L’autre moitié des participants a constitué le groupe de contrôle et n’a pas réalisé d’effort physique.

La pression artérielle et la fréquence cardiaque des participants ont été enregistrées pendant toute l’expérience. Des échantillons de salive ont également été prélevés pour suivre les niveaux de neurotransmetteurs liés au stress.

48 heures après les exercices physiques, tous les participants ont passé le test de mémoire : ils ont cette fois vu 180 photos –les 90 photos vues lors de la première session avant les exercices ont été mélangées à 90 nouvelles photos. Les résultats montrent que les participants qui ont pratiqué l’exercice physique de résistance ont reconnu 60% des photos de la première session alors que les participants du groupe de contrôle n’en ont reconnu que 50%.

« Notre étude montre qu’il n’est pas forcément nécessaire de consacrer beaucoup de temps à une activité physique pour "booster" notre cerveau » dit Lisa Weinberg, auteur de l’étude. Selon elle, même si l’étude utilise des exercices de lever de poids, des résultats similaires pourraient vraisemblablement être obtenus avec d’autres exercices de résistance.

Globalement, tous les participants se souviennent mieux des images positives et négatives que des images neutres. Cette tendance est encore plus vraie pour les participants qui ont fait de l’exercice physique. Les chercheurs s’attendaient à ce résultat, des études précédentes ayant montré que les personnes sont plus susceptibles de se souvenir des expériences émotionnelles après un stress aigü (ici provoqué par l’exercice physique).

Lire : moins de troubles de la mémoire quand on a une bonne hygiène de vie

L'analyse de LaNutrition.fr. Des résultats d’études précédentes rapportent une association entre amélioration de la mémoire et stress aigü, provoqué notamment par des facteurs de stress psychologique comme une prise de parole en public. D’autres études sur des rongeurs ont noté une libération de noradrénaline en association avec une meilleure mémoire. Or, dans l’étude réalisée par Lisa Weinberg, les chercheurs ont trouvé dans la salive des participants ayant levé des poids, plus d’alpha-amylase. Cette enzyme, que l'on dose dans la salive, est un marqueur du stress, et plus précisément de l'activité bêta-adrénergique, c'est-à-dire celle qui est liée à la sécrétion de noradrénaline et d'adrénaline. L’exercice physique agit donc comme un facteur de stress physique et conduit à une réponse physiologique –notamment la sécrétion d’hormones - qui améliore les performances cognitives.

Source

Weinberg L, Hasni A, Shinohara M, Duarte A. A single bout of resistance exercise can enhance episodic memory performance. Acta Psychol (Amst). 2014 Sep 25;153C:13-19. doi: 10.1016/j.actpsy.2014.06.011. [Epub ahead of print]

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top