Le potassium préviendrait l'accident vasculaire cérébral

Par Lanutrition.fr Publié le 09/09/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Une étude sur 90 000 femmes ménopausées montre que celles qui consomment le plus de potassium ont moins d'AVC.

L’accident vasculaire cérébral (AVC) touche particulièrement les femmes françaises chez lesquelles c’est la première cause de décès. D’après une étude parue dans Stroke, celles-ci pourraient réduire leur risque en augmentant leurs apports en potassium.

Le potassium est un minéral présent dans des fruits et légumes comme les épinards, abricots secs, prunes, bananes, haricots blancs, courges, pommes de terre, mais aussi dans des poissons, le café, le chocolat... 

Consulter la liste des aliments riches en potassium

Dans l’organisme, il participe à de très nombreuses fonctions vitales, y compris cœur et reins. C'est un pilier crucial de l'équilibre acide-base. Il intervient dans la solidité de l'os et la préservation de la masse musculaire.

Lire le livre du Dr Philippe Veroli Potassium, mode d'emploi (lire un extrait ICI  >>)

Dans cet article, les chercheurs ont étudié le lien entre les apports en potassium et le risque d’AVC chez les femmes ménopausées. Pour cela, ils ont utilisé les données portant sur 90137 femmes âgées de 50 à 79 ans, et qui faisaient partie de l'étude WHI (Women’s Health Initiative). Leur âge moyen était de 63,6 ans et elles ont été suivies pendant 11 ans.

Résultats : La moyenne des apports en potassium était 2611 mg/jour, ce qui est inférieur aux recommandations officielles américaines de 4700 mg/jour. Seulement 3 % des femmes respectaient ces recommandations.

Les chercheurs ont comparé les 25 % de femmes qui consommaient le plus de potassium par jour (plus de 3 193,6 mg) avec les 25 % qui en consommaient le moins (moins de 1 925,5 mg par jour). Celles qui consommaient le plus de potassium avaient un risque de mortalité toutes causes confondues réduit de 10 % ; leur risque d’AVC était diminué de 12 % et celui d’AVC ischémique de 16 %. Les 25 % de femmes qui avaient le moins d’apports en potassium avaient une incidence de l’AVC plus élevée que les autres.

L’effet sur l’AVC ischémique était plus apparent chez les femmes qui n'avaient pas d’hypertension : parmi les femmes qui n’avaient pas d’hypertension, les 25 % qui avaient le plus d’apports en potassium avaient un risque diminué de 27 % d’AVC ischémique par rapport aux 25 % qui avaient le moins d’apports.

Pour Sylvia Wassertheil-Smoller, auteur de cette étude, "Nos résultats donnent aux femmes une autre raison de manger leurs fruits et légumes". Des apports plus élevés en potassium pourraient protéger les femmes ménopausées d'un AVC ischémique, surtout celles qui n’ont pas une pression sanguine élevée, même si l'effet observé dans cette étude est modeste et qu'il ne permet pas de concluire à une relation de cause à effet.

LaNutrition.fr propose depuis 2006 son célèbre citrate de potassium, comme moyen d'améliorer son statut en potassium et son équilibre acido-basique. Cependant, il est possible d'optimiser ces deux variables sans complément alimentaire, par la seule optimisation de l'alimentation. 

Lire : "Les infarctus et les AVC peuvent être éradiqués"

Seth A, Mossavar-Rahmani Y, Kamensky V, Silver B, Lakshminarayan K, Prentice R, Van Horn L, Wassertheil-Smoller S. Potassium Intake and Risk of Stroke in Women With Hypertension and Nonhypertension in the Women's Health Initiative. Stroke. 2014 Sep 4. pii: STROKEAHA.114.006046.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top