Courses longues : l'intérêt d'une préparation digestive

Par Julien Hernandez Publié le 30/10/2018 Mis à jour le 07/11/2018
Article

Encore peu connue des coureurs et des sportifs d'endurance, la préparation digestive est pourtant d'une importance cruciale si l'on souhaite à la fois être plus performant et réduire les désagréments digestifs fréquents en course. 

Pourquoi c’est important 

Les sportifs connaissent la préparation physique. Elle constitue la base en termes de performances. La préparation mentale, tout aussi importante, commence aussi à s’imposer en France. Cependant, on connaît moins l'entraînement digestif. Selon les chercheurs qui l'étudient, elle est surtout utile dans les sports d’endurance (course, trail, marathon, ultra-trail, iron man, etc) où les perturbations digestives peuvent être fréquentes et même fatales lorsqu’on veut réaliser un bon temps en compétition. 

Comment entraîner ses intestins

L'objectif d'une telle préparation est de soumettre notre système digestif à différentes situations afin qu'il s'y adapte. In fine, le but est de réduire au silence les problèmes de digestion et autres sensations désagréables lors d'un effort physique.

Divers protocoles expérimentaux ont été testés sur des athlètes d'endurance : s'entraîner juste après le repas, augmenter progressivement la ration de glucides sous forme liquide pendant l'entraînement, etc. Les sportifs pratiquaient donc leur activité avec l'estomac et l'intestin plus remplis que ce que les diététiciens du sport conseillent habituellement (manger 3 heures avant une épreuve physique  afin d'éviter les troubles digestifs).

Au fil des semaines d'expérience, les scientifiques ont constaté des bénéfices autant en terme de sensations subjectives chez les athlètes que d'un point de vue objectif grâce aux mesures de plusieurs marqueurs spécifiques (augmentation de la vitesse de la vidange gastrique, de l'expression de transporteur du glucose, meilleure assimilation des glucides, etc.). Tout cela s'est traduit par une baisse considérable, voire une supression totale, des sensations digestives désagréables (ballonnements, plénitude, etc.) et une amélioration notable des performances chez les sportifs.

Ces résultats, bien que peu nombreux pour l'instant, suggèrent que l'intestin peut également être entraîné, plus ou moins comme les muscles, c'est-à-dire en subissant un stress et en s'y adaptant. 

En pratique 

Il existe trop peu de données actuellement pour conseiller un protocole généralisé. La meilleure solution est de tester sur vous même, en vous entraînant de temps en temps juste après manger et en augmentant considérablement votre consommation de boisson de l'effort pendant vos séances. 

Evidemment, de tels changements se font progressivement afin d'éviter un inconfort brutal et contreproductif. Cependant, si de légers désagréments sont présents au début, il faut persister quelques semaines afin de voir si votre système digestif s'adapte, comme c'est le cas lors des expériences scientifiques. 

Dans Ultra performance, le Dr Kuhn explique sa stratégie d'entraînement digestif qui l'a aidé à améliorer ses performances et à dire adieu aux problèmes digestifs en course.

Lire aussi : Comment notre collaborateur le Dr Fabrice Kuhn s’est qualifié pour les championnats du monde Ironman

Référence : 

Training the Gut for Athletes Sports Medicine, 2017, Volume 47, Number 1, Page 101 Asker E. Jeukendrup

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top