Le manque de vitamine D pourrait doubler le risque d'Alzheimer

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 11/08/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Les personnes âgées souffrant d'un déficit important en vitamine D (moins de 25 nmol/L) verraient leurs risques de maladie d’Alzheimer et de démence augmenter fortement.

Le risque de maladie d’Alzheimer - et de démences en général - serait d'autant plus important que le déficit en vitamine D serait sévère. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs de l'université d’Exeter dont les résultats viennent d'être publiés dans la revue Neurology.

Consulter notre dossier sur la vitamine D

Ces scientifiques ont étudié 1 658 personnes de plus de 65 ans (moyenne d’âge : 73,6 ans) pour savoir si un déficit en vitamine D était lié au risque de démence et de maladie d’Alzheimer. Au départ, les participants ne souffraient ni de démence, ni de maladie cardiovasculaire ; tous faisaient partie de la US Cardiovascular Health Study entre 1992-93 et 1999. Des échantillons sanguins récupérés au début de l’étude ont permis de doser la vitamine D ; l’état mental des participants a été testé au cours du suivi qui a duré 5,6 ans. 171 personnes ont développé une démence, parmi lesquels 102 cas de maladie d’Alzheimer.

Une démence correspond à un déclin des fonctions cognitives qui interfère avec les activités quotidiennes. La maladie d’Alzheimer est la forme la plus courante de démence chez les personnes âgées. Ces maladies semblent en augmentation dans la population ; des causes environnementales ont souvent été évoquées.

Lire : Maladies neurologiques : plus fréquentes et plus précoces

Résultats : par rapport aux volontaires qui avaient des niveaux de vitamine D normaux (plus de 50 nmol/L), ceux qui avaient des taux sanguins de vitamine D les plus bas, c'est-à-dire inférieurs à 25 nmol/L, avaient un risque de démence multiplié par 2,25 et un risque de maladie d'Alzheimer multiplié par 2,22. Ceux qui avaient des taux compris entre 25 et 50 nmol/L (carence plus modérée) voyaient leur risque multiplié par 1,53 pour la démence et 1,69 pour Alzheimer. Globalement, le risque de démence et de maladie d’Alzheimer augmentait dès que le taux de vitamine D passait sous la barre des 50 nmol/L.

Lire l'interview de Reinhold Vieth sur les niveaux de vitamine D conseillés

Plusieurs hypothèses peuvent expliquer le lien entre vitamine D et démence. Il est notamment possible que la vitamine D favorise l’élimination des plaques amyloïdes (les amas de protéines retrouvés dans les neurones des personnes souffrant d'Alzheimer et qui bloquent leur communication)  via la stimulation de certaines cellules immunitaires appelées macrophages.

Pour les chercheurs, des essais cliniques doivent être menés rapidement pour envisager une meilleure prévention des problèmes de dégénérescence neuronale chez les personnes âgées..

Lire : Alzheimer : barbecue et viandes grillées dans le collimateur

Thomas J. Littlejohns, William E. Henley, Iain A. Lang, Cedric Annweiler, Olivier Beauchet, Paulo H.M. Chaves, Linda Fried, Bryan R. Kestenbaum, Lewis H. Kuller, Kenneth M. Langa, Oscar L. Lopez, Katarina Kos, Maya Soni, and David J. Llewellyn. Vitamin D and the risk of dementia and Alzheimer disease. Neurology. 2014 Aug 6. pii: 10.1212/WNL.0000000000000755.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top