Le lien entre alimentation saine et prévention du cancer de la prostate se précise

Par Suzanne Lovell Publié le 06/08/2020 Mis à jour le 06/08/2020
Actualité

Une nouvelle étude menée à Montréal auprès de 4000 hommes entre 2005 et 2012 confirme que certaines habitudes alimentaires sont associées à un risque plus important de cancer de la prostate.

Pourquoi c’est important

Le cancer de la prostate est le premier cancer touchant les hommes français et se situe au 3e rang des causes de décès par cancer chez l’homme. 

Parmi d’autres facteurs de risque, l'alimentation est considérée par de plus en plus d'études comme un contributeur majeur dans le développement de ce cancer.

À lire aussi : Cancer de la prostate : le dépistage est-il efficace ? (Abonné)

Ce que montre l’étude

Au cours de cette recherche menée par Marie-Élise Parent, de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) du Canada, les participants ont été interrogés au sujet de leurs habitudes alimentaires. Les chercheurs ont ensuite dégagé trois grands profils alimentaires : une alimentation saine caractérisée par une forte consommation de fruits, de légumes et de protéines végétales ; un modèle occidental plutôt riche en sel, viandes et boissons alcoolisées (bière et vin) ; un autre type d'alimentation occidentale qui se distingue par une forte consommation de glucides (pâtes, pizzas, desserts sucrés et boissons gazeuses).

L'étude a pris en compte l'âge, l'origine ethnique, l'éducation, les antécédents familiaux et la date du dernier dépistage du cancer de la prostate des participants.

Sans grande surprise, l’alimentation saine a été associée à une diminution du risque de cancer de la prostate, tandis que le modèle occidental avec sucreries et boissons a été associé à un risque plus élevé ; il semblait aussi favoriser des cancers plus agressifs.
L'étude n'a pas montré de lien clair entre un régime occidental riche en sel et alcool et le risque de développer la maladie.

En pratique

Les chercheurs soulignent que le risque est particulièrement élevé pour les hommes qui ne préparent pas leurs repas car ils consomment plus d’aliments ultra-transformés et de plats préparés, riches en composants qui peuvent être néfastes pour la santé.

Commencer par manger plus de légumes et de fruits, et diminuer les aliments industriels, tout en levant le pied sur le pain et les glucides raffinés sera protecteur peut-être contre le cancer et de manière quasi certaines contre les maladies cardiovasculaires et métaboliques.

Pour aller plus loin, lire : Comment évolue le cancer en France ?

Références
  1. Trudeau, K.; Rousseau, M.-C.; Barul, C.; Csizmadi, I.; Parent, M.-É. Dietary Patterns Are Associated with Risk of Prostate Cancer in a Population-Based Case-Control Study in Montreal, Canada. Nutrients 2020, 12, 1907.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top